EELV: Jean-Vincent Placé menace Cécile Duflot d'une "scission" si elle s'allie au Parti de gauche

EELV: Jean-Vincent Placé menace Cécile Duflot d'une "scission" si elle s'allie au Parti de gauche

Publié le 26/11/2014 à 20:17
©Matthieu Riegler
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Le chef du groupe Europe Ecologie-Les Verts au Sénat a prévenu Cécile Duflot, ce mercredi 26: si elle s'allie avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, "il y aura deux écologies".

Entre Cécile Duflot et Jean-Vincent Placé c'est désormais la rupture. Le duo gagnant qui a réussi à faire d'Europe Ecologie-Les Verts une force de frappe dotée de 18 députés et de 10 sénateurs; la "firme" qui avait eu raison de l'historique Noël Mamère, n'est plus.

"Si la majorité de mes amis et Cécile Duflot penchent pour l’opposition au président de la République et un accord avec le Parti de gauche, il y aura deux écologies", a prévenu Jean-Vincent Placé ce mercredi 26 devant l'association des journalistes parlementaires. Dans sa ligne de mire: la stratégie de plus en plus assumée de son ancienne comparse qui se rapproche d'avec la gauche de la gauche, et notamment le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon.

Car depuis son passage au gouvernement et, surtout, le souvenir qu'elle a laissé d'une ministre prête à faire profil (très) bas pour s'accrocher à son maroquin, Cécile Duflot tente de redorer son blason. Quitte à lâcher ses coups contre le gouvernement, comme le prouve l'épisode de ses larmes dans l'Hémicycle après la mort de Rémi Fraisse.

Jean-Vincent Placé est quant à lui pragmatique. Depuis toujours plus tempéré que Cécile Duflot, l'apparatchik devenu jeune sénateur en 2011 fait donc le pari du soutien au président de la République.

"Je suis favorable (à l’union avec le PS), notamment, lorsque les majorités départementales ont bien travaillé, qu’elles ont mené une politique sociale, une politique écologique, une politique démocratique", a ainsi assuré Jean-Vincent Placé.

C'est bien là le cœur de l'enjeu: les élections départementales de mars prochain s'annoncent très difficiles pour la majorité dont fait parti EELV. Pour le sénateur EELV c'est clair: "aucun candidat écolo ferait plus de 2%" à ces élections. D'où l'intérêt de listes communes avec le Parti socialiste, qui permettraient de limiter la casse.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-Vincent Placé s'est dit favorable, ce mercredi 26, à l'union avec le PS pour les élections départementales de mars 2015.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-