Le bon sens doit reprendre le dessus

Auteur(s)
Xavier Azalbert pour FranceSoir
Publié le 17 octobre 2020 - 14:11
Mis à jour le 22 octobre 2020 - 13:54
Image
samuel paty
Crédits
Samuel Paty
Le bon sens doit reprendre le dessus
Samuel Paty

Contre l’obscurantisme et pour la laïcité, défense de la France

Dans un article paru en avril 2018  un analyste de la banque d’affaires Goldman Sachs s’interrogeait sur une question fondamentale en termes de santé, le prix de la santé, en abordant cela d’un point de vue de l’investissement et du modèle commercial.  La crise du coronavirus, la guerre du vaccin, les commandes anticipées de traitements par les états font le jeu des laboratoires pharmaceutiques entrainant la fluctuation des cours de bourse.  Gilead fabriquant du remdesivir fait l’objet d’une enquête pour délit d’initiés. Ce traitement aux bénéfices thérapeutiques non prouvés et aux effets secondaires sévères avait quand même été approuvé par l’EMA (Agence européenne du médicament). Sa demande de remboursement auprès de l’ANSM en France a été retirée en Septembre car l’ANSM demandait des données complémentaires sur les effets secondaires. Pendant que les patients avaient comme thérapie sanitaire le « Restez chez vous, doliprane, appelez le 15 en cas de symptômes », la bataille de l’hydroxychloroquine prenait forme et la guerre du vaccin aussi.  Une guerre à plusieurs dizaine de milliards d’euros si l’on en croit les doses pré commandées par les autorités de bien des pays. La vie n’a peut-être pas de prix, mais la question de l’investissement dans la recherche pour la santé est une réelle question à laquelle il va falloir répondre rapidement.

Il y a deux jours dans une tribune sur la science, des citoyens s’interrogeaient sur la non-application de nos lois en France en réponse à une demande des sociétés savantes pour une régulation supplémentaire de la science. Ces mêmes citoyens s’interrogeaient sur la radicalisation de nos sociétés dans tous les domaines dans un pays à tradition laïque.

Hier, la décapitation d’un citoyen français, professeur d’histoire, sur le sol français à Conflans-sainte Honorine a suscité l’effroi et colère dans le pays une semaine après le discours du président aux Mureaux sur le séparatisme. Un mot qui avait fait débat et tellement dérangé au point d’être enlevé des diverses communications. Ce crime aux allures de fatwa sur le territoire français porte atteinte aux valeurs les plus fondamentales de la République.  Notre République a pris forme au cours de l'été 1792, mais n'a vraiment emergé que dans le sang un 21 janvier 1793.  Le couvre-feu, le confinement, les indicateurs modifiés de Santé Publique et la bataille contre le virus prennent une dimension grotesque face à la radicalisation de tous les aspects de notre société. 

Quand la République n’arrive pas à répondre à la radicalisation de nos sociétés, aux besoins d’échanges et de civisme, et ne fait tout simplement pas respecter la loi, que ce soit au travers de l’éducation ou des forces de l’ordre,

« c’est la France qui est en danger. »

ndlr : Photo remplacée par celle en l'honneur de Mr Samuel Paty

 

 

 

À LIRE AUSSI

Image
groupe , travail equipe
La science met-elle la démocratie en risque ? La science en danger
Une tribune parue hier dans le Monde mettait en scène un collectif de 90 sociétés savantes académiques et médicales demandant un élargissement des prérogatives de l’Of...
15 octobre 2020 - 14:32
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don