Comment les guerres s’entrecroisent ?

Auteur(s)
Tristan Edelman, pour FranceSoir
Publié le 20 mars 2022 - 12:23
Mis à jour le 21 mars 2022 - 13:45
Image
Ukraine : des civils à Kiev
Crédits
Aris Messinis / AFP
Ukraine, des civils présents à Kiev.
Aris Messinis / AFP

TRIBUNE — Nous étions peu nombreux à manifester à Paris, le 13 décembre 2014 pour alarmer à propos d’une guerre civile qui, sans l’ombre d’un doute, allait s’étendre et s’enflammer. J’ai conservé deux tracts : « Appel du collectif citoyen pour la paix en Ukraine : Arrêtons la guerre en Ukraine : les populations de l’Ukraine de l’Est paient le principal tribut (Lougansk, Donetsk, Donbass), des missiles balistiques ont été utilisés, les morts se comptent désormais par milliers, certains villages ont été détruits à 80 % (Siemionovka, Nikolaeva), des écoles, des hôpitaux et des mairies détruites… huit journalistes tués, plus de 800 000 civils ont choisi l’exil vers la Russie.  Exigeons un cessez-le-feu immédiat, faisons baisser l’hystérie ! »

Je suis d’origine juive, moitié russe-polonais. Pour ceux qui suivent la guerre au Donbass depuis huit ans et l’évolution de l’Ukraine depuis 2004, il y a un dégoût et même un abattement à assister aux récupérations moralisatrices et manichéennes.

Mon frère habite encore à Moscou. Qui sait pour combien de temps ? Je devais le rejoindre ce printemps pour donner des cours de danse. Le centre culturel est fermé. L’ambiance est mortifère. La terreur prend les gens. Menace et propagande. De l’Orient à l’Occident, les peuples sont sous commotion. Déprimant de voir des restaurants russes diffamés à Paris, des chaines russes censurées (RT), d’entendre des discours pathétiques sur le fait admirable que c’est une femme qui gère l’affaire ; on peut déjà imaginer la Pologne interdire la musique russe et la Russie la musique française. Nous pleurons au téléphone ce désastre culturel, Maïakovky, Nijinsky, Dostoïevsky, Gogol, Tolstoi, Stravinsky, le théâtre, la danse, la littérature. Notre indissociable culture européenne commune faite de mille nuances, mille apports imprévisibles des quatre coins du Monde. Notre culture aujourd’hui broyée par une logique fanatique.

Du Covid à l’Ukraine, un leitmotiv : provoquer la terreur par une dramatisation de la menace de mort. Nous l’avions dit lors de l’Assemblée franco-italienne : une terreur en chassant une autre, prochaine étape la Russie. Et, pendant que l’identité numérique, les scandales génétiques et la prédation sur l’épargne avancent discrètement — et tel est un des objectifs de cette guerre — voici nos populations qui suivent, par un voyeurisme macabre et addictif, les tirs de missiles et les migrations sur smartphone.

La sentence « Nous sommes en guerre » déploie ses multiples visages. Combien sont morts à cause de la gestion terrifiante de la Covid, entre l’interdiction des traitements préventifs, le délestage hospitalier, la maltraitance des anciens, le suicide des jeunes, les injections expérimentales ? Sans parler de l’effondrement démocratique, économique et social. Un jour, on aura les vrais chiffres ; on aura honte.

Quelle meilleure solution que de sortir les canons quand vous sentez que le système actuel contrôlé par les banques et un cadre d’élites est à son point de bascule ? Et, que les peuples ont quelques réticences ? De la Covid à l’Ukraine, ne s’agit-il pas de la même guerre ?

La guerre et la dictature ne sont pas des états figés et définis, mais un processus ayant différentes formes et intensités selon les rapports de force du moment et les cultures impliquées. La discrimination des non-vaccinés n’est pas la même que celle des juifs pendant la guerre ; elle n’en reste pas moins une discrimination. La Russie a déclaré la guerre cette année, il n’en reste pas moins que l’Ukraine sous l’égide non déclarée de l’OTAN fait la guerre depuis 8 ans avec maintenant des menaces nucléaires. La propagande consiste à définir et à figer les limites de la guerre et de la domination de manière à légitimer le pouvoir qu’elle sert.

Voir aussi : Le métaverse de la "guerre en Ukraine" est-il un mythe ou la réalité ?

Quelles que soient les nouvelles formes de guerre, on retrouve toujours ce double mouvement : 1) entente des oligarques pour soumettre les peuples, 2) concurrence entre eux avec instrumentalisation des peuples. L’utilisation des peuples s’applique diversement selon le degré d’expansion : domination centrée sur le peuple (dictature Chine/Russie), sur les autres peuples (impérialisme USA/Occident). Cette instrumentalisation humaine se couple avec une utilisation dévastatrice des ressources terrestres. De nombreuses forces nous emmènent vers une modalité mondiale combinant à la fois dictature, impérialisme et destruction de la planète. Les victimes inchangées restent les peuples et les écosystèmes. On assiste à une hybridation sordide entre les forces communistes et capitalistes, ou plus exactement entre les forces du Marché et de l’État. Les ploutocrates se croient protégés, mais la violence les frappera également à rebours, dans leur propre milieu ou avec un temps de délai.

Par chance, la manifestation à Rome « Ni Poutine, ni OTAN ! » ce samedi dernier nous a rappelé avec espoir que certaines portions de la population restent éveillées quant à notre socle culturel et humain.

Si nous voulons sortir de ce système de guerre permanente et totale, il faut au minimum en reconnaitre la réalité et en comprendre le processus multiple et intriqué. Cela demande de sortir de la bipolarisation et de la diabolisation afin d’accéder à une analyse plus large qui dépasse les événements locaux.

Contrairement aux exigences du spectacle médiatique, nous proposerons une lecture du général au particulier en quatre temps : 1) analyse des forces profondes, 2) regard sur le monde depuis 1945 avec une absence de morale, de démocratie et de légalité, 3) la guerre en Ukraine, les stratégies et ses conséquences avec un rappel chronologique, 4) une perspective de résolution — si tant est que les blocs le souhaitent — et la question clef : quelles forces peuvent contrer ce système nihiliste et proposer une alternative ?

Je n’ai pas la prétention de fournir une analyse historique exhaustive, mais seulement quelques bases pour une approche du réel qui nous aide à imaginer d’autres solutions que celle imposée par l’idéologie dominante.

La guerre permanente et totale revêt au moins six dominations consubstantielles

1. Domination policière : Pour éviter l’amalgame « Tout le monde déteste la police » hurlé par un certain nombre de pernicieux antifas, il est toujours bon de rappeler que la police obéit à un État. Plus l’État devient agressif plus la police devient une milice d’État. Les violences policières sont en réalité une violence d’État. Aujourd’hui, la police de terrain se réduit à une pièce du puzzle de l’appareil répressif — pièce à terme remplacée par des robots. Le contrôle des données, la digitalisation, la délation, la censure effectuée par les médias, les ordres professionnels, les syndicats, les associations sont des éléments clefs pour la mise au pas des citoyens.

Plusieurs dates importantes dans l’avancée progressive des lois totalitaires : 2001, le patriote act; 2015 : le terrorisme en France ; 2020 : l’injection génique. Devant la religion posthumaine, il va falloir encore du temps pour que les gens comprennent que ces dernières politiques sanitaires participent à un projet de surveillance de masse répartie entre les grands pouvoirs, telle la marque « certifié-conforme » appliquée au bétail humain, soit Pfizzer, Moderna, Johnson, Astra (Vanguard) pour l’Occident, Sputnik pour la Russie, Sinovax pour la Chine. Event 21 et l’OMS, qui en profite pour accélérer son programme, revêtent le rôle d’une police planétaire dont se servent les oligarques mondiaux pour mettre en place une militarisation civile de leur zone d’influence.

2. Domination militaire : le complexe militaro-techno-industriel des grandes puissances est la clef de voûte du système pour relancer l’économie mondiale par des budgets militaires concernant la vente, la recherche et les applications. Internet et les recherches sur les virus sont des produits de cette industrie. Rappelons que les laboratoires P4 sont des laboratoire militaires. Stimuler l’économie à partir du trauma collectif est un calcul aussi efficace que cynique. En ce qui concerne l’Occident, bien que l’OTAN et la CIA aient été nominalement conçus contre la menace russe, il n’a jamais été question de dissoudre ces organisations militaires à la fin du Pacte de Varsovie. Les États-Unis, la Chine et la Russie, et tout pouvoir, ont besoin d’un ennemi pour sauver le monde et continuer à dominer les autres sous ce prétexte de rétablissement. Pour ce, il est essentiel de créer des divisions. L’extension de l’U.E aux anciens satellites d’Europe de l’Est et le projet OTAN 2030 dont le financement est à 70 % américain a sciemment détruit toute possibilité de consensus profond entre les pays. Tous les pouvoirs suivent la doctrine Wolfowitz qui consiste à « prévenir l’émergence de nouveaux rivaux ».

3. Domination financière : commençant au XIIIème siècle, la finance est devenue une arme de guerre par des moyens différents, mais qui maintient les anciens objectifs : prise des terres, des ressources, des infrastructures et des revenus. Son nouveau nom depuis 1945 : Consensus de Washington (dont Joe Biden est un fervent défenseur) qui va de pair avec les thérapies de choc de l’École de Chicago. Son institution maîtresse : le FMI. En voici les règles : Renforcement des banques, privatisation des actifs publics, licenciement en masse, compression ou gel des revenus et des retraites, réduction d’impôts, dérégulation, déréglementation, ouverture aux investissements étrangers à travers des taux de changes flottants, externalisation, immigration forcée, marginalisation ou récupération du syndicalisme, répression des infidèles du marché libre. Mode opératoire : Réformes ultra rapides et gouvernement étatique vers une politique monétariste centralisée avec changement des institutions financières sous prétexte de crise accompagné de propagande, de contrôle, de diversions et de divisions. Contrôle et crédit social. Contrôle de l’épargne, des assurances (Loi Sapin) et à terme, suppression de la propriété privé. Le résultat est les transferts de la richesse publique mondiale entre les mains des grands groupes et de 1 % des particuliers.

La nouveauté est que les anciens blocs dits « communistes » (Chine/Russie) se sont ralliés à cette vision qui devient désormais totalitaire. La lutte des souverainetés et des zones d’influence ne doit pas nous abuser quant à cette fusion État/Privé.

4. Domination énergétique : le secteur énergétique comprend essentiellement le pétrole, le gaz, le nucléaire, accompagné du secteur minier et de l’agro-alimentaire. Malgré le marketing autour des bienfaits de la dématérialisation (un monde 100 % propre), les marchés dessinent les vraies tendances : un nouvel Eldorado vers les terres rares et le nucléaire — entre autres. La question inévitable pour notre monde moderne depuis le 19ème siècle reste : comment produire l’électricité et les nouvelles technologies ? L’objectif de la domination énergétique est de contrôler les importations et les exportations de manière à optimiser le prix et la rente des ressources naturelles. Pour y parvenir, il s’agit de diriger les modes d’énergie et d’en monopoliser le marché par tous les moyens : pressions financières, politiques, militaires. Qu’importe que cette activité pollue de manière stupéfiante la planète en vidant les ressources naturelles du sol pour les déverser dans l’atmosphère et les océans. Qu’importe s’il existe des possibilités de remplacer le pétrole, le gaz, le charbon. Qu’importe que la frénésie autour des ressources indispensables et la mise en place technologique (antennes) pour la « révolution » numérique ravagent les rapports sociaux et géopolitique.

5. Domination ploutocrate : ce petit groupe qui accapare ce qu'il peut n’est pas une élite. L’élite est choisie par un groupe comme étant une de ses plus belles expressions. Les ploutocrates sont plutôt haïs et vils. Ils sont la quintessence d’un système fondé sur la dissociation qui sépare les peuples entre eux, divise les peuples en eux-mêmes et dissout tout espoir de représentation populaire. Cette classe, qui calcule ou s’impose avec la volonté de ne pas se mélanger, oscille entre l’indifférence et la haine en passant par l’arrogance et la cruauté. Il faut bien avoir en tête qu’ils ne sont qu’un résultat d’une dynamique de civilisation et s’ils ont leur part de responsabilité, les éliminer ne changerait pas grand-chose : ils seront remplacés par d’autres qui attendent leur chute dans les antichambres du palais. Cet hybris caractéristique, qui déconnecte des réalités et de l’empathie, fait partie de la racine de ces guerres qui s’enchainent depuis des millénaires. Et, malgré la défense nationale légitime sur laquelle s’appuie Poutine, comme n’importe quel homme de pouvoir l’aurait fait, et bien qu’il ait utilisé des pressions pour obliger les oligarques à investir leur recette dans le pays, il n’a jamais remis en question le système de domination. Au contraire : il ne fait que le renforcer et ne souhaite négocier qu’avec les ploutocrates. La pénurie ne touchera pas nos ploutocrates. Selon la politologue, Alexandra Goujon « si le successeur de Koutchma est soutenu financièrement par des fondations et des entreprises russes, c’est parce que Poutine souhaite le maintien au pouvoir d’une élite ukrainienne qui parle le même langage que les dirigeants russes. Iouchtchenko, qui a au contraire pour modèle des démocraties occidentales et souhaite une future adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne, est perçu comme une menace pour la politique russe de maintien d’une sphère d’influence dans l’ancien espace postsoviétique. »

6. Domination culturelle : la dimension culturelle est sans doute la plus profonde. Dans la grande inversion des valeurs, les pouvoirs ont estimé que l’art était non-essentiel. Et pourtant la propagande, qui certes n’est pas de l’art, utilise avec virtuosité toutes les techniques artistiques : construction d’un récit fictif, mises en scène, truquages, coups de théâtre, impact sur les sens et les émotions, suggestion. Il faut croire que l’art et la culture sont des réalités avec un potentiel de très haute résistante. Et c’est le cas. Alors que l’art nous rappelle à notre mémoire, notre empathie et notre corps profond, la propagande inverse les valeurs, fait de la mémoire une page blanche, met en scène des commémorations neutralisantes et transforme le corps en un réceptacle abasourdi qui n’a plus d’accroche à son instinct de survie. Une agression devient un sauvetage, une apnée une bulle d’oxygène et 2+2 font 3. Les guerres napoléoniennes prônaient la liberté et l’invasion de Moscou avait comme objectif l’élimination de la menace russe en Pologne. Les manuels d’histoires minimisent le rôle des Russes dans la seconde guerre, alors que si l’essentiel des forces allemandes n’avait pas été enlisé dans le front de l’est, personne ne célèbrerait le jour J. La propagande réduit les relations à une polarité ennemi/ami tant est si bien que la « communication » consiste à agréger autour d’une figure menaçante un peuple qui, tombant dans un syndrome de Stockholm, finit par se remettre aux mains des sauvages ploutocrates. Tout ce que touche la propagande devient hostile : une identité, un événement, une crise. Elle est en son essence anti-culturelle, pro-guerrière, nihiliste. Toute propagande est une radio des Mille Collines. Elle est le bruit noir de l’effacement qui prépare les prochains massacres.

La guerre totale et permanente depuis 1945

Faut-il rappeler qu’en 1950, Truman profite de l'absence de l'URSS à l’ONU pour faire voter une résolution contre la Corée du Nord ? Sous prétexte de l’endiguement (containment) d’une Russie soviétique dévastée par la seconde guerre et qui ne menaçait personne, les USA ravagent le pays par des bombardements massifs et menacent d’un bombardement atomique.

À Cuba en 1962, les Russes décident de retirer leurs missiles aux frontières des États-Unis pour éviter l’escalade nucléaire. L’OTAN et l’Ukraine ne devraient-elles pas suivre cette leçon historique de démilitarisation qui a ouvert la voie à une détente ?

Faut-il rappeler à nos thuriféraires de la bien-pensance que la guerre du Viêt Nam ne fut jamais déclarée et que cela n’empêcha pas le carnage que l’on connait ? Que la guerre d’Algérie peine à dire son nom ? Qu’en Ex-Yougoslavie en 1999, les bombardements ont été lancés par l’OTAN sans mandat du conseil de sécurité ?

Aurait-on déjà oublié la politique américaine en Iran et au Chili où après un coup d’État contre la démocratie, les USA ont aidé à mettre en place un état policier ? Et la participation manifeste aux révolutions colorées en Géorgie, au Kirghizistan ? Plus récemment en Égypte où le coup d’État militaire de 2011 fut présenté comme un coup d’État démocratique avec la destitution de Moubarak et où l’armée n’a jamais été disposée à abandonner son contrôle sur le gouvernement en faveur du peuple égyptien ?

Déjà oublié l’invasion de l’Irak sans l’approbation du Conseil de sécurité des Nations Unies et le grand mensonge des armes de destruction massive qui a légitimé les frappes chirurgicales ayant éliminé des millions de civils irakiens ? Et le discours d’Obama à Bruxelles en mars 2014 au palais des beaux-arts où il déclarait que les États-Unis avait sauvé et démocratisé l’Irak ?

Contrairement au Maroc, à l’Égypte et à la Tunisie dont les révolutions de couleur n’ont fait que récupérer et diriger une colère populaire vers un renouvellement de façade, le régime de Kadhafi, certes lui aussi autoritaire, avait repoussé les efforts américains pour une base américaine et projetait une création des États-Unis d’Afrique avec une armée permanente, une banque continentale indexée sur l’or indépendante du FMI et un système autonome de communication. Les gouvernements de la Chine et de la Russie devraient avoir honte d’avoir permis la destruction de la Libye.

N’est-ce pas toujours pour sauver le pays des islamistes que les puissances interviennent en Afghanistan, aussi bien du côté russe qu’américains ? La guerre en Tchétchénie, était-ce pour la position stratégique de l’exportation du pétrole du Caucase ou pour sauver de l’extrémisme radical ?

En Syrie le prétexte de la Démocratie pour « détruire l’État islamiste » semble maigre quand l’OTAN entame une guerre longue. Ne s’agit-il pas pas plutôt d’éliminer les bases maritimes pour les Russes, de miner un partisan de la Palestine, d’entourer l’Iran et le Hezbollah et d’établir de nouvelles bases militaires ?

Sans aller plus loin, comment peut-on être aussi à l’aise avec ce qui se passe ici en Autriche, en Hongrie, en Italie, au Canada concernant les mesures liberticides ? Mais il s’agit d’une vague d’extrême droite "novax", alors tout est permis.

Les limites de la morale et du droit

G. Bush promit en 1990 qu’en cas de dissolution du pacte de Varsovie, la Russie serait assurée que l’OTAN ne remplirait pas ce vide. Son successeur W. Clinton viola cette promesse en faisant rapidement entrer d’anciens pays du Pacte de Varsovie dans l’OTAN. Et pour comble, l’Ukraine ne faisant pas partie de l’OTAN, l’envoie du matériel militaire n’est pas prescrit légalement. En 2015, les accords de Minsk 2 réitéraient la volonté de la Russie d’un cessez-le-feu et le retrait des armes lourdes. Il ne fut jamais respecté par les Ukrainiens soutenus par l’OTAN.

Au vu de l’histoire, il faut se rendre à l’évidence : le Droit, la morale et les Constitutions sont allègrement foulées aussi bien au niveau national qu’international. Ce qui guide le pouvoir n’est ni la philanthropie, ni la démocratie, mais la conservation et l’expansion du pouvoir. Dans ce contexte, il est indéniable que le déploiement de l’OTAN en Pologne, dans les pays Baltes sont des menaces du point de vue de la Russie, des opportunités du point de vue des États-Unis, une ruine du point de vue de l’Europe, des risques d’instabilité du point de vue géopolitique global du monde et un chaos dramatique pour les habitants du monde.

La vraie question depuis presque 20 ans est : pourquoi la Russie a tant attendu pour mettre un frein réel aux menaces de l’OTAN ? La Russie a-t-elle cru en la bonne volonté occidentale ? La menace nucléaire et l’accumulation des troupes de l’OTAN ont-ils passé un point limite ? La Russie n’avait-elle pas encore les moyens militaires, économiques ? Les victoires en Syrie, Afghanistan et le rapprochement avec les BRICS et la Chine en particulier, lui permettent-elles d’intervenir et de rompre avec l’Occident ? Les blocs sont-ils prêts à une nouvelle partition du monde ? Peut-être même se sont-ils déjà entendus et mesurent-ils leur forces, sachant qu’ils ne se fondent in fine que sur le rapport de force guerrier ? Cela ne participerait-il d’une politique de diversion sur laquelle les blocs se sont mis d’accord ?

Quoi qu'il en soit, ce sont les civils qui paient le prix du marasme, des calculs et de l’indifférence internationale.

Conséquences

1. Habitants du monde

- Pour tous les pouvoirs institutionnels une crise locale est une opportunité pour avancer « l’agenda » sur les autres thèmes qui passent au second plan. Par exemple, France : en finir avec les grèves des retraites, les GJ, les Novax, éventuellement les élections. Chine : après Hong Kong, on peut imaginer une annexion de Taiwan. Israël : extension des colonies en Palestine.

- Renforcement du système autoritaire avec l’avancement du contrôle de la main d’œuvre par l’automation et du contrôle numérique des peuples sous les algorithmes de l’intelligence artificielle. Revenu universel et crédit social généralisé décidant des dépenses « écologiques » de chacun selon son comportement. Rationnement : quantité limitée de carburant ou de chauffage autorisée chaque année. Les citoyens dissidents seront plafonnés dans leur consommation.

- Décarbonisation impliquant le numérique avec une énorme consommation d’énergie (nucléaire, hydraulique, gaz) et l’exploitation des terres rares. Diffusion de la rhétorique suivante : « Détruire le tissu économique pour sauver la planète ». Le thème du climat aux mains des néolibéraux est une arme de destruction massive. Il s’agit d’éviter soigneusement de parler des causes du réchauffement (pollution des entreprises industrielles et techniques) pour faire porter la responsabilité au consommateur qui sera amené à s’autoimposer une austérité contrôlée par un crédit social.

- La crise financière va permettre de purger l’immense amoncellement de dettes, publiques comme privées et de mettre en place des monnaies numériques centralisées par les banques centrales.

