Bernard Cazeneuve à propos de Sivens : "jamais je n'ai pensé à démissionner"

Auteur(s)
Victor Lefebvre
Publié le 03 novembre 2014 - 11:37
Mis à jour le 06 novembre 2014 - 18:28
Image
Bernard Cazeneuve au micro de RTL
Crédits
©RTL
Pour Bernard Cazeneuve, "les propos de Jean-Vincent Placé et François de Rugy sont extraordinairement blessants"
©RTL
Bernard Cazeneuve était ce lundi l'invité de RTL. Le ministre de l'Intérieur a répondu aux attaques que lui ont valu la polémique du barrage de Sivens.

Le barrage de Sivens

"Ce qui s'est passé à Sivens doit appeler à une réflexion collective. Les propos de Jean-Vincent Placé et François de Rugy sont extraordinairement blessants. Ce n'est pas ma conception de la politique. Jean-Luc Mélenchon explique que j'ai donné des instructions de violences policières et demande ma démission. Tout cela est faux, j'ai donné les instructions inverses car je connaissais la situation de tension sur place. Une enquête judiciaire en cours établira la vérité. Jamais je n'ai pensé à démissionner. Un chef ne laisse pas ses troupes sur le bord du chemin quand elles sont attaquées".

 

Le démantellement de cellules terroristes

"Je n'ai à confirmer aucune note classifiée. Ce que je peux dire, c'est que tous les jours mes services protègent, démantèlent des réseaux, déjouent des actes qui pourraient avoir des conséquences dramatiques. On ne parle pas de tout ce qui se fait tranquillement mais de ce qui ne va pas."

 

Les migrants de Calais

"Je vais dire aux Calaisiens qu'il y a un problème humanitaire sérieux. Beaucoup de migrants relèvent de l'asile politique. Ils ne viennent pas parce qu'ils sont fascinés par le système Schengen. J'ai demandé la mise en place d'un accueil de jour. Je voudrais qu'on sorte les migrants des réseaux de l'immigration irrégulière et qu'on leur propose l'asile. Des forces supplémentaires ont été envoyées pour protéger le port mais aussi pour démanteler ces filières. Le problème de Calais est à la fois un problème européen, franco-britannique et franco-français".

 

Marine Le Pen

"J'accepterais un débat formel avec elle, mais si c'est pour aller au fond des choses. Si c'est un pugilat qui permettrait à Madame Le Pen de dire des mensonges, non. Je souhaite bien du courage à celui qui voudrait l'organiser".

 

 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.