« BOUM  ! »

Auteur(s)
Xavier Azalbert, France-Soir
Publié le 09 juillet 2024 - 11:51
Image
boom
Crédits
Pexels
« BOUM ! »
Pexels

Eh oui ! 

La « grenade dégoupillée » qu'Emmanuel Macron s'est vanté de nous avoir jetée dans les jambes avec la dissolution, n'était pas une grenade explosive. C'était simplement une grenade lacrymogène. Un écran de fumée. Le voile (1) qu'il a posé sur le visage de Marianne avec l'Assemblée nationale nouvellement composée (2) :

  • Union de la gauche (le Nouveau Front populaire) : 178 sièges
  • Ensemble ! (camp présidentiel) : 150 sièges
  • Rassemblement national et ses alliés : 143 sièges
  • Les Républicains : 39 députés
  • Divers droite : 27 sièges
  • Divers gauche : 12 sièges
  • Régionalistes : 9 sièges
  • Horizons : 6 sièges
  • Divers centres : 6 sièges
  • Union des Démocrates et indépendants : 3 sièges
  • Parti socialiste : 2 sièges
  • Divers : 1 siège
  • Écologistes : 1 siège

lacrymo

En effet, grâce à une hyper-diabolisation du RN menée à toutes les sauces par tous les médias entre les deux tours, intervenue après un encensement du RN effectué pendant toute la durée de la campagne des élections européennes (nécessaire pour que l'hyper-diabolisation fonctionne), Emmanuel Macron a réussi son pari : ces élections législatives n'ont accouché d'aucune majorité.  J'entends par là la majorité absolue de 289 députés requise pour pouvoir former un Gouvernement sans risque qu'il soit renversé par une motion de censure.

Et oui, avant le premier tour, on vous a vendu la possible majorité absolue du RN, du jamais vu en France. Au soir du premier tour, vous aviez toujours le spectre de cette majorité, mais relative cette fois. Tout ce qu’il y a de plus inacceptable en France ! En faisant croire à la possibilité de cette majorité, en mettant le RN au-delà de l’impossible, se cachait une vaste opération d’enfumage.  Ceux qui ont cru que le RN pouvait être aussi haut seraient déçus et en le faisant chuter d’une position hors d'atteinte les opposants crieraient victoire en ayant torpillé la position artificiellement haute du RN ! Bref un éternel jeu pour se faire peur et jongler avec cet « arc républicain » qui exclurait un parti qui regrouperait plus de 10 millions de votants.  Y aurait-il tant de "fachistes" en France ou alors y aurait-il une minorité qui agite le drapeau de cette peur pour garder le pouvoir coûte que coûte, quoi qu’il en coute ? Prêt à pactiser avec l’extrême gauche au risque de trahir ses valeurs et plonger la France dans un chaos sans précédent.

Caché derrière cette absence de majorité, Emmanuel Macron va pouvoir continuer d'avancer masqué. Jouer au Maître du Jeu, dans le bonneteau politique qui va se poursuivre ainsi dorénavant de façon encore plus manifeste qu'avant la dissolution.

Pourquoi ?

Parce que, tant à droite qu'à gauche, les « ténors » vont accepter de former la coalition hyper large qu'Emmanuel Macron a appelée de ses vœux entre les deux tours, « pour sauver la République. »

Pardi !

Ministre, la place est bonne. Très bonne. Excellente, même ! À l'instar des aspirants au prix Nobel de la Paix, à propos desquels Albert Einstein a dit un jour ceci, « J'en connais qui seraient prêts à tuer pour avoir le prix Nobel de la Paix. », la plupart de ces « ténors » sont prêts à tout pour être ministres.

Rappelez-vous. Avant l'élection d'Emmanuel Macron en 2017, Édouard Philippe, Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Éric Dupont-Moretti et Rachida Dati ont eu des propos insanes à son encontre. Cela ne les a pas empêchés de courir le rejoindre quand il leur a proposé d'être ministres.

Or, c'est mathématique. Si l'on ajoute aux 150 députés « Ensemble ! » (Macron), les 6 députés « Horizon » (Édouard Philippe), les 27 députés « Divers Droite », les 12 députés « Divers Gauche », le 6 députés « Divers centre », les 2 députés « Parti Socialiste », le député « Divers », le député « Écologistes », qui tous, ils l'ont dit, aspirent à faire partie de cette coalition hyper-large, les 39 députés « Les Républicains » qui ont d'ores et déjà annoncé qu'ils collaboreraient, et certainement aussi les 9 députés « Régionalistes » et les 3 députés « Union des Démocrates et indépendants », qui donc bien qu'ils se revendiquent indépendants s'y ajouteront également (c'est couru d'avance), cela fait 257 députés.

Certes, c'est 22 députés de moins que les 289 requis pour bénéficier de la majorité absolue. Néanmoins, étant donné qu'il est acté que jamais le NFP ne s'alliera à une motion de censure déposée par le RN, et que pareillement jamais le RN ne s'alliera à une motion de censure déposée par le NFP, cette majorité relative de 229 députés sera suffisante à Emmanuel Macron pour pouvoir continuer de sévir comme susdit. D’œuvrer pour le chaos, et permettre la finalisation de son fameux « Parce que c'est notre projet ! » (le projet mondialiste de destruction totale de la France ancestrale) pour le plus grand malheur du pays et des Français, quelles que soient leurs origines, leur religion, leur position sur l'échelle sociale, etc. Les seuls vainqueurs « français », seront qui ? Les ultrariches qui ont placé Emmanuel Macron au pouvoir dans ce dessein morbide.

Car, voici ce qu'Emmanuel Macron va faire pour accentuer et accélérer l'avènement de ce chaos : il va débaucher quelques leaders du NFP, les nommer dans le nouveau Gouvernement qu'il va former avec le Premier Ministre qu'il va désigner au sein de cette majorité relative de 229 députés.

Oui ! Il va nous refaire en 2024, le coup qu'il nous a fait en 2017 avec la droite dite « classique »   (c'est-à-dire ce qui était alors l'UMP et qui est devenue depuis LR) et avec la gauche « classique » (c'est-à-dire le Parti Socialiste), mais avec cette fois l'extrême gauche d'aujourd'hui, à savoir le NFP.

Oui ! Après avoir dissout la droite « classique » et la gauche « classique » en 2017, puis, en 2024, avoir dissout le NFP et cantonné le RN au rôle de simple spectateur (un rôle qui ne lui déplaît pas, loin s'en faut, j'y reviendrai dans un prochain édito), c'est désormais toutes les formations politiques officiellement opposées à l'avènement de ce chaos, qu'Emmanuel Macron a dissoutes, finalement, avec cette dissolution de l'Assemblée nationale. (3)

Avec grosso modo 1/3 de députés NFP, 1/3 de députés « Ensemble ! » et 1/3 de députés RN, globalement les Français sont contents : la démocratie a été respectée et la République est sauvée.

Cependant, les problèmes sont toujours présents et l’enfumage électoral de plus en plus visible.  The show must go on. Maintenant commencent les tractations pour le rôle de premier ministre alors que la démission d’Attal a été refusée au motif que les JO arrivaient.  Bien sûr, les éternels prétendent postulent et font avancer leurs atouts.  À gauche comme à droite, chacun y va de son couplet. Les noms fusent (Darmanin, Hollande caracolent en tête) pendant que l’extrême gauche y va de son "ni ni" tout en prétendant être le premier parti.  Y a-t-il encore un parti qui veuille gouverner ce paquebot France à la dérive ? Dérive d’une dette abyssale, qui essaie de se fondre dans une Europe fédéraliste qui masque encore une fois les réels problèmes de la perte de compétitivité et d’indépendance de la France.  Un nouveau jeu de peur se présente auquel on répondra par « l’Europe, c'est notre maison » sans en apporter la preuve, hormis que l’argent y coule à flots, bien sûr il coule seulement quand c’est l’arc républicain qui est au pouvoir, car si c’était le RN cette source mirifique disparaitrait comme par enchantement.  Le fachisme n’est-ce pas cela d’ailleurs, couplé avec une forme de sectarisme discriminatoire envers ces 34 % qui ont voté pour le RN ? Le techno-fachisme dirais-je même plus, puisque c’est la dictature de la technocratie, de l’enfumage des idées. Chris Bickerton avait bien raison : « le macronisme est une forme indéfinie de politique qui ne connecte pas encore avec la réalité des Français ».

Et, les français, et leur respect dans tout cela ?  Allez boom aussi. Bientôt le temps des vacances, pour ceux qui peuvent encore partir, et cela dissoudra leurs ardeurs sous la thématique du réchauffement climatique. Et oui, il faut bien continuer à se faire peur.  Quand la peur du RN s’évapore à travers un arc républicain totalement fictif, il faut bien mettre en avant un autre sujet.  Un éternel recommencement. Un chèque vacances pour certains, avant le chèque rentrée, permettra de calmer les ardeurs des plus virulents, ce qui donne l’impression de cet état omniprésent qui a réponse à tout. 

« À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire », qu’à cela ne tienne, l’important, c'est de conserver le pouvoir, peu importe les moyens mis en œuvre, tout en donnant un sentiment de respecter les valeurs et la démocratie.

 

1) voile laïc ou maçonnique ? La question mérite d'être posée. Donc j'y répondrai prochainement.

2) bien aidé par des désistements et maintiens pour faire barrage au RN, intervenus respectivement pour battre le candidat RN lors d'un duel au second tour, et permettre à « un copain des copains » (François Hollande, Élisabeth Borne, François Ruffin...) qui aurait été battu par l'adversaire unique qu'il aurait eu, sinon, lors d'un duel au second tour, d'être élu lors de la triangulaire qui s'est tenue. Et bien aidé aussi par un mode de scrutin et une délimitation des circonscriptions opérée à cet effet, qui font que malgré presque le double de voix exprimées en leur faveur (10 millions), l'alliance « RN-Ciotti » obtient seulement 143 députés, soit 7 députés de moins que l'alliance « Ensemble ! » qui elle a eu 6 millions de voix, et 35 députés de moins que l'alliance « Nouveau Front Populaire », qui elle en a eu 7 millions.

 3) le parti communiste n'ayant plus aucune influence politique à l'échelon national depuis 2012.

À LIRE AUSSI

Image
Meci qui
Merci qui ?
Macron.... Ah si ! Grâce à lui, nous avons deux jours de répit. 48 heures pendant lesquelles nous n'avons pas à devoir supporter le bourrage de crâne qui nous est impo...
07 juillet 2024 - 10:28
Opinions
Image
Comète
Au surlendemain des élections, tirons des plans sur la comète
Halley, Edmond ! Au surlendemain (1) des résultats du premier tour des élections législatives : essayons-nous au jeu des pronostics. Oui. Qu'importe qu'à cette occasio...
02 juillet 2024 - 12:12
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
19/07 à 17:30
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.