Transgenrisme : les journalistes intègres sur la présentation des chiffres et les enjeux sociétaux de cette démarche ?

Auteur(s)
Nicole Delépine pour France-Soir
Publié le 24 avril 2024 - 12:20
Image
transgenrisme
Crédits
Unsplash
Unsplash

TRIBUNE - Dans deux articles successifs, le journal le Monde semble oublier les valeurs journalistiques qui ont jadis fait sa notoriété et se transformer en propagandiste trans, ignorant les faits avérés et les risques sociétaux constatés d’une telle propagande.

Ce petit article tient à rétablir la réalité des faits pour informer et aider ceux qui souffrent de dystrophie de genre, qui ne sont que de malheureuses victimes de ceux qui vivent à leurs dépens : laboratoires pharmaceutiques, médecins qui leur prescrivent à vie des hormones toxiques, chirurgiens qui les opèrent, et influenceurs responsables d’une emprise de type sectaire. Un véritable consentement éclairé est nécessaire à ces traitements invasifs et mutilants et ne semble pas être fourni dans la majorité des cas. [1][2] C’est sur ces points que nous tentons d’informer les familles et candidats potentiels comme médecin et chirurgien dans notre petit livre « dysphorie de genre ».

En France, les trans genres constituent une infime minorité. L’ignorer c’est mentir.

Dans un article intitulé pompeusement « Mineurs transgenres et hormonothérapie : ce que dit la science » publié le 29 mars 2024, il est écrit que « En France, il n’existe aucune donnée sur le nombre de jeunes concernés par la transidentité ».

Pourtant, on ne peut ignorer les chiffres officiels du rapport gouvernemental sur le sujet et ceux de l’assurance maladie qui publie le nombre de demandes de prise en charge pour ALD dystrophie de genre (ALD 31) et celui des interventions de chirurgie trans ? Manque de curiosité ou d’efficacité dans les recherches ? Volonté de ne pas savoir ou désinformation volontaire ?

Les traitements d’affirmation de genre sont couteux et l’obtention de sa prise en charge à 100% par l’Assurance Maladie nécessite une demande. La demande de prise en charge des traitements constitue donc la première démarche que font tous ceux qui désirent les subir.

Selon la Caisse Nationale d’Assurance Maladie il y a eu 3 000 demandes de prise en charge pour ALD « dystrophie de genre » en 2021[4], et 462 demandes de prise en charge chirurgicale en 2020 pour un nombre global de trans déclarés en France de 9 000.

L’incidence annuelle de la trans identité déclarée tout âge confondu est donc de 0,0045 % en France (3 000/67 millions) et sa prévalence de 0,01% dont une très petite minorité concerne les jeunes. Alors pourquoi la journaliste du Monde prétend qu’on ne dispose pas de données officielles en France et cite-t-elle la prévalence des transgenres au Canada (1%) ou aux USA (0,5%), surestimant donc considérablement la réalité française actuelle ?

En 2024, beaucoup d’adolescents français sont mal dans leur peau notamment depuis les confinements, mais il n’y a toujours qu’une infime minorité d’entre eux, souvent mal informés des inconvénients des traitements qu’on leur propose, qui s’exposent aux traitements hormonaux à vie ou acceptent des interventions chirurgicales mutilantes. Et rendre cette minorité trop visible ne lui rend malheureusement pas service, bien au contraire.

Mais au-delà de l’erreur colossale du journaliste sur l’incidence des trans en France, il faut souligner ses oublis ou mensonges par omission : sur les conséquences de cette « sur représentation » des trans, des droits dérogatoires actuels des trans et des limitations récemment imposées aux traitements trans des mineurs par la très grande majorité des pays du monde.

La surreprésentation médiatique des extrémistes trans nuit à leur cause.

Les médias subventionnés, comme Le Monde, accordent aux trans une place disproportionnée[5] par rapport à leur incidence réelle, croyant que leur plus grande visibilité serait susceptible de faciliter leur inclusion[6] [7] [8] [9].

Cette propagande pro trans s’exprime dans tous ces médias comme une véritable transmania [10]. Tout feuilleton télévisuel doit montrer des personnages LGBTQ+ pour bénéficier de la complaisance de l’Arcom[11] et des diffuseurs des chaînes. Aux USA, en 2022, GLAAD[12] comptabilisait  637 personnages LGBTQ+ à la télévision et sur les plateformes US[13] soit 11,9 % des personnages, alors que les trans n’y rassemblent qu’environ 0,5% de la population.

Cette surreprésentation considérable des trans s’accompagne de campagnes de harcèlement organisées par les extrémistes trans contre leurs opposants qu’ils traitent de TERF [14] et de manifestations violentes pour empêcher tout débat contradictoire sur la théorie du genre et les résultats à long terme des transitions de genre chez les mineurs [15] [16].

La surreprésentation médiatique et la censure violente qu’exercent des extrémistes trans sur le débat démocratique nuisent en réalité beaucoup à leur communauté et constituent un des moteurs de l’augmentation des actes agressifs contre les minorités sexuelles.

En France de 2016 à 2021, le nombre de crimes ou délits anti-LGBT+ enregistrés par les services de police et de gendarmerie a doublé (+104%). L'enquête Cadre de vie et sécurité a estimé que les violences à caractère anti-LGBT+ touchent 7 000 personnes chaque année, les menaces 25 000 et les injures 160 000. En Grande-Bretagne, le « Washington Post » a rapporté que le nombre d’incidents liés à la transphobie est passé de 75 en 2013 à 428 en 2021.

« Pour vivre heureux, vivons cachés » estiment les nombreux homosexuels et trans qui n’aspirent qu’à une vie tranquille et s’estiment instrumentalisés, contre leur volonté, en « icônes » par les militants extrémistes trans.

Les conséquences des droits dérogatoires des trans.

En se victimisant, et en accusant la société de leur mal être, les extrémistes trans ont obtenu des droits dérogatoires comme la reconnaissance de leur transidentité sur simple affirmation sans devoir entreprendre un quelconque traitement pour se mettre en accord avec leur désir.

Mais aussi d’exiger de leurs camarades de classe qu’ils les appellent du prénom de leur choix tout en interdisant au professeur d’expliquer le problème du genre aux autres élèves. Cette recommandation officielle est souvent responsable de problèmes psychologiques chez ces derniers.

Les droits des femmes trans de pénétrer dans les vestiaires, les toilettes des femmes, partager leurs prisons mettent la sécurité des femmes de naissance en danger. En prison plusieurs cas de viols de femmes de naissance par des femmes trans (nées hommes et non opérées) ont été rapportés aux USA, Canada[17] et Grande Bretagne[18] et pousse ces pays à ne plus considérer pour le choix des prisons que le sexe de naissance.

Le droit de concourir dans les épreuves sportives de haut niveau contre les femmes de naissance, contraire à l’équité sportive a privé beaucoup de championnes de titres et médailles qu’elles méritaient. L’injustice des résultats observés, la fronde médiatique et les procès intentées par les femmes de naissance a finalement convaincu la plupart des fédérations sportives internationales à exclure les femmes trans des compétitions féminines pour privilégier l’équité à l’inclusivité.

Le droit des trans d’accuser de transphobie ceux qui énoncent des faits biologiques.

Un étudiant canadien a été exclu de son école puis arrêté par la police[19] pour avoir dit « il n’y a que deux sexes ». Mais là aussi l’idéologie se heurte à la réalité et le premier ministre britannique, Rishi Sunak a rappelé, au congrès du Parti conservateur du 4 octobre 2023 « Un homme est un homme et une femme est une femme... C’est juste du bon sens » « Nous ne devrions pas nous laisser intimider par la croyance que les gens peuvent avoir que le sexe de leur choix »

L’absence de données probantes que les hormones diminueraient véritablement les symptômes de dysphorie, de dépression, d’anxiété et les idées suicidaires chez les jeunes (40% des trans), qu’elles exposent à des complications médicales en particulier cardiovasculaires[20] et que les trans traités souffrent d’une mortalité double de celle de la population générale[21] a incité de nombreux pays européens pionniers des transitions de genre (Suède, Norvège, Finlande, Danemark et Angleterre), à imposer des restrictions d’âge aux traitements médicaux.

Les excès des extrémistes trans ont entraîné le vote de lois restreignant les droits des minorités sexuelles dans la très grande majorité des pays du monde et/ou interdisant les traitements trans affirmatifs chez les mineurs aux USA[22] [23] [24], en Russie[25] en Afrique [26]ou en Chine. En France, après le communiqué de l’Académie de médecine alertant sur les risques des traitements trans affirmatifs chez les mineurs[27], un rapport sénatorial [28] propose d’interdire tout traitement actif de transition aux mineurs suivant l’exemple des pays précédemment cités.

Il est triste de constater que Le Monde préfère diffuser des informations erronées plutôt que d’exposer plus globalement l’évolution mondiale actuelle de la question.

Les trans genres sont des victimes qu’il faut comprendre pour les aider

L’adolescence est pour beaucoup une période difficile car il faut intégrer le processus de changement complexe de son corps qu’entraîne la puberté. C’est une expérience très gênante et inconfortable.

Ce malaise fréquent a été considérablement amplifié par les confinements qui ont entraîné la rupture des relations amicales et amoureuses à un moment où ils étaient particulièrement importants. Et lorsqu’un gourou internet attribue ce mal être au genre il risque d’être cru et de diriger l’ado vers des traitements et une communauté qui piège l’individu dans une nasse communautaire, ou sa complexité comme sa culture sont réduites à un fonctionnalisme d'appartenance dont les formes deviennent progressivement sectaires.

Il faut savoir que la majorité des adolescents qui croient souffrir de dysphorie verront cette souffrance disparaître après leur puberté [29] [30] [31], et que cette dystrophie apparente exprime dans 70 à 80% des cas une pathologie psychiatrique sous-jacente en particulier autisme, anxiété ou dépression, ou un vécu de traumatisme dont la méconnaissance empêcherait un traitement adapté.

L’enfant dysphorique est en proie à la confusion ou à la détresse. Les parents doivent s’efforcer d’entendre, d’écouter, de poser des questions et d’en savoir plus sur ce que dit l’enfant.

Devant un enfant qui croit souffrir d’une dystrophie de genre « Il est très important que les parents ne réagissent pas d’une manière terriblement négative ou en portant un jugement, même s’ils ont l’impression sur le moment que c’est de la folie et que cela n’a aucun sens », conseille la psychiatre Miriam Grossman [32] [33]

« Il faut lui dire que vous comprenez qu’il traverse une période difficile, que c’est quelque chose d’important pour lui, que c’est quelque chose de sérieux, et que vous allez en apprendre le plus possible à ce sujet ». Il faut faire preuve d’amour et de soutien, sans pour autant être d’accord avec ce que dit votre enfant : qu’il est du sexe opposé, ou que vous allez utiliser le nouveau nom et les nouveaux prénoms… Il est important que l’enfant et l’adulte comprennent qu’il est possible d’avoir une relation aimante même s’il y a de gros désaccords.

Le chemin pour sortir l’enfant de sa confusion sexuelle peut être long, allant de plusieurs mois à quelques années mais dans tous les cas le soutien sans faille de la famille est essentiel.

 

[1] Dysphorie de genre N et G Delépine fauves Editions 2023

[2] DYSPHORIE DE GENRE ET TRANSITION SOCIETALE VERS LE TRANSHUMANISME ? – Docteur Nicole Delépine (nicoledelepine.fr)

[4] https://sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_sante_des_personnes_trans_2022.pdf

[5] Cette infime partie de la population occupe près 30% de l’espace médiatique alors que les sujets qui méritent le débat sont minorés (système de santé est à bout de force, inflation poussant la classe moyenne dans la pauvreté et que nos dirigeants veulent nous entraîner dans la guerre en Ukraine)

[6] https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/02/04/la-visibilite-et-la-diffusion-des-discours-sur-la-transidentite-permettent-aux-jeunes-de-questionner-les-inegalites-de-genre_6068730_3224.html

[7] https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/11/19/laissez-nous-vivre-nous-trans-et-cessez-de-distiller-la-peur_6102631_3232.html

[8] https://www.lemonde.fr/festival/article/2018/09/28/trans-surmonter-les-obstacles-pour-vivre_5361852_4415198.html

[9] https://www.lemonde.fr/international/article/2021/12/01/pays-bas-des-excuses-officielles-presentees-aux-personnes-trans_6104287_3210.html

[10] Dora Moutot et Marguerite Stern Transmania: Enquête sur les dérives de l'idéologie transgenre, livre  d'utilité publique ». Ce livre  résultat d'une enquête approfondie de plusieurs années de travail est facile et agréable à lire, nullement haineux, et extrêmement bien documenté, y compris auprès de personnes trans. La farouche censure exercée sur ce livre par la mairie de Paris et de Lyon ne fait que renforcer ses ventes !

[11] En France, l’ARCOM, Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique est chargé, par la loi, de faire appliquer une « juste représentation de la diversité de la société française »

[12] association américaine de veille médiatique œuvrant à dénoncer les discriminations et les attaques à l’encontre des personnes LGBTQ+ au sein des médias

[13]https://representrans.fr/2022/04/08/focus-sur-les-representations-trans-a-la-television/

[14] Des féministes, accusées de transphobie, ont été attaquées sur les réseaux sociaux. Au Royaume-Uni, c'est par exemple le cas de l'auteur de la saga Harry Potter, J.K. Rowling,.

[15] "il y a des villes où on ne peut plus se réunir publiquement entre lesbiennes sans se faire attaquer par des collectifs se réclamant de l'autonomie et des luttes contre les oppressions de genre. On se retrouve avec parfois 15 ou 20% de 'lesbiennes' de sexe masculin (sic) qui exigent que nous changions nos mots pour adapter un néo-langage orwellien »

[16] https://pivot.quebec/2023/01/11/des-manifestantes-interrompent-une-conference-jugee-anti-trans/

[17] https://www.lapresse.ca/actualites/2022-10-01/transgenres-emprisonnees-avec-des-femmes/cohabitation-controversee.php

[18] https://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/emprisonnee-dans-une-prison-pour-femmes-la-transgenre-viole-ses-codetenues

[19]https://torontosun.com/opinion/columnists/lilley-catholic-high-school-student-suspended-then-arrested-for-saying-there-are-only-two-genders

[20] Dr Marie D’Assigny au cours du congrès Infogyn2022  « Les personnes transgenres et plus particulièrement les femmes transgenres « sont à considérer comme des personnes à haut risque, voire dans certains cas à très haut risque cardiovasculaire »

[21] JM de Blok C, Wiepjes C, Velzen DM, Mortality trends over five decades in adult transgender people receiving hormone treatment: a report from the Amsterdam cohort of gender dysphoria, The Lancet Diabetes and Endocrinoly, oct 2021, Vol 9, Issue 10, p663-670.

[22] https://www.forbes.fr/politique/lois-anti-lgbt-2021-sera-une-annee-record/

[23] https://www.konbini.com/societe/lois-anti-trans-et-anti-drag-on-vous-explique-tout-sur-la-situation-aux-us/

[24]https://tetu.com/2022/03/21/homophobie-etats-unis-record-annuel-projets-loi-anti-lgbt-battu-transphobie/

[25] https://www.liberation.fr/international/europe/en-russie-une-loi-interdit-les-transitions-de-genre-et-les-adoptions-pour-les-trans-20230714_DM3BVLTSVNCJVN5ZX6WUPYPRSU/

[26] Afrique. Un barrage de lois discriminatoires attise la haine à l’égard des personnes LGBTI https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2024/01/africa-barrage-of-discriminatory-laws-stoking-hate-against-lgbti-persons/

[27] https://www.academie-medecine.fr/la-medecine-face-a-la-transidentite-de-genre-chez-les-enfants-et-les-adolescents/

[28] https://lesrepublicains-senat.fr/wp-content/uploads/2024/03/SYNTHESE-RAPPORT-SUR-LA-TRANSIDENTIFICATION-DES-MINEURS-20.03.2024.pdf

[29] Steensma TD, Biemond R, de Boer F, Cohen-Kettenis PT. Desisting and persisting gender dysphoria after childhood: a qualitative follow-up study. Clin Child Psychol Psychiatry. 2011 Oct;16(4):499-516. doi: 10.1177/1359104510378303. Epub 2011 Jan 7. PMID: 21216800.

[30] Wallien MS, Cohen-Kettenis PT. Psychosexual outcome of gender-dysphoric children. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 2008 Dec;47(12):1413-23. doi: 10.1097/CHI.0b013e31818956b9. PMID: 18981931.

[31]https://tspace.library.utoronto.ca/bitstream/1807/34926/1/Singh_Devita_201211_PhD_Thesis.pdf

[32] Miriam Grossman et Jordan B. Peterson Lost in Trans Nation: A Child Psychiatrist's Guide Out of the Madness (English Edition)

[33]Miriam Grossman  You're Teaching My Child What?: A Physician Exposes the Lies of Sex Education and How They Harm Your Child (English Edition)

 

 

À LIRE AUSSI

Image
NHS
Transition de genre : la Grande Bretagne interdit les bloqueurs de puberté.
Le National Health Service (NHS), l’organisme de santé publique britannique, vient d’annoncer qu’il ne sera plus prescrit de bloqueurs de puberté aux enfants souffrant...
14 mars 2024 - 12:30
Société
Image
 Entretien essentiel Marie-Joe Bonnet et Nicolas Athea
Entretien avec Marie-Jo Bonnet et Nicole Athea : "La transition de genre, c’est le cheval de Troie du transhumanisme”
ENTRETIEN - L’historienne féministe Marie-Jo Bonnet et la gynécologue-endocrinologue Nicole Athea interrogent ce qu’elles nomment une “épidémie de demandes de transiti...
05 mars 2024 - 10:49
Vidéos
Image
uterus
Greffe d’utérus. Les expérimentations se développent en France, malgré de nombreux problèmes éthiques.
Les expérimentations sur la greffe d’utérus se multiplient en Inde et aux États-Unis, mais aussi en Europe et notamment en France. Présentée comme une alternative à la...
12 avril 2024 - 16:15
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.