- Fin du dollar avec l’éviction du système de paiement interbancaire transfrontalier SWIFT. Il faudra un certain temps pour mettre en place définitivement une monnaie alternative et concurrente, mais les BRICS devraient y parvenir en quelques années. Le CIPS (Cross-Border Inter-Bank Payments System) en Chine et le SPFS (Système de transfert de messages financiers) en Russie sont déjà en place.

2. Occident (Europe et USA)

L’aspect le plus extraordinaire de cette crise est la servilité des Européens contre leurs intérêts et l’américanisation avec une homogénéisation culturelle. Cela s’explique tout simplement par la prise de l’appareil d’État par des serviteurs atlantistes auxquels les citoyens font confiance comme la solution du « moins pire ». Contrairement à l’Europe, les États-Unis veulent des sanctions sévères contre la Russie, car ils ont tout à gagner : ils sont loin. Les États-Unis n’ont pas les moyens de combler les déficits énergétiques de l’Europe, sachant que la crise de 2008 et 2012 ont fait sombrer l’économie européenne dans une permanente récession. L’UE s’endettera auprès des États-Unis. Cette escalade permet de renforcer la domination américaine en coupant l’Europe de l’Asie. Cette stratégie de dépendance est en continuité avec les sanctions prises contre l’Iran en 2018 par Trump qui obligea ainsi les Européens, et notamment les Français, à rompre les contrats avec l’Iran. Comme disait Chester Bowles, le chef de Economic Stabilization Bureau : « le véritable argument du plan Marshall est un renforcement du système américain pour les années futures ». Plus précisément il s’agit de :

- Faire pression sur le projet South Stream 2 à travers la Bulgarie et même la Serbie pour bloquer la construction du gazoduc qui achemine le gaz russe vers l’Europe. Cela implique l’achat du gaz de schiste autorisé sous Obama malgré les graves conséquences écologiques (interdit en Europe) avec une redirection vers la Finlande, l’Algérie et les pays du Golfe.

- Faire flamber le prix du pétrole et du gaz, mais aussi du lait, des céréales et des minéraux indispensables. Nouveaux profits pour les entreprises américaines tout en freinant l’économie européenne et allemande en particulier.

- Séparer la capacité technique de l'Europe et les ressources de la Russie et notamment le nucléaire français démantelé par Macron (affaire Alstom-General-electric).

- Pousser les rivaux européens à l’endettement militaire pour la « défense » par le système d’achat d’armes américaines et intégrer totalement la force européenne à l’OTAN notamment par l’Eurocorps.

S’appuyer sur l’immigration forcée et les déplacements de populations pour déstabiliser et pousser vers une fédération européenne qui, devenant sécuritaire, frileuse et autocratique sera plus facilement contrôlable par les institutions de l’UE.

3. Eurasie

- Les États-Unis cherchent à étendre l’encerclement militaire de la Russie avec les bases avancées de l’Ukraine, de la Baltique, de la Turquie de manière à isoler le rôle de la Russie et limiter ces zones d’influences eurasiennes. La guerre en Syrie s’inscrit dans cette stratégie : bloquer la route de Téhéran au sud et la route de Kiev au nord.

- Concernant les sanctions économiques, la Russie est probablement en mesure de compenser les pertes à long terme en se tournant vers l’Est. En dehors des classes moyennes des grandes métropoles qui dépendent plus des importations européennes, les zones rurales seront peu touchées, car la Russie est autonome. Les sanctions sur l’importation russe vont relancer l’industrie intérieure et permettre une plus grande autonomie industrielle. La Russie cessera de reconnaitre les droits des États-Unis sur les brevets et se rapprochera toujours plus de la Chine pour copier les high-tech de l’occident et développer la Sibérie. L’Organisation de Coopération de Shanghai qui vint d’accueillir l’Iran va s’étendre au moins aux BRICS, ce qui renforcera la force eurasiatique au détriment de l’Europe.

- Une question brulante : comment les multinationales occidentales vont-elles gérer l’externalisation à l’est et les dettes dues à la Chine ? Annuler la dette ? Relocaliser et baisser les coûts localement ? Investir les zones du sud ? Ou bien les ploutocrates se sont-ils entendus pour conserver ce minimum d’exploitation au détriment de tous les peuples ?

4. Zones Sud

On peut d’ores et déjà imaginer que les zones sud, déjà déstabilisées et exploitées depuis fort longtemps, vont connaitre une recrudescence de militarisations, de conflits et d’affrontements pour la simple raison que les blocs vont étendre leur développement et la recherche des ressources sur ces zones qui n’ont pas les moyens de rivaliser.

- Amérique centrale et du sud : prochain objectif le Venezuela afin d’éviter le délabrement du ciment dollars aux Amériques et de récupérer (enfin !) la manne pétrolière. Le Mexique sera à mettre au pas, car il a osé prendre le contre-pied des États-Unis depuis la crise de la Covid. Les États-Unis avec l’aide de la CIA sont prêts à intervenir à n’importe quel moment pour bloquer les infiltrations chinoises et russes de manière à ne pas perdre leur influence.

- Moyen-Orient : les forces se durcissent et se redéfinissent entre d’un côté l’Iran qui rejoint de manière plus pérenne le Pacte de Shanghai, la Syrie et l’Afghanistan qui sont perdus pour l’Occident, et de l’autre Israël, les Émirats et la Turquie qui resteront fidèles, malgré leurs différents, aux États-Unis.

- Afrique : si l’Afrique du Nord a renouvelé son allégeance à l’Occident, ou a été broyée comme la Libye — et hormis l’Algérie qui reste à se définir- c'est l’Afrique subsaharienne qui va connaitre un incendie plus intense encore, à cause de ses ressources, de la grandeur de ses territoires et de la main d’œuvre à coût presque zéro. Déjà au Mali, au Nigeria et au Congo, les forces des dictatures impérialistes continuent de déchirer les hommes et les continents. Qui a dit que la décarbonisation et la digitalisation allaient sauver le monde ?

5. Ukraine

Maintenant que la carte globale a été esquissée, il est plus facile de comprendre la place géostratégique de l’Ukraine :

  • La zone sud permet un contrôle des ressources pétrolières au Moyen-Orient.
  • Elle représente un marché attractif du point de vue du développement de l’énergie (nucléaire, hydroélectrique, gaz), de l’exportation militaire (composant d’avions militaires, laboratoires, nucléaire), de l’industrie de l’automobile et des nouvelles technologies.
  • Elle possède 30 % des sols les plus fertiles au monde et des réserves de gaz encore inexploitées.
  • Elle est idéologiquement prête à suivre les restructurations du Marché.
  • Elle permettrait à la Russie de créer une zone « tampon », tandis que pour les États-Unis elle permettrait un contrôle sur la Russie, un affaiblissement de l’Europe. Pour tous, elle permet actuellement de fabriquer une union nationale autour d’un ennemi et de créer une diversion.
  • La question est : un partenariat avec l’UE et les États-Unis va-t-il améliorer les conditions de vie des Ukrainiens ? Rien n’est moins sûr. L’instabilité due aux stratégies de l’UE, du FMI, de l’OTAN et de la CIA ont clairement créé jusqu’à maintenant un précariat et des vagues de travailleurs migrants en situation d’insécurité, tandis que la réponse belliciste russe abat ce qu’il pouvait rester de structure et de paix. La fuite des capitaux, la hausse des impôts, les bénéfices exceptionnels des banques et des initiés ont pour conséquence directe que les gens ordinaires ont dû prendre des prêts hypothécaires pour obtenir un logement ; ce qui est maintenant le cadet de leur souci. Le peuple ukrainien rejoint le rang des sacrifiés au système de guerre totale et permanente ; et ce système ne connait pas de frontières.

Chronologie

Pour cette chronologie, je me suis inspiré du livre sous la direction de Stephen Landman : Flashpoint in Ukraine, how the us drive for hegemony risks world war III (2014, Clarity Press).

Au IXème siècle, Kiev était un des grands centres de la culture slave orientale qui a donné naissance à la Russie et à l’Ukraine (Terre de frontière). Vers le XIIIème siècle, l’Ukraine a été divisée et gouvernée par une variété de pays occidentaux. Au cours du XVIIème une république cosaque apparait. Lors de la Seconde Guerre mondiale des combats acharnés ont lieu, d’autant plus qu’une large partie du pays est acquise à la cause nazie. Le pays reste divisé jusqu’à ce que l’Union soviétique la consolide dans une république de manière artificielle et autoritaire avec des déplacements de populations. Elle ne devint une nation indépendante qu’en 1991. Toujours un enjeu entre l’Est et l’Ouest, le territoire Ukraine est étendu à la fois trop à l’Orient russophone et trop à l’occident ukrainophone.

Sans entrer dans les détails des minorités polonaises, hongroises, roumaines et bulgares, la polarisation politique comprend des contours religieux entre les adeptes de l’Église orthodoxe ukrainienne qui se rattache à Moscou et l’Église orthodoxe ukrainienne autonome qui se réclame de Kiev. Malgré l’aversion envers les juifs bien connues et assumée par un segment des partisans de l’opposition, les juifs ukrainiens se sont divisés entre les pros et anti-gouvernements. Le gouvernement d’Israël qui se cache derrière la défense des intérêts juifs est très discret sur cette question épineuse et clivante.

Depuis 1991, indépendance du pays, les États-Unis usant de la couverture européenne, n’ont cessé de pénétrer profondément le système politique. Cela s’est concrétisé sous le régime Eltsine qui a favorisé le pillage et la destruction de la Russie et de l'Ukraine par des mandataires politiques néolibéraux appliquant une politique d’austérité conforme au FMI.

Après 1991 l’Ukraine comme la Russie ont été soumis, en coopération avec un grand nombre de leurs propres oligarques, à la désindustrialisation et à l’extraction des ressources naturelles par l’Occident. Les oligarques ont privatisé l’industrie sans réinvestir leurs bénéfices dans leur propre pays, mais au contraire en les déviant vers des comptes offshore et les marchés boursiers de New-York et de Londres. Le résultat fut un boom économique pour… les Occidentaux.

Depuis 2004, l’Ukraine connait des expériences ratées de politique néolibérale. L’Occident soutient un régime docile censé rejoindre le Marché commun et l’OTAN, mais en tant qu’État client subordonné. À la suite de la « révolution » orange, l’UE et la Russie s’installent dans un partage sensiblement égal des échanges avec les ploutocrates locaux, européens, israéliens et russes.

Au krach de 2008 la plupart de ses habitants est touchée par la précarité. En 2010, les accords du FMI comportent une augmentation de 50 % du gaz domestique, des réductions de pensions, des emplois, la privatisation des actifs et des biens publics. Ce sont les banques qui reçoivent le principal des paiements des intérêts du FMI. Les entreprises qui exportent à l’Occident sont favorisées.

En 2010 et en 2013, le pays fournit un navire de guerre à l’OTAN. Il est envahi par les conseillers militaires, héberge des navires de guerre, des troupes, des missiles offensifs avec une ambition et une insouciance qui surpassent l’imagination.

En 2013, l’Ukraine est essentiellement un état tampon non aligné. En septembre à la conférence de Yalta, l’ancien secrétaire à énergie américaine Bill Richardson parle de la révolution énergétique du gaz de schiste que les États-Unis, dénué de toute responsabilité écologie, espère utiliser pour remplacer les réserves de la Russie afin d’affaiblir cette dernière et de rendre dépendant l’Europe.

