Crise énergétique: la Russie propose un "hub gazier" vers l'Europe, le gouvernement Macron dit non

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 16 octobre 2022 - 15:30
Image
Poutine
Crédits
SPUTNIK / REUTERS
L'Elysée rejette cette proposition.
SPUTNIK / REUTERS

Lors d’une rencontre avec son homologue turc le 13 octobre, le président russe a suggéré la création d’un "hub gazier" en Turquie, faisant valoir que cela permettrait aux Européens de recevoir du gaz à des prix moins "exorbitants", rapporte TF1. Le gouvernement français s’est aussitôt opposé à cette idée, mettant en avant sa volonté de se passer du gaz russe.

Pour pallier la crise énergétique en Europe, qui laisse craindre des pénuries d’énergie cet hiver et l’impossibilité pour de nombreux ménages de pouvoir procéder au règlement de leur facteur énergétique en raison de l’envolée des prix dans ce secteur, Vladimir Poutine a proposé de créer un "hub gazier" en Turquie à l’occasion d’une rencontre avec Recep Tayyip Erdogan, en marge d'un forum régional au Kazakhstan jeudi 13 octobre. Le président russe a estimé que cela leur donnerait aux Européens l'opportunité de bénéficier de gaz à des prix moins « exorbitants ».

Voir aussi : Hausse des coûts de l'énergie de 500 %: Zartoshte Bakhtiari, maire, dénonce "un racket organisé" des communes

Une idée qui n'a aucun sens, pour Paris

Le gouvernement français s’est immédiatement opposé à cette idée : « Il n’y a pour nous aucun sens à créer de nouvelles infrastructures qui permettraient d’importer davantage de gaz russe », justifie-t-il. Et d’ajouter : « Il y a quelques mois encore, presque 40% du gaz livré à l'Union européenne venait de Russie. Aujourd'hui, cette part du gaz russe est de 7,5% seulement et elle a encore vocation à diminuer. »

Depuis le début de la guerre, l’Union européenne œuvre, malgré les conséquences pour les populations, à diminuer rapidement et drastiquement sa dépendance au gaz russe. La présidence française a estimé : « Il se peut que la Russie et la Turquie décident ensemble d'exporter davantage de gaz, mais ça ne peut pas être vers l'Union européenne qui a des engagements de souveraineté, de réduction de ses dépendances et par ailleurs de transition climatique qui sont incompatibles avec ce genre de raisonnement ».

Voir aussi : “Si on continue la transition énergétique, ça va très mal finir“ Philippe Herlin

L'UE diminue sa dépendance face à la Russie et augmente sa dépendance vis-à-vis des États-Unis

Pour faire face à la diminution du gaz russe, l’Union européenne a décidé d’augmenter ses importations de gaz de schiste en provenance des États-Unis, pays sur lequel plane de nombreux soupçons quant à sa responsabilité dans le sabotage des gazoducs Nord Stream. Pour le secrétaire d’État américain Anthony Blinken, l’équivalent en France du ministre des Affaires étrangère, le sabotage contre les gazoducs Nord Stream 1 et 2 constitue une « opportunité formidable » pour « éliminer une fois pour toutes la dépendance à l’énergie russe », avait-il déclaré suite au sabotage des conduits d'énergie.

À LIRE AUSSI

Image
Tucker Carlson
Sabotages de Nord Stream: pour le journaliste de Fox News Tucker Carlson, les États-Unis possiblement coupables
Des bouillonnements à la surface de la mer Baltique d'un kilomètre de diamètre signalent les fuites de gaz liées au sabotage des gazoducs Nord Stream. Quatre trous au ...
01 octobre 2022 - 16:56
Politique
Image
Nord Stream
Nord Stream : malgré le sabotage, la Russie prête à reprendre les livraisons de gaz vers l'Europe
La Russie s'est dite prête à reprendre les livraisons de gaz à l'Europe via le gazoduc Nord Stream 2, dont une des lignes n'a pas été endommagée par les fuites, a anno...
06 octobre 2022 - 15:00
Politique
Image
Eric Denecé
"Les Américains nous veulent obéissants et faibles politiquement" Eric Denécé
Pour cet "Entretien essentiel", nous recevons à nouveau Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, dans le cadre d’un point sur le co...
12 septembre 2022 - 18:50
Vidéos

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.