Santé Publique France et Libération attribuent la surmortalité vaccinale au Covid !

Auteur(s)
Dr Gérard Delépine pour France-Soir
Publié le 27 décembre 2023 - 16:33
Image
Graph Omicron
Crédits
DR
Une surmortalité chronologiquement liée aux campagnes de rappel est apparue dans tous les pays vaccinés alors que l’épidémie de Covid a disparu grâce à l’immunité conférée par Omicron.
DR

TRIBUNE - En mai 2021, nous avions signalé l’hécatombe qui survenait constamment dans les semaines qui suivaient les campagnes de vaccination massives. Qu’il s’agisse des premiers apôtres des injections (Royaume-Uni, Israël) ou de pays moins peuplés (Emirats, Koweït, Mongolie, Monaco, Gibraltar), les huit semaines qui les suivaient étaient marquées par une surmortalité Covid qui dépassait fortement celle observée durant la période sans vaccin.

israel

monaco

UAE

gibraltar

UK

Les médias ont d’abord nié les faits pourtant établis par les données et les courbes de l’OMS, puis, devant l’évidence croissante de la surmortalité post vaccinale, les médias l’ont attribuée au Covid sans même envisager qu’il s’agissait plus certainement d’un phénomène de facilitation de la maladie [1] par les vaccins, non reconnu par des essais bâclés.

Gouvernements, agences sanitaires et médias refusaient d’évoquer la possibilité de la moindre responsabilité des injections et les "fast checkers" ne pouvant démentir la surmortalité observée l’ont attribuée au Covid et à "l’efficacité retardée des vaccins".

Depuis lors, les pseudos vaccins ont montré leur totale inefficacité sur la propagation de la maladie qu’ils ont été incapables de ralentir et qu’ils ont même probablement facilitée, puisque le rythme mensuel de contaminations mondiales a été multiplié par six après leur généralisation

image 6

et souvent davantage dans les pays les plus vaccinés au moment d’Omicron.

image 7

Les injections anti-Covid ont également fait la preuve de leur échec à prévenir les formes graves et la mortalité qui atteignait en novembre 2022 des taux 20 à 50 fois plus élevés dans les pays très vaccinés (Europe, USA) que dans ceux qui y avaient échappés (Afrique).

image 8

Cette inefficacité dramatique des pseudo-vaccins s’accompagne de plus d’une toxicité croissante avec le temps. Les médecins israéliens ont été les premiers à décrire les myocardites post vaccinales reconnues maintenant par tous les auteurs et auxquelles se sont depuis associés des morts subites, accidents neurologiques, troubles des règles et de la fertilité, apparition de turbo-cancers…

Parallèlement à la reconnaissance de ces complications post vaccinales, une surmortalité chronologiquement liée aux campagnes de rappel est apparue dans tous les pays vaccinés [2] alors que l’épidémie Covid a disparu grâce à l’immunité conférée par Omicron.

Cette surmortalité toutes causes confondues est observée en France où elle a atteint 9 % de la mortalité attendue en 2022 (+53 800 décès) comme l’illustre ce graphique de l’INSERM :

IMAGE 9

Le possible lien de causalité entre cette surmortalité et la vaccination Covid est renforcée par sa survenue dans des classes d'âge inférieures à 55 ans (où les risques de mortalité sont faibles et chez lesquels aucune cause connue autre que la vaccination ne l’explique) et après 85 ans (groupe vacciné à plus de 90 %).

IMAGE 10

Pour innocenter la vaccination de cette surmortalité croissante, Fanny Fontan et Libération inventent une "énième vague de Covid qui déferle à l’approche de Noël" qui n’existe pourtant dans aucun relevé, ni pour l’Institut national de la statistique et des études économiques, ni pour l’OMS comme l’illustre la courbe suivante :

dernier image

Pour tenter encore de disculper les injections anti-covid, Fanny Fontan et Libération citent des avis d’experts qui décrivent les lésions vasculaires typiques de la protéine spike et en accusent les Covids longs en oubliant de rappeler que le vaccin Pfizer stimule la production de cette protéine toxique sans qu’on n’en connaisse la durée.

Pour tenter toujours de nier le rôle des injections anti-Covid dans la surmortalité, Santé publique France suggère que la hausse des décès pourrait être liée aux effets tardifs des confinements [3] dont ils nous avaient jadis tellement vanté les avantages supposés alors que nous en dénoncions les résultats calamiteux.

Mais quand ils avancent comme possible explication de la surmortalité actuelle le "port du masque tombé en désuétude" (en l'absence d’épidémie !), ils atteignent le sommet du ridicule.

Dans cet article trompeur destiné à disculper le rôle des vaccins dans la surmortalité actuelle, l’épidémiologiste Mircea Sofonea pose une interrogation d’une brûlante actualité, "ce surrisque qu’on observe est-il constant au cours du temps, auquel cas, on va avoir une accumulation, ou bien est-ce que cet effet va s’estomper au fur et à mesure ?"

Il est dommage qu’en ne rappelant pas le rôle causal des injections à ARNm, il se soit privé d’aborder le problème crucial qui taraude médecins et malades, celui des traitements destinés à neutraliser les effets secondaires des injections anti-Covid. Espérons que des chercheurs résoudront rapidement ce problème pour arrêter la nouvelle hécatombe post injection.

Gérard Delépine est chirurgien oncologue et statisticien médical.

[1] En anglais Antibody-dependant enhancement (ADE)

[2] Denis G. Rancourt COVID-19 vaccine-associated mortality in the Southern Hemisphere

[3] "Retard de prise en charge, isolement social plus important jouant sur les comportements, hausse de la consommation nocive d’alcool, difficultés d’accès aux soins."

À LIRE AUSSI

Image
gardasil
Papillomavirus : non, le vaccin contre le HPV n'est pas "vraiment sûr"
TRIBUNE/ANALYSE - Paru le 14 septembre dernier dans Ouest-France, un article de Philippe Richard prétend démentir l’augmentation du cancer du col en Australie dep...
18 septembre 2023 - 15:45
Opinions
Image
Père noël masqué
Libé publie un guide de survie pour sauver Noël du Covid... quelle blague !
TRIBUNE - Dans un article récent publié par Libération et intitulé "Recrudescence du Covid : un guide de survie pour sauver Noël 2023", le médecin et écrivain Chr...
15 décembre 2023 - 12:03
Opinions
Image
Vaccins, enfants
Les simulations, alibi pseudo-scientifique de la vaccination des enfants
TRIBUNE - Volet II de l’analyse des simulations-prédictions au cours de la crise covid-19.Le scandale de la fermeture des écoles et des dommages infligés aux enfantsDe...
29 septembre 2021 - 16:44
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.