Prendre les gens pour des sots ? Pas trop !

Auteur(s)
Marcel-M. Monin
Publié le 14 novembre 2023 - 16:59
Image
Tribune Monin Sots pas trop
Crédits
Marco Bianchetti / Unsplash
"Agiter le peuple, avant de s'en servir, sage maxime." (Talleyrand)
Marco Bianchetti / Unsplash

OPINION - Il n’y a, semble-t-il, que les escrocs qui dorment en prison qui savent que lorsque l’on manipule les gens, il faut que ces derniers ne se rendent pas compte qu’on les prend pour des imbéciles. Autrement…

Voici des années qu’il est vendu aux Français, que grâce à l’intelligence, à la clairvoyance, et à l’inspiration du président de la République, les problèmes sont connus de lui (il les décrit), ceux qui existaient naguère ont pour partie été résolus par lui et par sa garde rapprochée (il l’affirme), et ce qui reste à accomplir va être fait (il l’assure). 

Pourtant tout va, presque tout, dans à peu près tous les domaines, à vau-l’eau. Beaucoup de gens s’appauvrissent. Les services publics marchent plus que mal en attendant leur privatisation (que l’on cache). Le droit du travail est mis en pièces, ce qui permet de transformer les salariés en postes d’une fiche comptable, et parfois en des sortes de robots, etc.

Tout marche mal… Sauf pour la poignée de gens qui soutient les dirigeants, et dont le porte-monnaie grossit de manière pharamineuse. Et sauf pour les dirigeants politiques qui sautent, en profitant des opportunités liées à leur appartenance à des réseaux, du public au privé, de la politique aux conseils d’administration des banques ou de gros groupes industriels.

Les dirigeants français proclament qu’ils veillent aux intérêts de la France, alors que leurs propos et leurs initiatives en matière de politique intérieure, diplomatique, militaire, et industrielle font plutôt penser qu’ils sont “couchés" - et qu’ils couchent la France - devant les Américains. 

Cloués au pilori pour avoir eu une autre idée

Eux, et les médias de leurs soutiens, n’ont pas lésiné pour faire acheter pour des milliards un produit pharmaceutique présenté comme miraculeux, efficace, sans effets secondaires. Alors que les gens ont appris que c’était loin d’être aussi vrai que cela a été dit. Les médecins qui ont émis des doutes sur les qualités en question de ces produits, et qui ont avancé que l’on pouvait soigner les gens autrement, ont été cloués au pilori, et ont même été sanctionnés pour certains par leur Conseil de l’ordre. Ce qui est quand même gros !

Et s’agissant des évènements récents du Proche-Orient, il fut dit, sans relâche, comment les citoyens devaient les voir et les penser. Et même comment ils devaient en parler. Ce qui n’est pas gros mais énorme.

Ces affirmations erronées ou gratuites faisant appel à l’inconscient, ces syllogismes bas de gamme qui jouent sur la bêtise, avec qui plus est leur accumulation, finissent par faire comprendre aux gens qu’on les a pris, qu’on les prend en continu, pour des imbéciles.

Peu vraisemblable que le couple médias-politiciens change de méthode

Si la misère (des pauvres gens) provoque des révoltes, la prise de conscience d’être pris pour des imbéciles, qui touche une population plus large que les miséreux, est plutôt de nature à déclencher des changements plus profonds.  

Et il est peu vraisemblable que le couple médias-politiciens du moment change de méthode. Car la manipulation est le seul moyen connu de diriger la population si l’on veut qu’elle n’utilise pas son bulletin de vote dans le sens de l’intérêt général (c’est-à-dire l’intérêt de tout le monde, riches et… pauvres compris).

Il est donc probable qu’un changement des règles du jeu interviendra. 

Avec des acteurs de la vie politique qui seront amateurs de fonctions, pour ce que ces dernières permettent de réaliser pour tout le monde. Et non plus seulement désireux de postes pour ce que ces derniers peuvent leur apporter à titre personnel...

Marcel-M. Monin est maître de conférences honoraire des universités.

À LIRE AUSSI

Image
Dupont-Moretti
L’Etat de droit et la chienlit
TRIBUNE - Dans un collège, un professeur a fait ces jours-ci une leçon sur la notion d’Etat de droit. Et a posé des questions à ses élèves.  Le premier enfant ré...
04 novembre 2023 - 12:20
Opinions
Image
Démocratie en bande organisée
Démocratie… en bande organisée
TRIBUNE - Imaginons qu’un jury de concours autorise certains candidats à passer les épreuves munis d’oreillettes et avec des antisèches. Que diraient les heureux laur...
11 octobre 2023 - 18:38
Opinions
Image
élection urne
La manipulation contre la démocratie. Quelle(s) solution(s) ? 
TRIBUNE/OPINION - On sait que la manipulation des esprits est utilisée par les fabricants et les vendeurs pour faire acheter leurs produits. Et qu’elle est utilisée en...
23 septembre 2023 - 11:00
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.