Euthanasie et suicide assisté : à l'Assemblée nationale, une nouvelle chance

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Euthanasie et suicide assisté : à l'Assemblée nationale, une nouvelle chance

Publié le 08/04/2021 à 09:16
Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

TRIBUNE - C'est dans le cadre d'une niche parlementaire d'une journée dont bénéficie le groupe Liberté et Territoires que les représentants du peuple votent aujourd'hui pour une énième nouvelle loi sur la fin de vie. Le peuple n'est pas très sûr des modalités qu'elle devrait revêtir, mais à 95% ils souhaitent que sous certaines conditions, l'euthanasie et le suicide assisté soient possibles. Si la démocratie n'est pas un vain mot en France, le 8 avril devrait accoucher d'une nouvelle loi. Mais on doit se demander quel sera le contenu de cette loi.

Est-ce une loi qui tiendra compte des avancées réelles qui ont eu lieu par exemple au Canada ?

La proposition d'Olivier Falorni prévoit que la demande d'euthanasie ou d'un suicide assisté soit traitée par une collégialité de trois médecins qui l'accepteront ou la refuseront. Est-ce la bonne formule ? Les médecins seraient-ils des spécialistes formés à déterminer si une personne est apte à mourir ? Ne serait-il pas plus humain et plus logique qu'une telle demande soit reçue par un seul médecin et la personne de confiance du demandeur ? La personne adulte et responsable qui fait une telle demande ne doit pas être tributaire d'un tribunal de fin de vie. Tenir compte de cette formule où la décision serait prise par le trio : patient, médecin, personne de confiance, demanderait une modification succincte de l'article 2 de cette proposition.

Par ailleurs, nous ne pouvons oublier l'éventualité de la maladie d'Alzheimer, une perspective qui serait moins effrayante si avant la perte totale d'autonomie les critères pour une euthanasie étaient fixés entre la personne concernée, son médecin et sa personne de confiance. Cela éviterait des suicides hasardeux et prématurés de patients craignant de ne plus pouvoir réagir une fois tombés dans la démence. Quelques précisions dans l'article 3 permettraient cette avancée..

On ne peut pas tout demander le 8 avril ; on ne peut pas changer la pesanteur des élites françaises en une journée, mais ne fermons pas les yeux puisque le temps semble-t-il est venu de les ouvrir, comme nous l'a montré l'ancienne secrétaire d'état aux personnes âgées, Paulette Guinchard, décédée récemment, obligée de recourir au suicide assisté en Suisse .

Comment ne pas entrevoir ce que les adversaires acharnés depuis 50 ans de toute évolution appelleront la pente glissante ? En effet peut-on dans l'absolu établir des critères solides pour que la société accepte de permettre à quelqu'un de mourir ? Le vrai problème n'est pas lié à la personne qui veut mourir qui a, comme le dit l'article 4 de la déclaration des droits de l'homme, toutes les libertés, sauf celle de nuire à autrui. Ce n'est pas elle qui souffrira de sa disparition, mais ses proches. Un critère déterminant de la décision de mourir est donc la responsabilité affective que l'on peut avoir envers les personnes qui nous entourent. Ce critère ne peut être évalué que par le trio que constituent la personne concernée, le médecin qui la connaît et sa personne de confiance.

Et puis, un jour, comme y réfléchissent les Pays-Bas depuis longtemps, pourquoi devoir justifier que l'on veut mourir quand on a dépassé les 70 ou 80 ans ?

Ce sont des réflexions encore un peu novatrices, mais le 8 avril la France doit au moins éviter d'avoir 20 ans de retard sur les pays qui lui ressemblent et prendre le départ du « aider à mourir » moins hypocrite que le « laisser mourir » actuel.
 

Philippe Chazot, ex vice-président de l'association Ultime Liberté

 

Voir aussi la tribune de Nicolas Tardy-Joubert : "Ultime liberté ou ultime transgression ?"

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir