Pas de retrait, pas de Jeux Olympiques 2024 ?

Auteur(s)
Xavier Azalbert, France-Soir
Publié le 20 avril 2023 - 08:30
Image
Bonnet JO
Crédits
THOMAS SAMSON / AFP
La mascotte des JO 2024 sera un bonnet phrygien, symbole révolutionnaire.
THOMAS SAMSON / AFP

ÉDITO - La grève des éboueurs joue les prolongations. Au Havre, à Aubervilliers et dans d'autres secteurs franciliens : les arrêts de travail reprennent. Le mouvement s’éternise à tel point qu’il semble vouloir durer jusqu’en... 2024.

Fort de cette perspective, un de mes amis, qui est humoriste, m'a avancé ceci comme étant à coup sûr patent : « La Mairie de Paris va proposer d’ajouter une nouvelle épreuve aux Jeux Olympiques : le saut de poubelles ».  

Le saut de sacs de poubelles, plus exactement. Une discipline qui est d’ailleurs déclinable. En effet, pourquoi ne pas organiser un 100 mètres haies de sacs-poubelle ? Ou un lancer de sacs en rotation ? Et quid du lever de barres chargées de chaque côté avec des containers de poubelles ?  

Voilà en tout cas de quoi assurer, notamment aux Parisiens, entraînés de façon particulièrement intensive ces dernières semaines, une belle moisson de médailles d’or. 

En dépit des réquisitions préfectorales, qui ont vu l’intervention des forces de l’ordre pour contraindre les éboueurs à reprendre leur métier aussi difficile qu’indispensable, l'amoncellement des sacs-poubelle sur les trottoirs parisiens se poursuit donc de plus belle.  

Et il est tel, cet amoncellement, que quiconque veut y circuler à pied doit être capable de les enjamber. Mais gare aux écarts ! Ce serait la disqualification directe, la chute, l'entorse. Parce qu’en plus du saut de poubelles, il faut également composer avec les rats. Car attention ! Ils sont partout et ils sont balaises. Depuis des années, à Paris, on les croit dopés. 

Peut-être que madame Anne Hidalgo devrait leur prévoir des tribunes pour les prochains Jeux Olympiques. Nul doute que l'omniprésence en masse de ces mammifères devrait être prise en considération par les zootorités. 

On note que, jeudi 6 avril dernier, de gentils dératiseurs municipaux ont déposé sur le parvis de l'Hôtel de Ville un échantillon du résultat de leur dur labeur : une centaine de cadavres « de rats à poils ras pour la plupart », selon leur délégué syndical, Rabah Brahim.

Tant qu’il ne s’agit pas de surmulots... Brahim a précisé que son « service a perdu 60 agents en dix ans ». Vu ce qui se promène dans les parcs parisiens, on se demande bien pourquoi. 

« On aimerait être aligné sur les éboueurs et sur les égoutiers », a-t-il déclaré à propos des conditions de départ à la retraite. Là encore, de splendides records olympiques se préparent, à l’arrière d’un camion benne, à 63 ou 64 ans, un matin glacial d’hiver...  

Quant au métier de dératiseur, sa pénibilité est avérée. Mais elle n’est pas prise en compte dans le cadre d'une réforme menée sans nuance et imposée à marche forcée. Le panache macroniste, sans aucun doute.

Et justement, quelles belles perspectives en Macronie ! Les chanceux qui ne seront pas morts après avoir été mordus par un rat enragé et cannibale interhumain auront tout le loisir de défaillir de toute façon par épuisement à la tâche.  

Obligés de travailler jusqu’à 64 ans pour tenter (en vain) de bénéficier d’une retraite à taux plein, ils voient au loin une sorte de ligne d’arrivée sans cesse repoussée. Nombre de nos concitoyens ont compris que celle-ci était désormais inatteignable, et tellement injuste, dans de décentes conditions de santé. Ce ne sont plus les Jeux Olympiques du travail, c’est The Long Walk

Pas étonnant que les mobilisations s'enchaînent dans la rue et risquent de s'amplifier jusqu'en 2024. Le gouvernement s'en inquiète. Il commence à minauder auprès des syndicats avec un système de primes à destination des salariés de la SNCF.

Objectif ? Faire en sorte que ces derniers s'abstiennent de faire grève durant les prochains Jeux Olympiques organisés à Paris l'année prochaine. Mais sur les réseaux sociaux fleurit déjà un mot d'ordre à l'ambition élevée, soit faire retirer la loi des retraites : 

« Pas de retrait, pas de JO »

Voilà un mot d'ordre qui pourrait intéresser d'autres professions, dont les éboueurs et les dératiseurs cités plus haut. Ou les hommes et femmes de ménages dans les hôtels chargés d'accueillir les nombreux touristes qui viendront voir les épreuves. Ou des ouvriers de chantier chargés de construire quelques bâtiments d'infrastructure sportive, qui sait ?

C'est fou comme on en a besoin, des métiers avec pénibilité, quand on y pense.

À LIRE AUSSI

Image
Force
La politique du grand n'importe quoi continue
ÉDITO - Mercredi 12 avril 2023, les députés ont voté en commission des Affaires sociales contre un projet de loi prônant l'abrogation de l'obligation, pour les soignan...
18 avril 2023 - 19:00
Opinions
Image
Macron
Macron vu de l’étranger : entre ridicule et violence, une drôle de carte postale
ÉDITO - Les déplacements du président Macron à l’étranger ont frôlé le ridicule à plusieurs reprises. Vu de l’étranger, l’image de notre pays a été écornée avec certai...
15 avril 2023 - 17:00
Opinions
Image
Rose
Le rapport de force et la force du rapport aux autres
ÉDITO - Tout dans l'univers semble régi par un rapport de force. L'opposition et l'interaction entre les forces naturelles. Et hélas, il apparaît que la communauté hum...
10 avril 2023 - 18:36
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.