Selon que vous serez misérable ou puissant...

Selon que vous serez misérable ou puissant...

Publié le 02/03/2021 à 17:35
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

"Monsieur le Premier ministre, méfiez-vous des juges !" Je cite, de mémoire, ce conseil que donnait François Mitterrand, président de la République, à Edouard Balladur, Premier ministre du gouvernement de cohabitation en 1993. C'est dire que les relations tumultueuses entre le politique et le juge ne datent pas d'aujourd'hui ...

Il y a quelques décennies, il était de bon ton dans la sphère politique de dire que l'on ne commente pas une décision de justice. Ce qui est pourtant demandé tous les jours aux étudiants en droit. Il semblerait que cela soit moins vrai désormais, et sans doute faut-il y voir la conséquence d'une évolution des relations politique-justice. Et, de fait, de nombreuses personnalités politiques n'ont pas hésité à critiquer la sévérité de la décision, ainsi qu'à apporter leur soutien à Nicolas Sarkozy au soir de sa condamnation par le Tribunal correctionnel de Paris.

Evidemment, ce jugement a fait l'objet d'un appel et, tant qu'une décision définitive ne sera pas intervenue, l'ancien chef de l'Etat doit être considéré comme innocent. Mais les magistrats de première instance savaient bien que leur jugement allait frapper l'opinion, et pas simplement par ses... 260 pages ! "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir", disait La Fontaine dans "Les animaux malades de la peste". En notre temps, La Fontaine devrait sans doute inverser sa formule, car on éprouve trop souvent le sentiment que la justice est faible envers les délinquants ordinaires qui pourrissent la vie de nos compatriotes dans certains quartiers, et d'une grande férocité envers des hommes publics qui ne vont tout de même pas troubler la tranquillité publique, ni porter atteinte à l'ordre public.

Que les femmes et les hommes politiques aient, s'ils le méritent, à rendre des comptes à la justice, il n'y a là que de très normal. Mais ils doivent être traités à l'égal de tout justiciable. Sans faveur particulière, avec la même sérénité, avec une égale sévérité.

Sans doute Nicolas Sarkozy aurait-il dû prendre au pied de la lettre le conseil de François Mitterrand à Edouard Balladur, et éviter de téléphoner à son avocat et ami Thierry Herzog. Mais enfin, comment admettre que l'on puisse bâtir une décision de justice en se fondant sur des procédés tellement contestables (les écoutes téléphoniques interdites d'un avocat et de son client) que le juge van Ruymbeke lui-même a pu dire qu'il n'y aurait jamais eu recours ?

Tous les moyens ne doivent pas être permis à la justice pour aboutir à ses fins. Les politiques ne doivent certainement pas être au-dessus des lois. Les juges non plus.

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La justice, c'est comme la Sainte Vierge, si on la voit pas de temps en temps, le doute s'installe. (Michel Audiard)

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir