Vaccin Pfizer : chronique d'un fléau annoncé

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Vaccin Pfizer : chronique d'un fléau annoncé

Publié le 17/03/2021 à 22:24 - Mise à jour le 18/03/2021 à 09:11
JACK GUEZ / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Vaccination, désinformation et extorsion de consentement

Si vous ne faites pas vacciner pour vous, faites-le pour les autres…. Est-ce bien vrai ? L'injection d ARN messager à visée immunogène, serait-elle une baguette magique face au SARS-CoV2 qui est un virus ARN ? Rien dans la littérature, ni dans les faits ne semble le démontrer. Selon l'ANSM, pendant la semaine du 26 février au 4 mars, 1528 effets secondaires ont été déclarés officiellement en France après injection du vaccin PFIZER-BioNtech, parmi lesquels 24% ont été considérés comme graves, soit près d'une personne sur 4. Depuis le début de la vaccination, 8487 effets secondaires ont été enregistrés pour ce même vaccin, dont 22% sont évalués comme graves. Nombre de personnes vaccinées depuis le 31 décembre 2020 avec PFIZER-BioNtech : plus de 4 566 000, ce qui fait environ 0,19% des personnes vaccinées victimes d'effets secondaires, et 0,04% victimes d'effets secondaires graves (dont 251 personnes décédées). Cela commence à faire beaucoup tout de même. Penchons-nous sur la cohorte des victimes collatérales des vaccins et lève l’omerta.

A la guerre comme à la guerre

Rappel des faits : lors du discours dinvestiture de la crise, le président de notre République nous la annoncé à six reprises : « nous sommes en guerre » ! Un an plus tard, la liste des morts identifiés covid sest allongée ; liste à laquelle nous pouvons désormais rajouter les victimes collatérales des vaccins censés protéger les populations du virus. 46 décès dans une maison de retraite en Espagne, 23 morts de plus de 85 ans en Norvège, 10 de plus de 79 ans en Allemagne, un médecin dune cinquantaine dannées mort aux USA tout aussi mystérieusement que d’autres personnes censées être en bonne santé avant l’injection, de nombreuses personnes incapables de reprendre leurs activités professionnelles. Si vous avez prêté loreille, vous aurez très certainement eu vent des conséquences délétères du « vaccin » Pfizer dès ses premières administrations fin 2020. Nous nous sommess penchés sur le rapport confidentiel fourni par ce fabricant à la FDA en décembre dernier. Et sur lactualité récente dont les chiffres semblent confirmer ce que ce rapport prédisait en filigrane…

 

Cet article vous plait ? n'oubliez pas de nous soutenir, FranceSoir a besoin de vous - Je fais un don

Quand un labo vend en toute connaissance de cause et de marché

Premier coup bas, à la lecture de l'étude réalisée par Pfizer sur une cohorte de 44 000 personnes en deux mois, il fallait dès le départ repérer ce qui ny était pas dit : nulle part, les effets secondaires à moyen et à long terme ne sont étudiés ! Évidemment puisque le temps manquait… De plus, ce fameux rapport ne donne aucune donnée sur la diminution de la contagiosité. Nous avons donc à lheure actuelle un ratio de 11,1 chocs anaphylactiques par million de vaccinés (ce qui est environ dix fois plus que pour le vaccin contre la grippe), et de 2,8% d'effets secondaires dans les cinq premiers jours selon le CDC (Center for Diagnostic Disease) provoqués par ce type de vaccination !

Pour ce qui est du mécanisme de ce vaccin ce sont des voix anciennement salariées par le labo qui se lèvent. Parmi elles, Mickeal Yeadon, ancien directeur de recherche chez Pfizer et médecin, lance lalarme: spike qui est la cible de linjection immunogène nous amène à faire des anticorps contre cette dernière; or celle-ci ressemble à une molécule naturelle de notre corps appelée la syncytine qui sert normalement à la placentation… Ainsi, des troubles de stérilité pourraient émerger puisque les anticorps fabriqués par notre organisme contre spike pourrait reconnaître la syncytine et aboutir à sa destruction. Selon Mikael Yeadon, cette potentielle reconnaissance de la syncytine par les anticorps fabriqués suite à linjection vaccinale pourrait entraîner des troubles de la fertilité ! Alléchant…

Attendez, ce nest pas fini ; on ne sait pas si cette « thérapie génique » appelée à tort « vaccin » ne comporte pas un risque dintégration de lARNm vaccinal dans le matériel ADN du sujet. Il pourrait être transmissible génétiquement dune génération à lautre; si cette intégration se produisait dans les cellules germinales. Pourtant cest lobjection principale, dont le professeur Peronne ainsi que la généticienne Alexandra Henrion-Caude, ont parlé très clairement dès le départ. Face à cela, le rapport ne comporte que des formules vagues, telles que « nous navons pas eu le temps d’évaluer les risques à long terme, étant donnée la période courte de lessai du vaccin ». La solution serait donc, daprès le laboratoire, de les autoriser à faire la vaccination de masse, et advienne que devra en terme de conséquences à plus ou moins long terme… Ceci m’évoque tristement les expériences faites lors de la Seconde guerre mondiale dont le procès de Nuremberg a fait émerger le « code de Nuremberg » qui est considéré comme le premier texte international de référence sur l'éthique de l'expérimentation humaine, et du consentement éclairé ; mais dont le chercheur Robert Barker dit quil a très peu d'effet sur la communauté médicale qui ne se sent guère concernée. Selon ce dernier : « Nuremberg apparait comme "un code bon pour les barbares" mais pas pour les nations civilisées ».

Bien sûr, lutilité dune vaccination de masse pour une épidémie qui statistiquement tue aussi peu de gens - rappelons-le, 0,05 % - nest pas du tout discutée : à la guerre comme à la guerre ; la logique de marché fait loi !

Quand labsence totale de recul fait de la vaccination une campagne dessai vaccinal de stade 3 à l’échelle planétaire aux risques et périls des cobayes

Deuxième uppercut, le rapport révélait aussi quelque chose qui dès le départ n’était clairement pas rassurant. Nulle part ny était précisé que des maladies causées par la vaccination ne se développeraient pas une fois que limmunité baisserait. Ainsi, les morceaux de vaccins ayant été introduit dans le génome du sujet lui-même pourraient avoir leffet dune bombe à retardement. Car comment savoir si l’on va fabriquer la bonne quantité de "spike" après vaccination ? Nulle part le laboratoire Pfizer n’a affirmé qu’il maîtrisait totalement la dose dARNm. Que se passera t-il si l’organisme en fabrique trop, par exemple ; dans le cas où la machine se dérègle ? On nen sait rien ; dans ce tour de passe-passe, on joue donc avec le feu… Cest ce qui était sous entendu, et tristement lactualité parle delle même…

La deuxième dose de vaccination interrompue après le décès de 46 pensionnaires dans une maison de retraite du sud de l’Espagne. Une hécatombe qui pour autant s’annonçait en filigrane dès le départ de la campagne au travers des cas suivants : mort du médecin Grégory Michael qui, alors quil était en bonne santé à vu, suite à la vaccination, une hémorragie dabord mineure le conduire aux urgences du centre médical de Mount Sinaï pour y décéder 16 jours plus tard, début janvier… Il y a aussi le décès inexpliqué dune infirmière portugaise deux jours après sa vaccination fin décembre. Ou encore le décès dun volontaire brésilien qui est mort après avoir participé aux tests du vaccin contre le Covid-19 élaboré par l'université d'Oxford. La victime a été identifiée par plusieurs médias brésiliens comme un médecin de 28 ans, décédé des suites de complications liées au virus. Bon cette fois-ci, nous étions sur le vaccin Astra-Zénaca. Mais de toute façon et jusqu’à nouvel ordre les pays (14 européens dont la France; mais aussi la Thaïlande et le Congo) les uns après les autres suspendent son utilisation. Faut-il penser que le vaccin Pfizer est quant à lui plus sur? Au vu des faits, et de l’aveu même du labo, cela laisse à désirer.

Toujours dans ce fameux rapport, il est précisé que « l’étude des effets du vaccin sur des personnes immuno-déprimées nest pas précise en labsence de sujets identifiés comme tels dans l’étude ». Tel que nous l’a expliqué Louis Fouché lors du grand entretien quil a offert au magazine Nexus dans le numéro 132, la particularité des patients HIV est que le virus du HIV possède une rétrotranscriptase et une intégrase qui sont les 2 enzymes-clés permettant lintégration dARN dans un génome. Cest dailleurs ce que fait le virus du VIH qui sintègre dans le génome du malade. En conséquence, les patients atteints de VIH auront peut-être au sein dune même cellule lARNm vaccinal et les deux enzymes permettant dintégrer cet ARNm dans leur génome. La probabilité que cela se produise est faible mais ne peut pas être complètement exclue ! Dailleurs Pfizer a testé son vaccin sur des sujets VIH dont linfection est maîtrisée ; et qui donc ne produise plus ces 2 enzymes clés. Mais que se passera-t-il chez les patients ayant le VIH sans le savoir ?

Pour ce qui est de laspect expérimental de cette thérapie génique, nous renvoyons par ailleurs nos lecteurs au nombre croissant d’étude corrélant une explosion du nombre de covid positif dans les pays ayant pratiqué en masse la vaccination. En Israël, la vaccination a commencé le 20 décembre et a été suivie dune augmentation de 400% des contaminations ! Pour ce qui est de lAngleterre, un groupe de chercheurs indépendants à étudié la sur-concentration de virus dans les gouttelettes nasales des personnes vaccinées en sinterrogeant sur une corrélation possible avec la mutation du virus survenue suite à la campagne de vaccination à l’échelle nationale (Nexus numéro 133). Toutes ces données semant le doute on peut donc parler tel que le dénonce la généticienne Alexandra Henrion-Caude dun « vaccin génique expérimental » ! Tel que l’a répèté le médecin Louis Fouché lors d’un entretien filmé avec la chaîne Nexus: « Rappelons-le, nous sommes en phase 3 pour toutes les personnes pour lesquelles lefficacité du vaccin nest pas prouvée, notamment les personnes de plus de 75 ansIl faut bien comprendre que ce vaccin na reçu quune autorisation de mise sur le marché conditionnelle. Cela signifie que le laboratoire Pfizer na pas encore complètement fini les études de sécurité et defficacité qui ne se finiront quen 2023 ! Et si vous vous faites vacciner vous ferez partie des cobayes, seulement personne nest renseigné de cette façon lors de son consentement… A méditer. » Autre point: « lessai na pas démontré à ce jour une baisse des hospitalisations ». On en reste pantois.

Quand la vaste définition de limmuno-dépression fait courir un risque encore plus grand quon ne limagine

Troisième coup bas, outre tpus ces dysfonctionnements, et tel que le précise le docteur Jacques Vigne interrogé pour France Soir, se pose en filigrane le problème de la définition de limmuno-dépréssion qui nest pas toujours bien claire. Laffaiblissement du système immunitaire nest pas facile à déceler: « plus évidente lors dHIV, diabète ou cancer diagnostiqué; ceci étant la plupart du temps, les signes cliniques de la maladie semblent bénins et courants. Il peut sagir dotites, de diarrhées, dinfections pulmonaires ou encore de mycoses ». Quand on voit les effets de cette thérapie sur les personnes âgées, et plus jeunes diagnostiquées en bonne santé on peut redouter le pire si elle était propagée à lensemble de la population…

Rappelons que dès début décembre, on a vu des sujets faire des chocs anaphylactiques lors de la campagne de vaccination lancée en Angleterre auprès des soignants et des personnes âgées. Dès le premier jour, au moins deux Britanniques ont développé, mercredi 9 décembre, une forte réaction allergique après avoir reçu une injection du nouveau vaccin de Pfizer. Dans la foulée, lAgence britannique de régulation du médicament a publié une mise en garde, déconseillant aux personnes ayant des antécédents de crises allergiques aiguës de se faire vacciner. Daprès le site Allergy UK, une personne sur 1 000 risque de subir un choc anaphylactique après avoir été exposé à un allergène auquel elle est sensible. Ce type de crise « affecte le système cardiovasculaire, respiratoire, gastrique et entraîne des éruptions cutanées graves. La pression sanguine peut baisser et la personne peut avoir des difficultés à respirer ». Cest ce qui explique quune circulaire française a indiqué aux Hepad de se fournir en lAdrénaline, à injecter en cas de choc anaphylactique. Rappelons pour les populations actives aux USA fin décembre une étude dénombrait 3150 vaccinés sur 113 000 incapables deffectuer leurs activités quotidiennes normales” suite au vaccin anti-covid ; ce qui est lun des critères scientifiques de la définition des effets indésirables du stade 3.

Rappelons-le, du côté des bataillons français, moins dune semaine après ses premières administrations en France, l’autre formule miracle qu’est le vaccin dAstraZeneca a suscité « surprise » voire « inquiétude ». Réservé aux professionnels de santé et du médico-social de moins de 65 ans, le produit du groupe anglo-suédois a fait lobjet de 149 déclarations de pharmacovigilance en cinq jours. Au bout d’une semaine, les hôpitaux de Brest et de Morlaix ont décidé dinterrompre la vaccination suite à une campagne qui a obligé 20 à 25 % des soignants à se mettre en arrêt de travail. Précisons que ces populations ont elle été soumises au vaccin Astra-Zénaca qui ne fonctionne pas par ARN messager mais par une chimère génétique qui introduit le vaccin selon "un vecteur viral", cest-à-dire quil prend comme support un autre virus, en l'occurrence un adénovirus commun chez le chimpanzé. Ce dernier a été affaibli et génétiquement modifié pour empêcher le nouveau coronavirus de se répliquer dans l'organisme humain. La manière qu'il a de délivrer du matériel génétique dans les cellules, leur ordonnant d'attaquer le Covid-19, a été présenté comme un « cheval de Troie », et un autre artefact tout aussi nouveau et novateur que le vaccin à ARN messager; on est au top… Ce vaccin d'AstraZeneca n’était dès le départ pas recommandé en France pour les plus de 65 ans, faute de données actuellement disponibles sur son efficacité dans cette classe d'âge. Nous y sommes quand même allés, avec la multitude de morts désormais identifiés. Où est le principe de précaution? Jusqu’ou ira-t-on ?

Dépôt de plainte à la Cour pénale internationale pour violation du code de Nuremberg

Le week-end dernier, une plainte de lorganisation « People of Truth » a été déposée auprès du Tribunal de La Haye par les avocats Ruth Makhachovsky et Aryeh Suchowolski concernant des violations du Code de Nuremberg du gouvernement israélien et dautres parties. Or, si la plainte déposée la semaine dernière devant la Cour pénale internationale a été reçue, elle reste dans l’attente d’une décision de recevabilité. Elle est maintenant en attente dune décision. Lavocate Ruth Makhchowolski a déclaré le 5 mars dernier à Israel News que « dans le même temps, la plainte sera également déposée devant le tribunal de Nuremberg, avec lavocat allemand Reiner Fullmich. Lundi, la plainte sera déposée à la Haute Cour par Aryeh Suchowolski en Israël, concernant la violation du Code de Nuremberg ». Lavocate a ajouté six jours plus tard : « Lexpérience que Pfizer mène dans l’État dIsraël a été menée en violation du Code de Nuremberg, qui appartient au droit pénal international et est sous la juridiction du tribunal de La Haye. Nous attendons maintenant une décision ». Comprenez bien : cette plainte est recevable, puisqu’il n’y a aucun consentement éclairé. Dans cette guerre d’un genre nouveaun, les populations ne savent pas quelles sont lobjet du stade 3 de l’évaluation du vaccin.

Vacciné tous les quatre mois, avec un port de masque à perpétuité !

Quatrième coup déjà annoncé avant de monter sur le ring: toujours selon les dires de l’étude Pfizer, avec les deux mois de recul quils avaient lors de la publication, les chiffres semblaient démontrer une efficacité du vaccin, ou plutôt de la thérapie génique : dans le groupe qui avait reçu les deux injections à trois semaines dintervalle, il ny avait que 18 cas dinfection, alors que dans lautre il en avait 169. La question reste entière de savoir si cette immunité donnée par le vaccin persisterait plus de trois ou quatre mois ? Par conséquent, ceci laisse sous-entendre que cette vaccination de masse devrait être faite tous les quatre mois ! Avec le coût considérable que cela implique. Le laboratoire suppose que si le vaccin est efficace pour réduire les symptômes, il le sera aussi pour réduire les séquelles, mais il nen est pas sûr ! Pourtant, ce sujet est central, on a par exemple remarqué que chez les patients traités pour le covid qui allaien apparemment mieux, 60 % avaient des lésions sur le coeur dite lésions de myocardite.

Au passage deux derniers point flous : selon l’étude, 10 % des sujets vaccinés attrapent quand même la maladie. En outre le cas des asymptomatiques (porteur du virus sans même s'en rendre compte) est non négligeable : est-ce-que le vaccin les prévient ? Sil ne prévient pas, est-ce que ces cas a-symptomatiques seront contagieux, autant que sils navaient pas eu le vaccin auparavant ? Tout cela nest pas clair et peut mener à ce que des gens vaccinés soient convaincus de ne pas être contagieux et du coup ne respectent pas les gestes barrières et contaminent pour de bon les autres. Cest ce quon appelle une « fausse sécurité »; qui implique tel que le sous-entend ce rapport de continuer le port du masque et le respect de la distanciation sociale. La bonne blague ! Cest ce qui fait dire à Louis Fouché dans l’interview precedement citée que « comme avec le masque on mêle la psychose de lun à la psychose de lautre… Cest un retour du refoulé, qui na aucune valeur scientifique. Puisque la personne vaccinée ou masquée serait protégée de ceux qui ne le seraient pas ».

Au mépris de l’éthique et du bon sens, jusquoù irons-nous ?

Toujours en forme ? Voici le petit résumé du champ de bataille : dans l’état actuel des choses, nous voyons donc une partie des vaccinés tomber comme des mouches et un labo qui selon sa propre analyse ne confirme pas lutilité concrète de sa thérapie ! Laboratoire Pfizer, qui en 2009, fut contraint de payer une amende de 2,3 milliards de dollars pour pratiques frauduleuses de communication sur 13 médicaments, pour falsification de données, publicité mensongère et commissions occultes ! Même labo qui, comme lactualité nous le démontre, vient de repousser ses livraisons de deux mois.

Afin dinviter nos lecteurs à mieux se positionne, nous rappelons au passage que début janvier Alain Fischer, le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, a prévenu qu'elle allait «bouger en fonction de la situation épidémique», notamment à cause des «nouveaux variants». «Peut-être un jour faudra-t-il vacciner les enfants», a-t-il déclaré, expliquant que la Grande-Bretagne étudiait le taux d'infection chez les jeunes. «Si [] les enfants transmettent le virus, la question se posera». Puisquune campagne de test vient d’être annoncée à l’échelon national à hauteur de un million denfants nous lançons lalarme!!! Et vous joignons un avenant à fournir aux établissements scolaires, si vous ne souhaitez pas que cette campagne de test massif, contribue par une épidémie de cas positifs mais néanmoins non malades ; puis à la mise en oeuvre dune telle stratégie vaccinale dont les effets ont déjà démontré une catastrophe annoncée. Depuis, dernier uppecut, le 9 mars, l’Académie nationale de médecine décrète que la vaccination doit devenir obligatoire pour les soignants. La bataille risque donc d’être féroce. Conscients de cette guerre, nous vous offrons en lien la primeur d’un travail d’un groupe d’avocats pénalistes qui, revue de droit et revue de presse à l’appui, offre des clefs qui vous permettront en toute légalité de refuser tout traitement, au motif que cette obligation, ou contrainte « vaccinale », est en violation totale avec l’éthique médicale et les droits fondamentaux nationaux et internationaux. [voir annexe]

Suite et fin : tempête de cytokine, qui veut être le cobaye?

Toujours d’attaque ? On résume… Tel que le dit en filigrane ce rapport et tels que nous le démontrent les faits dactualité sans cesse concordants : en-dehors de perpétuer la politique du port du masque et de distanciation sociale, dengrosser Big Pharma, de créer des troubles physiques pouvant entraîner la mort, ainsi qu'une modification de lADN transmissible aux générations futures, quel est lintérêt de la thérapie vaccinale par modification génique ? Nous en perdons notre latin et renvoyons notre lecteur aux travaux de Dolores Cahill, immunologue de lInstitut Conway, qui lance un cri désespéré. Citant un article de 2012 publié chez PLOS One (revue scientifique) qui indique que la vaccination, conduit à une immuno-pathologie pulmonaire lorsquelle est adressée au coronavirus, et qui particulièrement faite sur les animaux a engendré des décès… Cette dernière craint donc la mise en place dune telle stratégie vaccinale chez lhomme, puisque le risque mortel avec ladministration dune vaccination à ARN messager pour de tels virus serait augmenté. « Si le message visant la protéine Spike sintègre dans nos cellules , il sera exposé aux cellules immunitaires lorsque le virus meurt. Dans un deuxième temps il pourrait y avoir une montéen puissance de ce phénomène au travers de la multiplication danticorps. Le phénomène sappelle tempête de cytokines, ou super amorçage immunitaire, car la réponse immunitaire naturelle est contournée; et le corps réagit à une information qui ne devrait pas être là. Le risque serait que votre corps devenu un OGM exprime la protéine virale de façon indéfinie sans plus jamais sen débarrasser ». Alors quaucune vaccination dans les épidémies de virus ARN na jamais endigué une épidémie… Qui a envie dessayer ? Pour ma part javoue très sincèrement jeter l’éponge, et penser à nourrir et défendre ma santé ; bien avant l’idée folle de tomber malade et d’entrer en guerre…

 

Caroline Escartefigues est psychologue clinicienne, et travaille à Hossegor au moyen de l’art thérapie, de l’EMDR et d’autres approches psycho-énergétiques.
Elle soutient son action de guérison par un travail journalistique et est l'auteur du Petit livre du silence et de la paix intérieure (Larousse, 2018).


De l'obligation ou de la contrainte vaccinale : lire ou télécharger en version PDF

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Vaccination en Israël

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-