2014 : en raison des conditions d’austérité draconiennes de l’AA (Accords d’Association conclus entre l’Union européenne et l’Ukraine) et des conditions économiques plus favorables proposées par la Russie, l’Ukraine ralentit les négociations. Mais les médias savamment réorganisés depuis 1991 par les USA notamment via leurs ONG, présentent la reculade de Lanoukovitch de manière négative.

Les puissances de l’OTAN n’attendent pas les élections et renversent le gouvernement, imposant des militaires néofascistes et une junte civile docile au Marché. Le nouvel ordre politique accélère la privatisation des entreprises publiques et des ressources, poussant à la rupture des liens commerciaux avec la Russie. Les néonazis bien entrainés par la CIA et le FBI supervisent la répression des citoyens bilingues et de l’opposition prodémocratie. On garde en mémoire les photos du massacre d’Odessa sous faux drapeaux, avec l’incendie du siège syndical le plus important et la tuerie barbare comprenant des femmes et des enfants frappés à mort à coups de hache.

L’implication de l’Occident au coup d’État apparait notamment dans la célèbre conversation téléphonique de la diplomate Victoria Nuland avec l’ambassadeur Geoffrey Pyatt qui vante « les 5 milliards de dollars donnés pour l’U » depuis 1991 pour sa « démocratisation ». Pour fomenter un changement de régime, il s’agissait d’une part de s’appuyer sur des partis autoproclamés néonazis (Svoboda et Pravy Sektor), sur Ianouchenko — « IATS est notre type » — et d’autre part de court-circuiter l’Europe réticente à cette politique agressive — « ce serait formidable d’avoir l’aide de l’ONU pour baiser l’U.E ». Du côté officiel, la NED (National endowowment for Democracy) continuait de promouvoir la démocratie en finançant des éléments néonazis proches de l’héritage Bandera qui commençaient à terroriser les membres du parlement ukrainien pour qu’ils adoptent des lois néolibérales.

Le pays n’ayant plus de souveraineté populaire, il en résulte une violation permanente de la Constitution avec une interdiction du statut juridique de la langue russe, mais aussi du magyar pour favoriser une culture scandinave aryenne néonazie.

Un médecin qui avait soigné des manifestants dit lors d’un enregistrement qui avait fuité sur YT que « Tous les éléments montrent que les gens — policiers et manifestants, qui ont été tués par des tireurs embusqués l’ont été par les mêmes tireurs ».

Derrière ce coup d’État démocratique, se trouvent les intérêts capitalistes occidentaux et ceux des fonctionnaires locaux corrompus qui veulent finir de s’emparer des biens publics pour une redistribution vers le haut en faveur du 1 %.

Mais la perte du marché russe entraine un chômage de masse, un coût élevé de l’énergie, un gonflement des déficits commerciaux extérieur dû aux importations et un endettement auprès du FMI et de l’UE pour éviter une cessation de paiement. Faillites, diminution du revenu des ménages, destruction de l’industrie locale, pertes de l’investissement étranger en raison de l’instabilité, dette à long terme, inégalités.

Les stratèges de l’OTAN qui n’ont en tête que d’éliminer les rivaux, ne prennent jamais en compte les conséquences sur les populations. Ils pensent encore que le démantèlement de la Yougoslavie, de l’Irak, de la Libye sont de grands succès politiques.

Crimée et Donbass

La Crimée est le plus grand port commercial russe sur la mer Noire à la croisée de pipelines entre la mer noir et la mer Caspienne. Le gouvernement russe est dans une situation difficile.

La mainmise de l’OTAN visait à exclure la Russie des bases militaires de Crimée pour les transformer en base militaire de l’OTAN, et à interrompre la chaine de production ukrainienne destinée à l’exportation militaire russe. Coup dur pour la Russie. Elle a répondu qu’en deux années le pays serait en mesure de reprendre une production nationale et que la Crimée serait intégrée. Malgré l’hystérie théâtrale des États-Unis, le taux de participation de 83 % avec une réponse favorable de 96 % pour son rattachement à la Russie. Le résultat du vote n’avait rien de surprenant : avant le rattachement de la Crimée attribuée de manière artificielle à l’Ukraine en 1954 par Kroutchev, la Russie était en Crimée depuis le XVIIIème siècle, notamment pour préserver le port de Sébastopol et pour des raisons de défense nationale et de population à majorité russe. C’est la même situation qui concerne les territoires de l’est (Donbass, Donets, Louhansk), sauf que la Russie n’avait pas d’intérêts militaires immédiats et n’en voulait pas la responsabilité financière. C’est face à une présence militaire de plus en plus menaçante, que la Russie reconnait ces nouvelles républiques et s’engage dans la guerre.

Fédération autonome pour l’Ukraine

Allons-nous vers une invasion de l’Ukraine pour restaurer « la grande Russie » ou une avancée démocratique de « la grande Amérique » ? Ou une guerre au long cours qui permettra d’asseoir une dictature planétaire ? Ou une guerre de façade pour des manœuvres de diversion ?

En tout état de cause, on ne peut que souhaiter un cessez-le-feu afin d’organiser la reconstruction selon :

  • Une fédération qui respecte l’histoire et les identités,
  • Un retrait de l’OTAN et des garantis de non-agression avec la Russie,
  • Une dissolution des forces nazies,
  • Une purge de la corruption systémique ploutocrate,
  • Un désengagement du FMI avec l’annulation des dettes,
  • Une autonomie fondée sur un développement local,
  • Une entre-aide mutuelle associative.

L’espoir d’une telle résolution est bien maigre devant tant la folie. Car au fond, c'est bien de folie qu’il s’agit. De quoi la guerre totale et permanente est-elle la manifestation ? Frayeur face à l’existence. Désir de contrôler l’existence. Anéantissement de l’existence.

Des forces populaires et citoyennes

Les révolutions de couleur posent une question extrêmement dérangeante : comment est-il possible que des élans populaires soient aussi souvent et rapidement récupérés (Serbie 1999, Géorgie 2003, Ukraine 2004, Liban 2005, Iran 2009, Libye 2001, Syrie 2011…) ? En ce sens concernant l’Ukraine, les médias russes surestiment le rôle de la droite nationaliste tandis qu’elle est sous-estimée par les médias occidentaux : Maiden n’était pas constitué uniquement de mouvements ultra nationalistes, mais portait un large spectre politique et ethnique qui sortait de manière festive pour le prix des matières premières.

On connait le rôle des ONG qui s’appuient sur les parties les plus identitaires, violentes et mercenaires. Cette tactique de « l’essaimage » consistant à infiltrer la société civile d’ONG vise à donner l’impulsion au mouvement pour ensuite le récupérer grâce à une agitation anti-démocratique qui contrefait les soulèvements démocratiques. Les ONG, les fondations et les médias sont de concert avec les oligarques qui souvent siège au parlement. Par exemple, Pintchouk deuxième homme plus riche d’Ukraine, possède des usines sidérurgiques, une fondation, un empire dans les médias, un réseau parlementaire, tout en interagissant fréquemment avec Wall street, les fondations Clinton, Blair et B. Gates. G. Soros dès 1991 s’est appuyé sur les ONG pour accentuer les divisions et favoriser l’instabilité.

Par ailleurs, les politiques néolibéralistes mondialistes en engendrant le précariat, la guerre et la peur rendent serviles et enflamment les rivalités ethniques. La technique semble imparable : tandis que les médias s’occupent de manipuler les émotions et les espoirs, les ONG dirigent de l’intérieur et les ploutocrates s’emparent des Institutions. Le peuple veut rarement la guerre : il faut un récit dramatique basé sur la diabolisation et la polarisation, de la division interne et de la contrainte externe.

Sachant cela, qu’est-ce qui pourrait faire qu’un mouvement humain reprenne son destin en main pour éviter la guerre totale et permanente ? La question reste ouverte.

Une vision du futur

Nous avons créé de l’information libre avec des groupes d’experts indépendants, alerté les parlementaires. Nous nous sommes emparés des leviers du droit et fait des appels vibrants au nom des plus belles valeurs éthiques. Nous sommes descendus dans les rues et avons bloqué pour un instant le rouleau compresseur du Pouvoir. Nous avons informé, formé, éduqué. Ça n’a pas suffi. Loin de là.

Qu’est-ce qu’il manque ?

J’ai l’impression que nous manquons d’ancrage. Un ancrage dans l’appréhension du réel. Un ancrage qui nous permette de comprendre vite et au plus profond les enjeux et d’aller à la source des problèmes. Un ancrage qui nous donne l’intuition dans les relations, les conflits et l’orientation des groupes humains. Un ancrage qui donne le courage de sortir des dogmes et des légitimités. Un ancrage qui laisse monter la vision d’un avenir autre.

Un mot me vient : transmission. S’ouvrir à la transmission non seulement de l’héritage humain, mais surtout au flux qui nous dépasse et nous ramène à la continuité entre la vie et la mort. Transmission entre les corps, les esprits, les générations, les territoires.

Alors nous pourrons espérer avoir les moyens de fédérer des groupes solides, de redonner vie à l’imaginaire, de trouver la force pour une inspiration, un espoir communs et les chemins d’accomplissement.

Alors nous pourrons espérer réduire les budgets militaires fous, arrêter l’expansion de l’OTAN pour conquérir le monde, désamorcer le complexe militaro-industriel planétaire. Et qui sait : prendre un autre voie que celle nihiliste de la folie du contrôle, de la terreur et de la guerre totale et permanente.

Encore faut-il enlever les oripeaux de la bonne conscience et en soi-même, reconnaitre ces forces mortifères pour avoir le loisir de les transformer.

Tristan Edelman est artiste, chorégraphe et organisateur de l'Assemblée franco-italienne tenue en janvier 2022.


Notes complémentaires :

À LIRE AUSSI

Image
L'usine Uralkali, entreprise russe d'engrais à Berezniki, dans l'Oural, à plus de 1200 kilomètres à l'est de Moscou, le 28 mai 2013
La dépendance aux engrais russes, une épine dans le sol européen
Le premier choc a été celui de la flambée des grains et huiles, le second est celui des engrais: la guerre en Ukraine a jeté une lumière crue sur la dépendance de l'ag...
14 mars 2022 - 22:10
Politique
Image
Le comédien et candidat à la présidentielle ukrainienne Volodymyr Zelensky lors d'un entretien avec l'AFP sur les lieux du tournage d'une série télévisée à Kiev, le 6 mars 2019
Donbass, Ukraine: état sur la situation et opération militaire spéciale russe
TRIBUNE — Au regard de la situation actuelle et des différentes informations parfois contradictoires et partisanes sur le conflit Donbass-Ukraine, il est temps pour ch...
14 mars 2022 - 10:43
Opinions
Image
L'hôtel particulier d'un oligarque russe occupé par des manifestants à Londres, le 14 mars 2022
Le Royaume-Uni lance son programme d'accueil de réfugiés ukrainiens chez l'habitant
Le gouvernement britannique a mis en place lundi un site internet à destination des Britanniques souhaitant accueillir chez eux des réfugiés ukrainiens fuyant la guerr...
14 mars 2022 - 15:16
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don