La liberté responsable, éthique de comptoir d’un Président et sa responsabilité scientifique

Auteur(s)
Pierre-Antoine Pontoizeau, pour FranceSoir
Publié le 09 août 2021 - 18:56
Image
Place de la République
Crédits
Thomas Samson - AFP
Place de la République
Thomas Samson - AFP

TRIBUNE - Emmanuel Macron vient de faire une leçon de morale, style IIIe République, pour expliquer à la petite classe que nous sommes tous, que la liberté s’organise et se codifie :

« Je suis tout à fait libre de boire un verre, deux verres, trois verres, quatre verres de vin, de rester chez moi, de voir des amis, il n’y a aucun problème. Par contre, depuis des années, on a accepté qu’après avoir bu, je ne suis plus libre de prendre le volant parce qu’à ce moment-là, ma liberté de prendre le volant peut vous mettre en danger, peut mettre en danger une jeune fille qui traverse la rue ou quelqu’un qui n’a rien à voir. »
 
C’est insupportable de médiocrité. Nous devrions donc tous nous faire vacciner pour nous protéger et respecter les autres. Ce jeune président oublie qu’il y a une différence notable entre son exemple et ce que nous vivons. La liberté responsable commence par l’exigence d’enseigner des faits scientifiquement établis, lui-même ayant évoqué les vérités scientifiques. Alors soyons tous des scientifiques responsables.
 
En effet, fut un temps où les fameux quatre verres n’empêchaient pas de prendre le volant. Il a fallu des années pour que l’alcoolisme au volant soit dûment démontré comme une des causes d’accidents graves et mortels. Il a fallu du temps pour s’en convaincre tous et s’éduquer à ne pas prendre le volant. A cet égard, les éthylotests dans les véhicules imaginés par quelques fonctionnaires et assureurs ont été définitivement abandonnés le 22 mai 2020, le pass sanitaire subira le même sort. C’est donc un travail collectif et surtout une responsabilité scientifique avec ses preuves, ses expériences et ses mesures indubitables que l’alcool au volant fait perdre des facultés de réactions qui s’avèrent fatales.
 
En est-il de même pour les thérapies contre la Covid-19 ? La responsabilité scientifique d’un chef de l’État aurait été de laisser pratiquer les hommes de l’art, c’est-à-dire les médecins. Or, ceux-ci ont été dépossédés de leur liberté de prescription au profit d’une administration centrale : la politique sanitaire. Est-ce responsable et scientifiquement légitime de prétendre que des administratifs savent mieux que les praticiens ? CQFD ! Emmanuel Macron peut-il répondre scientifiquement par des preuves irréfutables et des faits d’expériences avérés que le « vaccin » est efficace ? Non, et les retours d’expérience bien réels montrent jo<ur après jour qu’il n’en est rien. Merveilleux vaccin qui n’empêche pas d’être malade, voire hospitalisé pour certains, de décéder même, et plus encore de transmettre à des tiers, comme un non-vacciné. Est-ce un fait scientifique avéré ? Oui. Le Président pratiquerait-il le déni ? Oui, et cela est irresponsable. Peut-il prouver scientifiquement qu’il n’y pas d’effets secondaires dangereux pour les populations ? Non, car nous sommes en phase 3 et les registres de pharmacovigilance sont déjà et malheureusement bien documentés, mais il faut le censurer et le taire, le Président est encore dans le déni scientifique. Oui. Est-il irresponsable ? Oui. Est-ce cela l’esprit de liberté responsable et la responsabilité scientifique d’un chef de l’État ? On peut en douter. Est-il en capacité de démontrer qu’il n’y pas des risques graves et mortels pour la population ? Non, et les décès sous 48 heures comptabilisés aux États-Unis et des cas en France sont des faits avérés dramatiques qui inviteraient à la prudence ou à la précaution. L’article de Laurent Mucchielli, accessible sur France Soir, vient d’être retiré du site Médiapart sous la pression alors que ses chiffres sont sourcés, vérifiés, que ces décès établissent un lien de succession et du fait du nombre constituent une présomption déjà troublante à étudier de toute urgence. Or, il n’en est rien. Un autre déni. Enfin, Emmanuel Macron a-t-il le début d’une évaluation de sa politique publique comme les hauts fonctionnaires aiment à pratiquer ? A-t-il un calcul du bénéfice-risque des coûts économiques et sociaux de ses politiques sanitaires au regard de la dangerosité de ces coronavirus après 18 mois de mesures ? Rien. Combien de milliards ? Combien de morts ? Quelles comparaisons avec les autres pays ? Rien ; pas d’évaluation, pas de classement, pas de « benchmark ». Étonnant.
 
