Affaire L'Express : la Charte de Munich, nouveau cauchemar des suiveurs de tendance

Auteur(s)
Xavier Azalbert, directeur de la publication de FranceSoir
Publié le 29 août 2022 - 15:20
Image
Ex-presse
Crédits
FLORIAN DAVID / AFP
Patrick Drahi devrait-il réécrire la Charte de Munich pour L'Express ?
FLORIAN DAVID / AFP

ÉDITO — Quand on l'attaque, L'Express contre-attaque. C’est par l’entremise d’un article assassin, qui se veut réponse à la publication de l'entretien avec Idriss Aberkane, que le journal s'en (re)prend à FranceSoir. Sous la responsabilité du directeur de la publication, Alix L'Hospital signe un papier qui accuse FranceSoir de n'avoir « eu de cesse de démontrer son virage conspirationniste ». Encore. Mais aussi, de « faire l'apologie » de ce qu'il appelle « le terrorisme intellectuel », le « lit du terrorisme tout court. » Le pire, c'est que FranceSoir se serait permis cela en s'appuyant sur la Charte de Munich. Diantre !

Voir aussi : ExpressGate: l’entretien d’Idriss Aberkane avec l’Express en exclusivité sur FranceSoir

La messe est dite. Mais, devrions-nous pour autant dire "Amen" ? L'Express signe-t-il des paroles d'évangile ? À en croire le ton qu'emploie Alix L'Hospital, ses affirmations font foi. Nul ne semble recevable à en contester la teneur, ni à s'offusquer du fort relent de foutage de gueule, d'inversion accusatoire inquisitorial qui en émane. Qu'importe la légitimité, qu'importent les arguments, qu'importe le degré de manipulation observable, ingénierie sociale dont la propagande d'État est le levier principal, le média préfère être aux ordres.

Et cette couardise pousse à publier des "fake news" sur FranceSoir, à décrier notre travail sans vérification aucune. Est-ce la Charte de Munich qui vous le permet ?

« FranceSoir n'a eu de cesse de démontrer son virage conspirationniste », dites-vous, et avec pour argument péremptoire de taxer FranceSoir de « complotiste ». La nature d'un « complotiste » étant d'être un libre-penseur qui, avec un temps d'avance, délivre une vérité qui dénonce le caractère erroné ou fallacieux d'une affirmation avancée par la propagande d'État comme étant « la » vérité... merci pour le compliment !

À cet égard, puisque Alix L'Hospital ne cite que Rudy Reichstadt en argument d’autorité, je vous renvoie aux propos de François Belliot dans l'interview qu'il a accordé à FranceSoir. Les arguments qu'il y a soutenus démontrent avec pertinence et clarté la fausseté manifeste des affirmations de Rudy Reichstadt, notamment s'agissant du terme « complotisme ». Car, plutôt que reprendre à sa sauce la prose ciselée d'une sommité en la matière, mieux vaut renvoyer à la version originale. D'ailleurs, j'ai invité François Belliot à réagir à cet article de L'Express. Je reviendrai vers vous à ce sujet. Pourquoi ?

Parce qu'en fait, dans cet article, L'Express ne s'emploie aucunement à démontrer que les éléments de faits que FranceSoir avance en tant que justification de sa position sont infondés, et que « donc » la position de FranceSoir n'est pas bonne. Non. L'Express se contente de la dire fallacieuse, avec pour unique justification que Rudy Reichstadt le dit. Ceci avec en point d'orgue la charge haineuse de Rudy Reichstadt contre de la fameuse Charte de Munich :

« La Charte de Munich est un texte suffisamment généraliste pour pouvoir prêter le flanc à ce genre d'utilisations fallacieuses. Sans compter que la Charte de Munich a été rédigée il y a plus de cinquante ans, dans un contexte très différent de celui avec lequel les journalistes doivent désormais composer : l'avènement du numérique, des réseaux sociaux et de la désinformation de masse. À l'ère de la post-vérité, il devient donc aisé de dénoncer un manquement au premier devoir de "respect de la vérité", alors même que tout le monde ne s'accorde plus sur la notion même de "vérité". »

Sans crainte, L’Express attaque la Charte de Munich en sous-entendant que c’est un document dépassé. Et c'est nous qui ne sommes pas journalistes... Autre délire.

« À l'ère des réseaux sociaux, professionnels de l'information comme non-journalistes utilisent les mêmes outils de travail (chacun peut filmer une manifestation avec un smartphone) et d'expression (tout le monde peut publier un tweet). "Cette nouvelle donne a renforcé une confusion des rôles, et cette impression pour le non-journaliste de mieux savoir que le journaliste lui-même ce qu'est l'éthique journalistique", explique l'historien Alexis Lévrier. »

Diable ! Le numérique ne change absolument rien au devoir de respect de la vérité : quel que soit le support de la pensée, ce devoir est le même.

Idem, bien sûr, pour la notion même de vérité : elle aussi est intangible quel que soit le support de la pensée. Fort du fait que L’Express ne prend jamais le temps de nous contacter, dans l’optique de respecter la Charte de Munich, nous nous étions posés nous-mêmes la question : « Et si FranceSoir n’existait pas » ?

Au-delà de la condescendance, L’Express laisse entendre que seuls les journalistes adoubés par le système sont habilités à informer le public. On ne regarde plus ni la compétence du messager, ni le fond du propos, mais seulement la forme : celle imposée par le système médiatico-politique.

Et L’Express ne s’arrête pas là dans son attaque contre la Charte de Munich. Tout à la fin de l’article il est écrit ceci :

« À l'heure d'une montée sans précédent du complotisme, Rudy Reichstadt va même plus loin, en envisageant de compléter les devoirs et droits des journalistes qu'énonce la Charte de Munich pour y intégrer les préoccupations nouvelles auxquelles est confrontée la profession. »

Allons bon ! Quand on n'aime pas les règles du jeu, pourquoi ne pas les changer ?

Concernant l'alternative à la pensée unique, dont FranceSoir se réclame, L'Express ajoute ceci :

« Une alternative encore pire, selon le journaliste de Society, car elle accentue tous les défauts du journalisme moderne, en s'appuyant exclusivement sur l'opinion et le témoignage brut. »

En bref, tous les faits rapportés par FranceSoir, ou autres experts non médiatiques comme le Pr Perronne, ne sont plus des faits mais des opinions. Or, que ce soit L’Express, FranceSoir, tel autre média ou telle personne, peu importe : un fait n’est pas une opinion.

Enfin, quant à l'affirmation qui consiste à soutenir que « Reprocher (à la presse mainstream) de violer la Charte de Munich est une technique qui trahit une sorte de schizophrénie, un rapport de fascination-détestation à l'égard des grands médias », c'est la technique habituelle du censeur qui n'a aucun argument à opposer. En bon suiveur de tendance, L’Express psychiatrise ceux qui ne croient pas dans la parole officielle des médias mainstream.

Lire aussi : Le momentum de l'information et la fabrique des "temps danse"

Ayant déjà démonté cet artifice dans mon édito « Antis et Nantis », je vous y renvoie en guise de conclusion.

À LIRE AUSSI

Image
Pions jeu d'échec
Le momentum de l'information et la fabrique des "temps danse"
ÉDITO — Dans un édito précédent, j’ai évoqué le délit d'initiés et la manipulation du cours de l'information. Certains n'ont pas hésité à parler de manipulation « de c...
27 août 2022 - 14:20
Opinions
Image
Théâtre de Guignol
Les anti-méchants
EDITO - Fin analyste sociétal disparu trop tôt, Jean Yanne ne m'aurait certainement pas contredit. Il en va de même, je pense, pour Michel Fugain. Le premier est l'au...
14 août 2022 - 18:20
Opinions
Image
Impression journaux Le Monde
Cours de l’information: manipulations et délits d'initiés
EDITO — De tout temps, les comportements cartelistiques et les tentatives de manipulation de cours ont mené à des abus de position dominante, ou autres délits d’initié...
06 août 2022 - 18:30
Opinions

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.