Bruno Retailleau: "Daech, c'est l'islamo-fascisme, le 3e totalitarisme mondial".

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Bruno Retailleau: "Daech, c'est l'islamo-fascisme, le 3e totalitarisme mondial".

Publié le 20/11/2014 à 08:54 - Mise à jour à 12:39
©Capture d'écran Europe-1
PARTAGER :

Auteur(s): Maxime Macé

-A +A

Bruno Retailleau, président du groupe UMP au Sénat, était l'invité d'Europe-1 ce jeudi matin. Le président du Conseil général de Vendée est revenu en détail sur la situation au Kurdistan irakien (d'où il revient) et sur les djihadistes français.

Kurdistan irakien

"Une voiture piégée a explosé quelques minutes après notre passage. Mais ce n'est pas moi qui était visé, c'est le gouverneur de la région kurde (Bruno Retailleau a échappé mercredi 19 à un attentat qui visait le siège du gouvernement kurde irakien à Erbil, NDLR). A Erbil, on ne vit pas dans la peur car le dernier attentat sur place remonte au 18 septembre 2013".

"Les milices terroristes de Daech sont affaiblies mais elles se sont adaptées aux frappes de la coalition internationale en se fondant dans la population locale".

"Le Kurdistan est une zone de stabilité de la région, les pershmergas sont en première ligne contre les hommes de Daech et les combattent tous les jours".

"Il faut éradiquer l'Etat islamique. D'abord en Irak à Mossoul, le verrou de la plaine de Ninive qui fournit d'énormes moyens financiers à l'organisation par l'impôt terroriste. Dès que la ville sera tombée, la chute de Daech sera inéluctable".

"Si nous ne combattons pas là-bas, ils viendront chez nous. N'en doutez pas".

"Les Kurdes m'ont confirmé une grande coopération entre la coalition internationale et leurs propres forces. Des instructeurs militaires français sont sur place et forment les peshmergas au maniement des armes que nous leur avons fournis".

"Il y a actuellement 1,8 million de réfugiés au Kurdistan dont une forte majorité de chrétien. Environ 4% d'entres eux vivent dans les camps du HCR (Haut commissariat aux réfugiés des Nations Unis NDLR), les autres survivent par la solidarité des kurdes".

"Sur place, les agents de l'ONU m'ont dit avoir de l'argent jusqu'en janvier, car il faut 100 millions d'euros par mois pour couvrir les dépenses. Il faut se mobiliser pour secourir les réfugiés du Kurdistan, chacun peut faire un geste. La France et l'Angleterre financent déjà le volet militaire de la lutte contre Daech, l'Europe doit s'occuper de l'aspect humanitaire".

"A partir de janvier, nous assisterons à une grande catastrophe humanitaire si nous ne faisons rien!".

"Il faut une conférence internationale pour l'aide humanitaire en Irak. Je vais demander un rendez-vous au président de la République et à Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères".

 

Djihadistes français

"Il y a de plus en plus de Français engagés dans le djihad avec Daech, parmi les 1.100 Français engagé dans les filières djihadistes dont 400 combattants qui sont en train d'être formés. Et ne doutez pas que parmi ceux-ci, tous peuvent se livrer aux mêmes actes que les deux français de la vidéo de la décapitation de Peter Kassig".

"Daech c'est l'islamo-fascisme, le 3e totalitarisme mondial. Comme Hitler engageait les jeunesses hitlériennes dans les SS, Daech convainc les jeunes paumés".

"Dans les mois prochains, on aura d'autre preuves que ce cancer (Daech, NDLR) se répand chez nous".

"L'islam n'est qu'un alibi pour le fanatisme, vous savez, le magnétisme du mal est très fort".

"Ces vidéos horribles ont une double fonction: convaincre des jeunes un peu perdus de rejoindre l'Etat islamique et terroriser les populations locales qui combattent Daech".

Auteur(s): Maxime Macé


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Bruno Retailleau: "si nous ne combattons pas là-bas, ils viendront chez nous".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-