Didier Raoult : la sérénité du vainqueur

Didier Raoult : la sérénité du vainqueur

Publié le 24/08/2021 à 08:25
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

CHRONIQUE - "Quand on commence à cacher les chiffres, ça veut dire que déjà on sait qu'on a perdu". Cette petite phrase, lâchée par le professeur Raoult dans sa vidéo du 17 août : "Vaccin et variant delta", prend toute sa signification à l'aune de l'interview qu'il a accordée lundi matin à Laurence Ferrari pour C News.

Voir aussi : "J'ai l'habitude d'être pris comme bouc émissaire " L'interview de Didier Raoult sur CNews

Alors qu'il venait de dire que "l'on n'a pas le droit d'être intelligent dans ce pays" et qu'il avait "l'habitude d'être pris comme bouc émissaire", la journaliste avance le nom de François Crémieux, le nouveau directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille. La réponse fuse : "C'est le grand copain de Hirsch. Et comme j'ai dit ce que je pensais de la gestion de Paris qui était absolument épouvantable, il m'en veut beaucoup. Il a viré mon collaborateur, Eric Chabrière, ils ont viré Fouché, il ne veut pas me prolonger dans ma fonction hospitalière". En Macronie, toute vérité n'est pas bonne à dire ...

Et, pour que les choses soient bien claires, le professeur précise le sens de l'envoi à Marseille de cet "Administratif" : "Il arrive pour faire le ménage, je fais partie des objets dont il voudrait faire le ménage". Et cela, "quoi qu'il en coûte", suivant le précepte de bonne gestion lancé il y a un an par M. Macron. Si Didier Raoult n'est pas "recruté comme praticien hospitalier", ce sont "plus de 2 millions d'euros par an" qui seront perdus par l'Assistance Publique, du fait de l'arrêt de son activité scientifique".

Voir aussi : Fouché, Raoult : le patron de l'AP-HM veut faire le ménage à Marseille

Le professeur va -t-il quitter la scène ? C'est une autre affaire, puisque "la fondation IHU est autonome". Rendez-vous est pris pour septembre et la réunion de son conseil d'administration. En tout cas, "si l'idée du nouveau directeur général, c'est de détruire les fondements de l'IHU, il faudra le faire avant avril" et la désignation d'un nouveau gouvernement, ajoute le directeur de l'IHU.

Interrogé sur l'évolution de la pandémie, sur la vaccination, mais à aucun moment sur le traitement de la maladie - ce qui est un peu dommage ! - le professeur Raoult a confirmé les positions qu'il défend dans ses vidéos hebdomadaires. 

En un temps où "personne au monde ne parlait de variants" (et d'éminents membres du conseil scientifique élyséen disaient même que ça n'existait pas !), l'IHU a publié sur ce sujet dès septembre 2020. On a assisté à "des épidémies successives chez ceux qui ont des frontières ouvertes". La vaccination n'a pas endigué l'augmentation des cas de variant delta : "Ce que je vois, ce ne sont pas les pays qui ont le plus vacciné qui en ont le moins". Et "pour établir que la maladie est moins grave chez les vaccinés, il faudra des données suffisantes".

Parce que "ces variants échappent en grande partie aux vaccins", "on n'est pas dans une situation très optimiste pour endiguer l'épidémie". Cela étant, s'"il n'y a pas de contrôle de l'épidémie grâce à cette vaccination-là", "il ne faut pas insulter l'avenir : il y aura peut-être une autre vaccination qui permettra un contrôle épidémique". Les vaccins actuels ne sont pas "la panacée" pour une simple raison : "si vous avez une cible unique et étroite, la capacité du virus à échapper à votre défense est plus importante que si vous avez plusieurs cibles".

Le professeur Raoult confirme que "le variant indien est plutôt moins grave que le variant anglais, qui était déjà moins grave que le Marseille 4".

Et quand Laurence Ferrari lui demande son opinion sur l'état de notre société, la fracture créée par le pass sanitaire, la suspicion sur des décisions officielles, Didier Raoult déplore que "la dramatisation immédiate, gigantesque de cette crise" ait conduit à la remise en cause, "brutalement", de certaines approches. Alors qu'il existe une "obligation de soin", "on a dit aux médecins : ne soignez pas les malades ! avec l'accord du Conseil de l'Ordre, c'est inouï, ça ! Maintenant, on dit : ne soignez pas les gens qui n'ont pas de pass sanitaire !"

"Tout cela, juge-t-il, ce sont des décisions à l'emporte-pièce qui sont trop violentes". Sa conclusion est aussi sévère que juste : "Dans cette ébullition, on passe par-dessus des siècles de comportement avec la médecine qui sont d'une nature incroyable".  

Pour reprendre les mots du professeur Raoult, "tout cela" est dit avec le plus grand calme, avec la sérénité de celui qui sait que, quoi qu'il advienne désormais de sa carrière, de toute manière il sortira vainqueur du mauvais procès qui lui est fait.

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le professeur Raoult : "avoir raison trop tôt est un grand tort" ?

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir