Dérives sectaires : le RN et LR saisissent le Conseil constitutionnel

Auteur(s)
AFP
Publié le 16 avril 2024 - 13:12
Image
conseil constitutionnel
Crédits
F. Froger / Z9
F. Froger / Z9

Les députés RN d'un côté et les sénateurs LR de l'autre ont saisi le Conseil constitutionnel sur la loi contre les dérives sectaires, contestant la création d'un nouveau délit de "provocation à l'abstention de soins" médicaux, peut-on lire sur le site du Conseil mardi. 

Face aux "gourous 2.0" et leurs prétendus remèdes naturels miracles contre le cancer, le projet de loi, adopté par le Parlement le 9 avril, crée un délit de provocation à l'abandon ou l'abstention de soins, passible d'un an d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende, voire trois ans de prison et 45.000 euros d'amende quand la provocation a été suivie d'effets. 

Est visée "la provocation, au moyen de pressions ou de manœuvres réitérées" à "abandonner ou à s'abstenir de suivre un traitement médical thérapeutique ou prophylactique", lorsque cet abandon "est présenté comme bénéfique pour la santé", alors qu'il peut avoir des "conséquences particulièrement graves". 

Les députés RN comme les sénateurs LR y voient "une atteinte excessive à la liberté d'expression". 

"C’est l’ensemble du débat médical qui risque d’être mis sous cloche et l'exclusion des lanceurs d’alerte de son champ d’application n’y changera rien : un lanceur d’alerte ne peut être reconnu comme tel que plusieurs années après ses révélations, posant un grave problème de temporalité et rendant possible des condamnations infondées", dénoncent les députés RN dans un communiqué. 

Ce texte "porte toujours le vice originel d’une atteinte grave aux libertés fondamentales des Français, notamment la liberté d’expression et la liberté de conscience", ajoutent-ils.

 

 

Pour les sénateurs LR, "ni la nécessité, ni la proportionnalité de ces nouvelles incriminations ne sont établies" dans la mesure où il existe déjà plusieurs autres incriminations comme la répression "de l'exercice illégal de la médecine" ou "des pratiques commerciales trompeuses". 

Dans leur saisine, les sénateurs LR contestent également la création d'un délit de placement ou de maintien en état de "sujétion psychologique" qui revient, selon eux, "à permettre la sanction de tout type d'emprise, de manière générique, ce quelle qu'en soit l'origine (religieuse, idéologique, conjugale, familiale, etc)". 

Au Parlement, les débats avaient été houleux, ravivant les plaies des controverses sur le pass sanitaire et des vaccins contre le Covid. 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.