Covid-19 - Le vide l’hubris et la chute

Covid-19 - Le vide l’hubris et la chute

Publié le 27/11/2020 à 14:21
Pexels
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Le médecin résistant pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Tribune : « On a souvent besoin d'un plus petit que soi … » faut-il que les temps aient changé, pour que l’on ait à nouveau besoin de citer La Fontaine et ses fables intemporelles !

 

D’une part une réflexion de notre président de la république déniant une âme à un être humain, posant question :

« Une gare, c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien ». Emmanuel Macron

 

De l’autre, l’intuition du poète, Alphonse de Lamartine, octroyant une âme aux objets, portant à la méditation …

 

Chaumière où du foyer étincelait la flamme, 
Toit que le pèlerin aimait à voir fumer, 
Objets inanimés, avez-vous donc une âme 
Qui
s'attache à notre âme et la force d'aimer ?

 

La réflexion de notre président de la république serait-elle à prendre au sens littéral, celui d’un mépris de nombre de citoyens français, mépris allant jusqu’à un déni d’existence, ou, pouvons nous l’espérer, cacherait-elle une vérité infiniment plus subtile ? Quel pourrait être ce “rien”, qualifiant un “tout”, c’est à dire un être animé doté d’une âme?

Rien, vide et absence... la tradition ésotérique séculaire, les pensées des poètes et la science moderne, apportent t’ils une même réponse ?

 

Rappelons les symboles et enseignements de la Tradition, envisageant Dieu, le Père, comme le Principe créateur du tout, mais « non agissant ».

 

« Le Principe est toujours non agissant et cependant tout est fait par lui »

Tao-to king, Lao-tseu

 

La Kabbale, profonde mystique juive relate l’acte primordial de la création par le retrait de l’Immensité Divine (Tsimtsoum), laissant place au monde. Rappelons l’étymologie d’ « exister » ex-ister : « sortir de » « être hors de soi » … il apparaît que c’est de ce « rien », ce « vide » providentiel, généré par cette « absence », qui permit, dans cette pensée ésotérique, l’Existence du monde.

 

Et si la connaissance portée par ces traditions était exacte, formidable intuition « mystique » ? Voyons ce que nous apprend la science moderne dans toute sa rigueur. L’atome constituant la matière n’est-il pas constitué de plus de 99 % de vide ? L’espace vide infiniment grand qui nous entoure ne constitue t-il pas l’Univers ? La physique quantique nous montre que ce « rien », ce vide, est en fait, à rebours de l’intuition profane, rempli d’une énergie fluctuante permettant l’émission de paires de particules virtuelles, ce qu’on appelle « fluctuation quantique du vide ». De ce rien, vide en apparence, et pourtant bouillonnant d’énergie potentielle, pourrait ainsi naître le « Tout ».

 

Trente rayons convergent vers un moyeu

Mais c’est le vide médian

Qui fait marcher le char.

 

On façonne l’argile pour en faire des vases,

Mais c’est du vide interne

Que dépend leur usage.

 

Une maison est percée de portes et de fenêtres,

C’est encore le vide qui permet l’habitat.

L’être donne des possibilités,

C’est par le non être qu’on les utilise.

Tao-to king, Lao-tseu

 

C’est également en passant par la mort et la putréfaction, l’oeuvre au noir, que l’Adepte, dans son parcours spirituel, parvient au Grand Oeuvre.

 

Notre président insinuait-il donc, de manière sibylline, que tous ces citoyens inconnus, ces êtres « qui ne sont rien », constituaient une promesse de création, de progrès, le symbole d’un « Tout » présent ou en devenir ? Où s’agissait-il réellement d’une pensée métallique et glaciale opposant, au mépris du principe d’égalité républicain, deux « types » de citoyens, réduisant à un néant ceux dont la réussite, selon ses critères, ne lui était pas apparente ?

 

La COVID-19 a été révélateur d’un pouvoir grisé par le Tout, dans un trop plein d’hubris, l’ayant conduit à annihiler toute opposition parlementaire, « vidant » par le sarcasme la nécessaire pensée contradictoire, désormais qualifiée de « complotiste », par des médias asservis, asservissant à leur tour le peuple par moult décrets péremptoires et lois scélérates et liberticides. 1984 !

 

« Camarades, dit-il, savez-vous qui est le fautif ? L'ennemi qui s'est présenté à la nuit, et a renversé notre article sur l’hydroxychloroquine publié dans le Lancet? C'est Monsieur Azalbert ! rugit Napoléon-LEAD. 

Oui, enchaîna-t-il, c'est Monsieur Azalbert le complotiste et le collectif citoyen, par pure malignité, pour contrarier nos plans-Remdesivir, et se venger des ignominieuses insultes proférées à son égard. Lui, le traître de France Soir ! A la faveur des ténèbres, il s'est faufilé jusqu'ici, a comploté et a ruiné d'un coup un an bientôt de notre labeur.

D’après la Ferme des animaux, George Orwell

 

Des énarques à vision étriquée, plus égaux que les autres, imposant sereinement, du haut de leur tour d’ivoire, un confinement aveugle qui n’aura pour eux, pensez y, aucune conséquence puisque ces derniers n’ont pas investi dans un outil de travail et qu’ils toucheront quoi qu’il arrive leur salaire à la fin du mois. Combien de faillites, d’emplois perdus, de vies brisées, de suicides … conséquences de cette absence de vision ?

 

Un comble lorsqu’on apprend, les prélèvements dans les égouts l’ayant prouvé notamment à Marseille, que la baisse de l’épidémie a débuté avant le confinement, et que le dit confinement a paradoxalement provoqué, au départ une hausse des contaminations. Notre ministre de la Santé lui-même, dans un bref éclair de lucidité, l’avait dit, il y a quelques mois, avant de sombrer dans la confusion la plus absolue.

 

«Mais en réalité, vous savez ce qui fait que la grippe s’arrête au printemps ? Ce n’est pas la chaleur, c’est qu’en fait, au printemps, qu’est-ce qui se passe ? On ouvre les fenêtres, on ouvre les portes, on n’est plus confiné dans des lieux, on va dehors. Et donc, c’est le confinement qui provoque la circulation du virus. » Olivier Véran

 

Bientôt le « télécran »- passeport sanitaire sous l’œil informatique de Big brother ?

Le confinement et les pertes subies par les entreprises auront été, en définitive, plus qu’inutiles et navrants, une vaste escroquerie.

Il aurait sans doute mieux valu ne « rien » faire, ou au mieux avoir plus de discernement ; tester de manière appropriée (avec des seuils de détections adéquats et des résultats rendus rapidement), proposer l’isolement des seuls malades, soigner, et protéger les personnes à risque d’une forme grave de la maladie. L’IHU le fit seul lors de la première épidémie. Las ! On ne fait pas d’un âne un cheval de course ; l’IHU le fit encore seul lors de la deuxième épidémie.

 

La sérénité de nos chers énarques et autres gouvernants prévaricateurs sera brève, précédant la Chute ! Rappelons nous que notre société demeure une chaîne d’union fondée sur la solidarité de « ceux là mêmes qui ne seraient rien » et de « ceux qui croient incarner le Tout ». Les « premiers de cordée » pour reprendre une autre métaphore présidentielle, seront eux aussi entraînés dans la Chute.

 

Méditez cet apologue d’Esope !

 

L'estomac et les pieds débattaient de leur force respective. A tout propos les pieds prétendaient qu'ils étaient tellement supérieurs en force qu'ils portaient même l'estomac. A quoi celui-ci répondit: «Mais, mes amis, si je ne vous fournissais pas de nourriture, vous-mêmes ne pourriez pas me porter» 

 

Pour arriver au «Tout », il faut accepter au départ, de n’être « Rien ». D’aucuns croyant être «Tout » sans avoir été humble, courre le risque un jour de devenir « moins que rien ».

 

Le « tort » du professeur Raoult aura été de rejeter le «Tout » -Big-Pharma-Remdesivir, et de soigner avec « trois fois rien »-vieux médicament connu- hydroxychloroquine, efficace, pas cher, et surtout non rentable. L’histoire reconnaîtra bientôt que ce « trois fois rien » aura fait « beaucoup».

Auteur(s): Le médecin résistant pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Covid-19 - Le vide l’hubris et la chute

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir