A plus de 55 ans, le bénéfice d'AstraZeneca l'emporte "très largement", estime Alain Fischer

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 18 avril 2021 - 16:34
Image
Le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a souligné dimanche que le bénéfice du vaccin anti-Covid AstraZeneca chez les plus de 55 ans l'emportait toujours "très
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
Le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a souligné dimanche que le bénéfice du vaccin anti-Covid AstraZeneca chez les plus de 55 ans l'empor
© LOIC VENANCE / AFP/Archives

Le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a souligné dimanche que le bénéfice du vaccin anti-Covid AstraZeneca chez les plus de 55 ans l'emportait toujours "très largement" sur les risques de complications, sur Radio J.

Depuis le début de la vaccination avec ce vaccin, 23 cas de thromboses rares et d'anomalies de la coagulation, entraînant 8 décès, sont survenus en France, selon les données de l'Agence Française du médicament (ANSM) - pour plus de 2,75 millions d'injections.

Les derniers cas de complications recensés concernent des personnes plus âgées, avec une moyenne de 62 ans, avait-elle indiqué vendredi.

Dimanche, le professeur Fischer a néanmoins martelé que le bénéfice de cette vaccination chez les plus de 55 ans l’emportait "de façon incommensurablement supérieure au risque de complication qui est très très faible à cet âge".

"Pour les personnes âgées de plus de 55 ans, ça vaut le coup de continuer de se vacciner avec ce bon vaccin, et une prise de risque qui est extrêmement faible, qui n'a rien à voir avec la prise de risque de développer une forme grave du Covid", a-t-il ajouté. "Ce vaccin est aussi efficace que les vaccins ARN, son efficacité ne se discute pas".

En dessous de cet âge, "le risque n'est pas négligeable, donc la recommandation très sage (reste) de recourir au vaccin ARN", produit notamment par Pfizer, a-t-il rappelé.

Interrogé lors du Forum Radio J sur le variant brésilien qui inquiète les autorités françaises, qui vont instaurer une quarantaine pour les voyageurs en provenance du Brésil, d'Argentine du Chili et d'Afrique du Sud, il a estimé qu'il était "bien d'éviter dans la mesure du possible qu'il n'arrive" en France.

"On n'a pas besoin d'un variant en plus dans l'Hexagone, on est déjà assez préoccupés par le variant britannique en terme de contagiosité (...) Le variant sud-africain est sous contrôle, évitons d'avoir celui-là en plus", a-t-il poursuivi.

Pour l'instant, au vu du niveau de circulation du variant brésilien en France, "il n'y a pas d'alerte particulière concernant la vaccination".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Olaf Scholz
Olaf Scholz, prince autoritaire à Hambourg, technocrate défaillant et chancelier chancelant
PORTRAIT CRACHE - Olaf Scholz est une énigme, mais on ne prend aucun plaisir à la résoudre. Gauchiste à l’époque de la RFA, puis élu centriste du SDP dont il devient l...
01 mars 2024 - 14:08
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.