Candidature de Macron: Valls tacle l'inexpérience et l'individualisme de son ancien ministre

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Candidature de Macron: Valls tacle l'inexpérience et l'individualisme de son ancien ministre

Publié le 16/11/2016 à 14:34 - Mise à jour à 14:37
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Manuel Valls a réagi ce mercredi 16 à la candidature à la présidentielle d'Emmanuel Macron. Le Premier ministre, pressenti comme candidat si François Hollande ne l'était pas, a assuré que "rien" ne l'affecte, mais a fustigé plus ou moins explicitement le manque de "sens du collectif" de son ancien ministre de l'Economie.

Il faut "une expérience qui a été éprouvée par le temps" pour gouverner et "refuser les aventures individuelles", a déclaré ce mercredi 16 Manuel Valls peu après l'annonce de candidature de son ancien ministre Emmanuel Macron à la présidentielle.

Dans un discours à l'université de Cergy-Pontoise en banlieue parisienne, le Premier ministre a plaidé pour une "Nation éducative", plaçant l'éducation au cœur du "projet pour la France" dans un nouveau gage à la gauche après d'autres récentes inflexions de son discours.

"Pour porter cette responsabilité, il faut – j'ose le dire devant vous – une éducation à la conduite du pouvoir, à la responsabilité, un sens de l'Etat. Il faut de l'expérience, une expérience qui a été éprouvée par le temps", a-t-il lancé. "Il faut de la force et non pas de la légèreté".

Selon le chef du gouvernement, qui n'a pas nommé Emmanuel Macron qui venait de d'annoncer sa candidature dans une autre ville de banlieue parisienne, à Bobigny, "l'exercice du pouvoir" implique d'"avoir le sens de l'intérêt général, le sens du collectif", de "refuser les aventures individuelles".

Avant son discours, interrogé par des journalistes sur la candidature Macron, il avait seulement lancé: "Rien ne m'affecte". "Je veux donner aux Français un cadre bienveillant et une dynamique d'espoir", "c'est cela pour moi une Nation éducative, c'est cela pour moi un projet pour la France", a ensuite ajouté Manuel Valls dans son discours.

Détaillant ce concept, il a rappelé les réformes menées depuis le début du quinquennat et estimé "qu'il n'y a pas de projet politique viable qui ne soit pas basé sur l'Education". "Il faut désormais aller plus loin", "dans les années à venir", a-t-il estimé.

"Le prochain quinquennat devra être celui de vraies augmentations de salaires, pour tous les enseignants", et de la généralisation des expérimentations en matière de "mixité sociale" dans les collèges, a-t-il plaidé. Le Premier ministre a aussi expliqué qu'il faudrait à l'avenir "investir tous les ans, pendant plusieurs années, au moins un milliard d'euros dans notre université".

Manuel Valls multiplie dernièrement les allusions pour confirmer qu'il se tient prêt pour la présidentielle au cas où François Hollande renoncerait à briguer un nouveau mandat. Clivant dans son parti, voire repoussoir pour la gauche de la gauche, il a aussi commencé à arrondir les angles sur de nombreux thèmes comme l'immigration, la laïcité, la réindustrialisation, l'islam ou les fonctionnaires.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"L'exercice du pouvoir" implique d'"avoir le sens de l'intérêt général, le sens du collectif", a déclaré Manuel Valls.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-