"Gilets jaunes" : 101 gardes à vue à Paris, imbroglio sur l'appel à un "acte 3"

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 25 novembre 2018 - 11:23
Image
Un gilet jaune sur les Champs Elysées le 24 novembre 2018 à Paris
Crédits
© Bertrand GUAY / AFP
La manifestation des "gilets jaunes" samedi à Paris sur les Champs-Elysées, émaillée de violences, a donné lieu à 103 interpellations.
© Bertrand GUAY / AFP

Un total de 101 personnes ont été placées en garde à vue après les violences qui ont émaillé le rassemblement parisien du mouvement des "gilets jaunes" traversé dimanche par des annonces contradictoires sur la tenue d'un "acte 3" samedi 1er décembre.

Dimanche, un compte Facebook se présentant comme la "page officielle" des "gilets jaunes" a créé un événement intitulé "Acte 3 Macron démissionne !" pour le samedi 1er décembre à 14H00. Dimanche à 16H00, plus de 21.000 personnes s'étaient déclarées "participantes" et plus de 104.0000 "intéressées".

Mais un représentant du mouvement a démenti cet appel, dénonçant "de la manipulation, de la récupération".

"Je suis en relation avec d'autres initiateurs du mouvement. Nous démentons formellement cet appel. Nous verrons ce que nous ferons en fonction de ce que dira Emmanuel Macron mardi. A l'heure actuelle, il n'existe pas d'acte 3 des gilets jaunes", a affirmé à l'AFP Benjamin Cauchy, porte-parole des "gilets jaunes" en région toulousaine.

"L'acte 2" du mouvement des "gilets jaunes", qui protestent contre la hausse des prix du carburant, et plus largement contre les taxes et la baisse du pouvoir d'achat, a réuni samedi plus de 100.000 personnes à travers la France, dont 8.000 à Paris.

Comparant ce chiffre de 106.301 personnes exactement, à celui des 282.710 manifestants recensés lors de la première journée le 17 novembre, le ministre de l'Intérieur a évoqué un "fort affaiblissement de la mobilisation".

Dans la capitale, un rassemblement sur les Champs-Elysées a donné lieu à une journée de violences et dégradations.

Jets de projectiles, feux de barricades de barrières de chantiers : des manifestants se sont opposés aux forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène et des lances à eau. Les heurts ont fait 24 blessés, dont 5 côté forces de l'ordre, 103 personnes ont été interpellées, dont 101 ont été placées en garde à vue, selon la Préfecture de police.

Un homme de 27 ans est notamment soupçonné d'avoir "gravement blessé à l'oeil" un policier "par un jet d'écrous" près de la place de l'Etoile, lors de la dispersion des manifestants dans la soirée.

A Paris, "les dégâts sont faibles, ils sont matériels, c'est l'essentiel", a estimé samedi le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Il avait attribué les violences à des "séditieux" de l'ultradroite qui avaient répondu selon lui à "l'appel de Marine Le Pen".

Vinci Autoroutes a dénoncé "des actes de vandalisme commis dans la nuit de samedi à dimanche" aux péages de Virsac (Gironde), du Muy (Var) et de La Ciotat (Bouches-du-Rhône), où "les infrastructures et équipements autoroutiers ont fait l'objet de violentes attaques et ont été incendiés".

L'échangeur du Muy a été rouvert, celui de La Ciotat partiellement, tandis que celui de Virsac restait fermé, a indiqué en fin de journée le concessionnaire autoroutier dans un communiqué, annonçant son intention de porter plainte.

En province dimanche, des actions de "gilets jaunes" étaient encore observées sur des ronds-points ou aux abords de centres commerciaux. Une "présence de manifestants" était signalée à plusieurs entrées et sorties de péages d'autoroutes, en Centre-Val-de-Loire, Pays-de-la-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Hauts-de-France, selon le réseau Vinci.

A Calais, deux CRS et un gendarme ont été blessés légèrement et un troisième a été grièvement blessé au visage dans la nuit de samedi à dimanche lors de heurts avec environ 350 manifestants près de l'A16 à Calais. Quatre personnes ont été interpellées.

Sur l'île de la Réunion, secouée par une flambée de violences en marge du mouvement des "gilets jaunes", le couvre-feu décrété mardi a été levé dimanche par la préfecture, qui souligne "l'évolution favorable" de la situation en dépit d'une douzaine de barrages maintenus.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.