Darmanin rencontre Macron pour discuter de la suppression du droit du sol à Mayotte

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 12 février 2024 - 20:10
Image
Darmanin Loi dérive sectaire Sénat
Crédits
F. Froger / Z9 pour France-Soir
F. Froger / Z9 pour France-Soir

Paralysée depuis trois semaines par des habitants remontés contre l'insécurité et l'immigration incontrôlée, l'île de Mayotte a accueilli dimanche Gérald Darmanin et Marie Guévenoux afin de trouver une solution. Ils sont tous deux revenus rapidement en métropole, avec l'idée de supprimer le droit du sol sur l'archipel en révisant la Constitution.

La mesure a été annoncée par le ministre de l'Intérieur et sa collègue déléguée à l'outre-mer lors de leur visite éclair dans l'archipel de l'océan Indien. Sur place, ils ont pu observer que Mayotte reste largement bloquée : les barges qui relient Grande-Terre et Petite-Terre étaient toujours à l’arrêt, et les barrages en place depuis le 22 janvier le sont toujours aux quatre coins du territoire. Or, pour le moment, "il est hors de question de lever les barrages pour le moment", a fait savoir Safina Soula, présidente d'un des collectifs de citoyens. Et de préciser : "Nous nous sommes mis d'accord avec le ministre, nous attendons des écrits".

Comme le rapporte l'AFP, l'exécutif entend donc engager la révision constitutionnelle nécessaire sans tarder. "On voit le président tout à l'heure en fin d'après-midi" pour lui faire "un retour de notre déplacement", a déclaré Marie Guévenoux ce lundi 12 février. 

"ll y a des réformes constitutionnelles qui arrivent", qui vont concerner la Nouvelle-Calédonie, l'interruption volontaire de grossesse et la Corse. "Donc nous avons plusieurs moments de réformes constitutionnelles possibles", expliquait Gérald Darmanin, "mais là, il appartient au président de la République de choisir son moment".

Sans surprise, l'idée révolte la gauche et contente la droite. Si elle se concrétise, "il ne sera plus possible de devenir français si on n'est pas soi-même enfant de parent français", en tout cas à Mayotte.

Département français le plus pauvre de France, Mayotte est peuplé de 310.000 habitants, selon l'Insee — probablement beaucoup plus selon la Chambre régionale des comptes — dont 48% d'immigrés comoriens ou d'autres pays d'Afrique. La plupart arrivent clandestinement à bord de barques de pêche traditionnelles depuis l'île comorienne d'Anjouan, distante de seulement 70 km. Beaucoup vivent dans des "bangas" (cases) insalubres organisés en bidonville.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Olaf Scholz
Olaf Scholz, prince autoritaire à Hambourg, technocrate défaillant et chancelier chancelant
PORTRAIT CRACHE - Olaf Scholz est une énigme, mais on ne prend aucun plaisir à la résoudre. Gauchiste à l’époque de la RFA, puis élu centriste du SDP dont il devient l...
01 mars 2024 - 14:08
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.