Des perquisitions menées mardi aux sièges parisiens de McKinsey et du parti Renaissance

Auteur(s)
FranceSoir avec AFP
Publié le 14 décembre 2022 - 17:15
Image
Les sièges parisiens du cabinet de conseil McKinsey, du parti Renaissance et de son association de
Crédits
AFP/Archives - Lionel BONAVENTURE
Les sièges parisiens du cabinet de conseil McKinsey, du parti Renaissance et de son association de financement ont été perquisitionnés mardi.
AFP/Archives - Lionel BONAVENTURE

Les sièges parisiens du cabinet de conseil McKinsey, du parti Renaissance et de son association de financement ont été perquisitionnés mardi dans le cadre des enquêtes sur les conditions d'intervention des cabinets de conseil, notamment dans les campagnes électorales d'Emmanuel Macron en 2017 et 2022.

Ces perquisitions ont été conduites par les juges d'instruction en charge de deux informations judiciaires ouvertes en octobre, a indiqué mercredi le parquet national financier (PNF), confirmant une information du Parisien.

L'une d'elles porte sur l'intervention des cabinets de conseil dans les campagnes électorales de 2017 et 2022 d'Emmanuel Macron, l'autre sur le recours plus général de l'État à ces cabinets, selon des sources proches du dossier.

"McKinsey confirme la tenue le 13 décembre d'opérations de visite menées par un juge d'instruction au siège de McKinsey France à Paris", a indiqué le cabinet dans un communiqué, assurant "collaborer pleinement avec les autorités publiques, comme cela a toujours été le cas".

"Dans son communiqué du 24 novembre, le PNF indiquait qu'il avait ouvert une information judiciaire sur les conditions d'intervention de cabinets de conseil dans les campagnes électorales de 2017 et 2022, suite à des plaintes d'élus et d'associations", a de son côté réagi le porte-parole de Renaissance, Loïc Signor.

"Il est normal que la justice enquête de manière libre et indépendante pour faire toute la lumière sur cette question", a-t-il ajouté, précisant que le parti était à la disposition des juges "pour leur communiquer tout élément utile sur les campagnes mentionnées dans le cadre de leurs investigations".

"Je ne crains rien"

Pendant la dernière campagne présidentielle, un rapport du Sénat a suscité de vives polémiques sur l'utilisation des fonds publics au profit de ces cabinets. L'opposition avait réclamé une enquête sur l'éventuel favoritisme dont McKinsey aurait bénéficié de la part de la majorité macroniste.

Publié le 16 mars, ce rapport initié par le groupe CRCE assurait que les contrats passés entre l'État et les cabinets avaient "plus que doublé" de 2018 à 2021, pour un montant record de plus de 1 milliard d'euros en 2021.

Il pointait aussi un possible montage fiscal des entités françaises de McKinsey qui leur aurait permis de ne verser aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020.

Le 31 mars, le PNF avait ouvert une enquête préliminaire pour blanchiment aggravé de fraude fiscale aggravée pour vérifier le bien-fondé de ces dernières accusations.

Dans le cadre de cette enquête, une perquisition avait déjà été menée au siège français du cabinet le 24 mai.

Puis les 20 et 21 octobre, le PNF avait confié à des magistrats instructeurs une information judiciaire pour tenue non conforme de comptes de campagne et minoration d'éléments comptables dans un compte de campagne, et une autre pour favoritisme et recel de favoritisme.

Selon Mediapart, certains membres du cabinet auraient pu œuvrer gratuitement pour la campagne présidentielle victorieuse d'Emmanuel Macron en 2017.

"Je ne crains rien et (...) je crois que le cœur de l'enquête n'est pas votre serviteur", avait réagi le chef de l'État en novembre.

Si les magistrats instructeurs devaient estimer qu'Emmanuel Macron doit s'expliquer sur ces questions, ils pourraient le convoquer à la fin de son second mandat à l'Élysée, et seulement sur les actes qui n'ont pas été commis dans l'exercice de ses fonctions de président.

De son côté, à la différence d'Olivier Véran, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a reconnu "des abus" dans le passé dans le recours des ministères aux cabinets de conseil comme McKinsey, mais estimé que cette habitude était aujourd'hui "corrigée".

Dans un rapport confidentiel dont l'existence a été révélée par le Monde lundi, la Cour des comptes a observé que plusieurs contrats de conseil avaient été conclus par l'État dans des conditions "problématiques" pendant la crise sanitaire.

À LIRE AUSSI

Image
Macron McKinsey
Macron et McKinsey : du renvoi d’ascenseur dans les institutions de la République
TRIBUNE — On vient d’apprendre qu’une plainte a été déposée auprès du parquet financier pour corruption, trafic d’influence, prise illégale d’intérêts (et peut-être vi...
09 avril 2022 - 16:45
Opinions
Image
McKinsey
Les relations Macron-McKinsey lors des campagnes de 2017 et 2022 visées par une enquête de la justice
Le président de la République, Emmanuel Macron, est visé par une enquête de la justice. Selon Le Parisien, dont les informations ont été “confirmées par le parquet nat...
28 novembre 2022 - 18:40
Politique
Image
sénat
McKinsey : devant les suspicions de faux témoignage devant la commission d’enquête, le Sénat saisit le parquet.
Après la saisine du Parquet national financier par la commission d’enquête et un premier rejet de cette autorité judiciaire, c’est au tour du bureau du Sénat de saisir...
23 mai 2022 - 17:36
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.