Affaire Benalla : ce qu'il a dit aux enquêteurs en garde à vue

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 23 juillet 2018 - 09:26
Image
Alexandre Benalla (casque et capuche) intervient le 1er mai sur un manifestant à Paris
Crédits
© Naguib-Michel SIDHOM / AFP/Archives
Alexandre Benalla a invoqué l'article 73 du code de procédure pénale pour justifier de sa violence contre un manifestant.
© Naguib-Michel SIDHOM / AFP/Archives
Placé en garde à vue vendredi, Alexandre Benalla a livré aux policiers ses explications sur la violence de son comportement lors des défilés du 1er mai. Il a été mise en examen dimanche soir.

Il avait visiblement préparé sa défense. Alexandre Benalla, collaborateur proche d'Emmanuel Macron, est accusé d'avoir frappé un manifestant le 1er mai dernier en marge des défilés de la fête du Travail. Il a été entendu par les enquêteurs depuis son placement en garde à vue vendredi 20.

Selon le JDD, il a notamment dit aux policiers que c'est son référent policier, il était présent à la manifestation en tant que "simple observateur, celui qui était censé l'encadrer, qui lui a donné un brassard, un casque et un talkie-walkie. De leur côté, les forces de l'ordre nient lui a avoir fourni le brassard ciglé "police".

Voir - Les moments clés de l'affaire Benalla 

Mais surtout, Alexandre Benalla a expliqué pourquoi, selon lui, il est intervenu. Le "garde du corps " d'Emmanuel Macron a invoqué l'article 73 du code de procédure pénale pour justifier de sa violence contre un manifestant. Ce dernier permet à n'importe quel citoyen de prêter main-forte aux forces de l'ordre quand les circonstances l'imposent: "Dans les cas de crime flagrant ou de délit flagrant puni d'une peine d'emprisonnement, toute personne a qualité pour en appréhender l'auteur et le conduire devant l'officier de police judiciaire le plus proche".

C'est d'ailleurs dans l'optique de prouver sa version des faits qu'il a souhaitez obtenir les images de vidéosurveillance de la place de la Contrescarpe le jour de faits. "J'ai une merde sur le dos.. Je suis allé sur la manif, c'était chaud. Les CRS en prenaient plein la gueule. J'ai pété les plombs", aurait-il confié à un haut fonctionnaire avant la révélation de cette affaire par le journal Le Monde.

Lire aussi - Collomb, le "grognard" de la Macronie, sous la menace de l'affaire Benalla

Alexandre Benalla, dont l'Elysée a annoncé vendredi le licenciement, et Vincent Crase, réserviste de la gendarmerie comme lui, ont été mis en examen dimanche soir pour "violences en réunion n'ayant pas entraîné d'incapacité" et "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique". Ils ont été placés sous contrôle judiciaire. Il a également été mis en examen pour "port public et sans droit d'insignes réglementés", "recel de détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "recel de violation du secret professionnel".

Les trois policiers soupçonnés d'avoir transmis des images de vidéosurveillance à Alexandre Benalla, déjà suspendus à titre conservatoire, appartiennent à la puissante Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police de Paris. Ils ont été mis en examen pour "détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "violation du secret professionnel".

Lire:

Déjà compliquée, la révision constitutionnelle en suspens après l'affaire Benalla

Affaire Benalla: Hamon dénonce "un mensonge d'État en bande organisée"

Affaire Benalla: les questions sensibles qui attendent Collomb à l'Assemblée

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.