François Hollande défend son bilan: la France "va mieux", assure-t-il

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 15 avril 2016 - 09:22
Image
François Hollande.
Crédits
©Stéphane de Sakutin/AFP
Sur France-2, François Hollande a affirmé à tort que la France était dans la moyenne européenne en matière de chômage des jeunes.
©Stéphane de Sakutin/AFP
Invité de France-2 jeudi soir pour une émission intitulée "Dialogues citoyens", François Hollande a fermement défendu son action, assurant que la France allait "mieux". Interrogé sur une éventuelle candidature à la prochaine élection présidentielle, il a indiqué qu'il dévoilerait en fin d'année ses intentions.

Confronté à des sondages catastrophiques, François Hollande a proclamé jeudi 14 au soir sur France 2 que la France "va mieux", en dépit du rejet massif de sa politique, et annoncé qu'il dévoilerait en fin d'année ses intentions sur une éventuelle candidature. "Oui, ça va mieux", a lancé d'emblée le chef de l'Etat, affirmant qu'il y avait désormais "plus de croissance, moins de déficits, moins d'impôts et plus de compétitivité", sur le plateau de l'émission spéciale Dialogues citoyens. Sera-t-il candidat ? Décision "à la fin de l'année" avec le chômage pour juge de paix comme il s'y était engagé.

François Hollande a tenté de lancer lors de cette émission de 90 minutes une énième et périlleuse opération de reconquête de l'opinion. Assurant suivre depuis quatre ans un "fil conducteur", il a promis de poursuivre "jusqu'au bout" les réformes engagées. Son ministre de l’Économie Emmanuel Macron avait pourtant déclaré quelques heures plus tôt à Londres que l'exécutif avait décidé d'"arrêter une partie des réformes", sans préciser lesquelles.

Quant aux initiatives politiques de cet électron libre du gouvernement qui a lancé quelques jours plus tôt En Marche, son mouvement politique à forte teneur libérale, elles ont fait l'objet d'un recadrage en bonne et due forme : "Qu'il veuille s'adresser aux Français, je ne vais pas l'en empêcher" mais "il doit être dans l'équipe, sous mon autorité". Le président de la République a aussi contredit son Premier ministre Manuel Valls, qui a souhaité récemment l’interdiction du voile à l’université. "Non, il n'y aura pas d'interdiction dans les université", a-t-il tranché, arguant qu'elles étaient "un lieu de liberté".

Souvent sur la défensive, François Hollande a même affirmé à tort que la France était dans la moyenne européenne en matière de chômage des jeunes alors qu'il s'élevait à 25,9% dans l'Hexagone en janvier contre 19,7% dans l'UE, selon l'office européen de statistiques Eurostat. De nouveau accusé d'indécision après des reculades sur plusieurs réformes, il a cependant assuré qu'il ne renoncerait pas à la "loi Travail" de Myriam El Khomri, qui "ne sera pas retirée" même s'il peut y avoir des "corrections" au Parlement. Selon lui, "discuter, concerter (...) ce n'est pas céder à la rue". A l'adresse de la jeunesse, il a jugé "légitime" qu'elle "veuille s'exprimer", évoquant le mouvement citoyen Nuit Debout, lancé au soir du 31 mars sur la place de la République à Paris pour protester contre la loi travail.

Après avoir été interrogé par David Pujadas et Léa Salamé, le chef de l'Etat était soumis au feu roulant des questions de quatre Français : Véronique Roy dont le fils converti à l'islam est parti faire le djihad en Syrie où il a été tué, Antoine Demeyer, chauffeur de car, sympathisant du FN, Anne-Laure Constanza, patronne d'enviedefraise.fr, et un étudiant, Marwen Belkaid, militant de Nuit debout. Le chef de l'Etat s'est livré face à eux à un long plaidoyer pro domo mais s'est abstenu de toute annonce majeure. Interrogé sur la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité, il s'est ainsi contenté d'indiquer qu'elle se ferait "étape par étape" mais sans préciser comment.

Regrette-t-il l'interminable feuilleton sur la déchéance de nationalité ? "C'était important qu'il y ait cette unité" autour d'une mesure "symbolique" alors que le pays pouvait "éclater" après les attentats du 13 novembre, a-t-il justifié, pointant les "calculs politiciens" qui ont eu selon lui raison de la réforme.

Loin du président "normal" des débuts du quinquennat, François Hollande a bénéficié d'une tribune extraordinaire sur la chaîne publique: 90 minutes d'émission, commencée à un horaire inhabituel, 20h15, et en direct depuis le Musée de l'Homme. Le jour-même, un sondage Elabe pour BFMTV révélait que près de neuf Français sur 10 (87%) jugeaient négativement son bilan. "Je n'ai pas de doute sur le cap que j'ai choisi", a-t-il opposé, "être président, c'est vivre tout le temps avec la tragédie (...) j'ai tenu bon dans toutes les difficultés".

 

À LIRE AUSSI

Image
François Hollande.
François Hollande face aux Français pour leur expliquer son action
Au plus mal dans les sondages, François Hollande fera face à trois journalistes et à quatre Français ce jeudi soir sur France-2 afin d'expliquer son action gouvernemen...
14 avril 2016 - 12:48
Politique
Image
François Hollande.
Hollande sera jeudi face aux Français, une clarification attendue
A un an de l'élection présidentielle, François Hollande doit participer, jeudi 14, à une émission politique sur France2 face à un panel de Français en direct du Musée ...
11 avril 2016 - 21:38
Politique
Image
François Hollande.
François Hollande "face à la caméra et dos au mur" ce jeudi, commente la presse
Alors que le chef de l'Etat intervient à la télévision ce jeudi soir pour faire le bilan de son action, la presse se montre sceptique. "Hollande, face caméra et dos au...
14 avril 2016 - 11:13
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.