Ouverture du premier "vaccidrive" de France près de Montpellier

Auteur:
 
Par AFP - Saint-Jean-de-Védas
Publié le 13 avril 2021 - 11:04
Image
Un automobiliste reçoit une injection du vaccin Pfizer-BioNTech dans le premier "vaccidrive" de France, le 13 avril 2021 à Montpellier
Crédits
© Pascal GUYOT / AFP
Un automobiliste reçoit une injection du vaccin Pfizer-BioNTech dans le premier "vaccidrive" de France, le 13 avril 2021 à Montpellier
© Pascal GUYOT / AFP

Le premier "vaccidrive" de France, permettant de se faire vacciner contre le Covid-19 sur rendez-vous, en restant dans sa voiture, a ouvert mardi à Saint-Jean-de-Védas (Hérault), dans la périphérie de Montpellier avec un objectif de 100 doses par jour de Pfizer.

"L'initiative vient de la clinique Saint-Jean qui a proposé à la préfecture et à l'Agence régionale de santé (ARS) il y a quelques semaines ce projet en nous disant qu'ils avaient envie de lancer cette expérimentation", a expliqué à l'AFP Alexandre Pascal, délégué départemental de l'ARS Occitanie.

"L'idée c'est d'offrir un moyen supplémentaire de se faire vacciner", dit-il, soulignant que le "drive" dont la dotation sera "modeste" à ses débuts - 200 doses par semaine -, jouxte un centre de vaccination grand public "classique" ouvert à la clinique Saint-Jean depuis janvier.

L'ARS est "vraiment dans la logique, il y a besoin de vacciner, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues", ajoute-t-il. "Il faut voir si l'offre rencontre la demande".

La configuration des lieux "se prête à cette expérimentation", explique à l'AFP Lamine Gharbi, président de la fédération de l'Hospitalisation privée et du groupe Cap Santé auquel la clinique Saint-Jean est rattachée.

Cette clinique a déménagé en 2020 de son ancien site du centre de Montpellier pour s'installer dans des locaux équipés de parkings situés le long de l''autoroute A9.

"Aujourd'hui, on voit apparaître des infections nosocomiales Covid donc le fait de laisser nos concitoyens en marge de l'établissement devrait rassurer", ajoute M. Gharbi qui "espère arriver à 100 doses par jour" dans ce nouveau dispositif.

Sur le plan pratique, après avoir pris rendez-vous et être arrivés en voiture dans l'espace du parking dédié, les candidats à la vaccination suivront les mêmes étapes que dans un centre conventionnel: vérification de l'inscription, questionnaire médical, si besoin consultation médicale, vaccination effectués par des médecins et infirmiers libéraux rémunérés à la vacation puis temps de surveillance. "La vraie grosse différence c'est que les personnes font tout ceci dans leur véhicule", relève M. Pascal.

Les personnes éligibles à cette vaccination sont les mêmes que dans les centres grand public: les 55 ans et plus sans comorbidités et les personnes à haut risque vital (transplantées, dialysées ou sous chimiothérapie notamment).

Des "vaccidrive" ont été mis en place aux Etats-Unis ou encore en Italie dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.