A dire vrai, est-il capable de s’appliquer à lui-même sa leçon de morale, malgré l’indigence intellectuelle de son propos totalement affligeant ? Que faisons-nous si de nouvelles vagues (réputées vagues) se succèdent ? En l’absence de tout retour d’expérience, faudra-t-il vacciner trois fois, quatre fois, cinq fois sans esprit critique ? Faudra-t-il confiner, reconfiner sans aucune mesure de la corrélation entre cette disposition et des effets mesurables ?
La France nous a donné Jean Dausset, prix Nobel de médecine en 1980. Elle attend autre chose de son président qui pourrait passer à la postérité comme un vil obscurantiste au service de la cupidité de quelques-uns. Lui, a découvert le système des groupes tissulaires (Human Leucocyte Antigen) dont il conclut que chaque organisme est unique et singulier. En conséquence, les thérapeutiques peuvent correspondre à des groupes, à des cas. Et la vaccination est alors une stratégie largement inadaptée. La preuve expérimentale est sous nos yeux, puisqu’un même virus ne fait rien sur certains, quelques effets sur d’autres, entraîne des complications, voire la mort pour quelques-uns. CQFD là encore. Cette dispersion des réactions démontre que J. Dausset dit vrai et qu’il s’agit d’adapter des thérapeutiques selon les antécédents, la comorbidité, etc. ; soit l’art du médecin en situation face à son patient. Dausset jeta les bases d’une médecine prédictive-préventive et singulière, soit tout l’inverse de la pratique actuelle promise à l’échec mais rémunératrice en dépit du réel état de l’art.
 
J’invite le lecteur et Emmanuel Macron à relire ces deux extraits d’un autre vrai homme de science, lui. Claude Bernard, médecin et fondateur de la démarche expérimentale au 19e siècle. Lisons-le attentivement et exigeons d’Emmanuel Macron une démarche scientifique réelle, expérimentale, étayée, forte de controverses et de débats en donnant de nouveau à ceux qui savent le pouvoir et la liberté de soigner. Ce n’est pas le rôle de l’État de pratiquer la médecine, mais c’est son rôle d’organiser les moyens qui permettent à ceux-là d’agir en hommes et femmes de science. Voilà la véritable liberté responsable de chacun.
 
Premier extrait : 
« Les hommes qui ont une foi excessive dans leurs théories ou dans leurs idées sont non seulement mal disposés pour faire des découvertes, mais ils font encore de très mauvaises observations. Ils observent nécessairement avec une idée préconçue et, quand ils ont institué une expérience, ils ne veulent voir dans ses résultats qu’une confirmation de leur théorie. Ils défigurent ainsi l’observation et négligent souvent des faits très importants, parce qu’ils ne concourent pas à leur but. C’est ce qui nous a fait dire ailleurs qu’il ne fallait jamais faire des expériences pour confirmer ses idées, mais simplement pour les contrôler, ce qui signifie, en d'autres termes, qu'il faut accepter les résultats de l'expérience tels qu'ils se présentent, avec tout leur imprévu et leurs accidents. » (introduction à la médecine expérimentale, chapitre II)
Deuxième extrait :
« La première condition que doit remplir un savant qui se livre à l'investigation dans les phénomènes naturels, c'est de conserver une entière liberté d'esprit assise sur le doute philosophique. Il ne faut pourtant point être sceptique ; il faut croire à la science, c'est-à-dire au déterminisme, au rapport absolu et nécessaire des choses, aussi bien dans les phénomènes propres aux êtres vivants que dans tous les autres ; mais il faut en même temps être bien convaincu que nous n'avons ce rapport que d'une manière plus ou moins approximative, et que les théories que nous possédons sont loin de représenter des vérités immuables. Quand nous faisons une théorie générale dans nos sciences, la seule chose dont nous soyons certains, c'est que toutes ces théories sont fausses absolument parlant. Elles ne sont que des vérités partielles et provisoires qui nous sont nécessaires, comme des degrés sur lesquels nous nous reposons, pour avancer dans l'investigation ; elles ne représentent que l'état actuel de nos connaissances, et, par conséquent, elles devront se modifier avec l'accroissement de la science, et d'autant plus souvent que les sciences sont moins avancées dans leur évolution. » (1865, p.63 et 1984, p.68-69)
Je laisse chaque lecteur juger d’où est Emmanuel Macron aujourd’hui. Quant à nous, manifestons et soutenons ceux qui sont exposés à perdre l’exercice de leur libre consentement. Mais, faisons aussi science ensemble, échangeons nos savoirs, apportons des preuves, racontons en détail les expériences de nos proches sur les réseaux. Décrivons les effets de la vaccination, les malades pourtant vaccinés, etc. Diffusons ces faits et apportons des preuves irréfutables. Bref, témoignons et faisons la vérité ensemble avec l’esprit critique qui fait tant défaut à l’arrogant qui nous gouverne. 

À LIRE AUSSI

Image
Brégançon
Abandonné et seul au monde, Macron s’adresse aux murs de Brégançon
Via Instagram et TikTok, Emmanuel Macron nous a proposé cette semaine un tour du fort de Brégançon en douze vidéos. Suivez le guide !Passé le choc du tricot hibou et d...
07 août 2021 - 11:38
Opinions
Image
vauban
L'été des résistants : des grandes villes aux bourgades, on manifeste pour la liberté
Dans toute la France, ils sont de plus en plus nombreux à manifester. De la capitale à une bourgade iséroise, de dizaines de milliers de manifestants au moins aux... d...
08 août 2021 - 18:50
Politique
Image
L'Avis Tranchant d'Alain
"Irresponsabilité" : Macron devrait balayer devant sa porte...
CHRONIQUE - Quelle mouche a bien pu piquer M. Macron pour qu'il gratifie d' "irresponsabilité et égoïsme" les Françaises et les Français, dont je m'honore de faire par...
09 août 2021 - 16:40
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don