Le naufrage politique de Joe Biden

Le naufrage politique de Joe Biden

Publié le 20/10/2021 à 11:53
AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Anthony Lacoudre, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A
 
TRIBUNE — Alors que l'on vient d'apprendre que plus d'Américains sont morts du virus Covid-19 (en neuf mois) qu'au cours de l'année 2020 en entier (et il n'y avait pas de vaccin en 2020 !), un sondage fracassant vient d'être publié par l'institut Quinnipiac, confirmant le naufrage complet des premiers mois de la présidence de Joe Biden. 
 
Un institut de sondage favorable à la gauche américaine
 
Cet institut de sondage est pourtant connu pour être très favorable à la gauche, en recourant à une technique courante de surreprésentation des sympathisants démocrates dans les échantillons des personnes sondées ("oversampling"). 
 
En octobre 2018, il annonçait, entre autres, que le candidat démocrate au poste de gouverneur de la Floride allait l'emporter avec sept points d'avance sur le républicain Ron DeSantis (ce dernier ayant finalement gagné et étant désormais un candidat potentiel républicain à l'élection présidentielle de 2024). Deux ans plus tard, ce même institut prédisait que Joe Biden remporterait le vote populaire de l'élection présidentielle avec 11 % d'avance sur Donald Trump (in fine, ce fut 1,3 % d'avance). 
 
L'effet d'une bombe
 
En dépit d'une surreprésentation officiellement reconnue de 5 % des sondés démocrates (soi-disant pour prendre en compte les résultats des dernières élections nationales), le sondage publié tout récemment par l'institut Quinnipiac a fait l'effet d'une bombe dans les médias. 
 
Huit mois seulement après sa prise de fonctions, l'action du président Joe Biden ne reçoit l'approbation ("approval ratings") que de 38 % des sondés alors que 55 % des sondés sont en désaccord ("disapprove"). Au printemps dernier, le même sondage donnait 65 % d'approbation contre 40 % de désapprobation. La chute en l'espace de trois mois est brutale.  
 
Un président très impopulaire
 
Joe Biden est donc "sous l'eau" ("under water") à hauteur de 17 %, ce qui en fait l'un des présidents les plus impopulaires de l'histoire récente des États-Unis.  
 
Vers une défaite électorale historique en 2022 des démocrates
 
Pire, les électeurs qui se déclarent "indépendants" (c'est-à-dire ceux-là même qui font et défont les élections en départageant les deux blocs d'électeurs démocrates et républicains, représentant environ chacun 35 % de l'électorat) sont 60 % à désapprouver l'action du président (contre 32 % qui l'approuvent).  
 
Si cette tendance auprès de l'électorat centriste perdure jusqu'aux élections de mi-mandat de novembre 2022, le parti démocrate peut s'attendre à une déroute électorale historique. 
 
67 % des électeurs blancs rejettent Joe Biden
 
L'analyse détaillée des données de ce sondage est désastreuse pour la gauche américaine. Ainsi, Joe Biden est en territoire négatif auprès de toutes les tranches d'âge, et notamment auprès des jeunes (sous l'eau à 12 % auprès des 18/34 ans), à l'exception des personnes âgées (49 % des plus de 65 ans approuvant son action contre 48 % qui la désapprouvent). 
 
Le score du président obtenu auprès des hommes blancs est particulièrement pitoyable, 67 % d'entre eux désapprouvant ses actions (contre seulement 27 % les approuvant). 
 
Le vote crucial des ouvriers
 
Les électeurs blancs sans diplôme universitaire sont même encore plus nombreux (69 % !) à rejeter l'action du président. De tels résultats auprès de l'électorat ouvrier américain présagent un bain de sang électoral pour les démocrates dans les États clefs industriels de la "Rust Belt" (Illinois, Michigan, Ohio, Pennsylvania, West Virginia, Wisconsin...)
 
Joe Biden perd même le soutien des hispaniques
 
Même auprès de l'électorat hispanique, Joe Biden réussit l'exploit d'être sous l'eau à 9 %, ce qui est du jamais vu pour un président démocrate (51 % désapprouvent contre 42 % qui approuvent). 
 
La crise humanitaire et sanitaire provoquée par l'ouverture totale de la frontière avec le Mexique adoptée par Joe Biden et Alejandro Mayorkas, son ministre de l'Intérieur, laisse des traces. 
 
De nombreux sièges de membres de la Chambre des représentants devraient basculer à droite en 2022 dans les circonscriptions des États mitoyens directement touchés comme l'Arizona ou le Texas. 
 
Il n'y a finalement que les électeurs noirs qui apprécient l'action du président, avec un taux d'approbation de 66 %. 
 
La question qui tue
 
Finalement, la situation catastrophique dans laquelle se trouve actuellement la gauche américaine est bien résumée dans la réponse des sondés à la question plus générale : Joe Biden et son gouvernement sont-ils compétents ? Non, répondent-ils à 55 %. 
 
La nouvelle idée de Joe Biden pour se rendre populaire
 
Tout n'est pas perdu. Joe Biden a trouvé tout récemment une nouvelle idée pour se rendre populaire. 
 
Le projet de loi de finances pour 2022 - qui prévoit une augmentation massive des impôts frappant les particuliers et les entreprises - propose également, il fallait y penser, un doublement de la taille actuelle de l'IRS (l'administration fiscale fédérale américaine), par le biais d'une augmentation de 79 milliards de dollars de son budget et du recrutement de 87 000 nouveaux inspecteurs. Et, pour couronner le tout, il est même prévu de contraindre les banques américaines à transmettre au fisc les informations concernant tout encaissement ou débit de plus de 600 $ de leurs clients. 
 
L'objectif est clairement revendiqué, il s'agit de multiplier les contrôles et les redressements fiscaux des contribuables américains, garantissant une augmentation des recettes fiscales estimée à 700 milliards de dollars sur 10 ans par les experts du ministère des Finances. Succès électoral garanti...

Auteur(s): Anthony Lacoudre, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Joe Biden

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir