Gilets jaunes : l'impressionnant dispositif de sécurité pour protéger Macron

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 13 décembre 2018 - 18:30
Image
Affrontements entre policiers et manifestants lors de la journée de mobilisation des "gilets jaunes", le 1er décembre 2018 sur les Champs-Elysées
Crédits
© Alain JOCARD / AFP/Archives
Plus de 600 policiers et gendarmes protégeaient l'Elysée.
© Alain JOCARD / AFP/Archives
Pour l'acte 4 des Gilets jaunes, samedi dernier, un important dispositif de sécurité aurait été déployé pour garantir la sécurité du président de la République selon "Le Canard enchaîné".

Le palais présidentiel avait des airs de forteresse assiégée samedi 8 lors de l'Acte 4 des gilets jaunes à Paris. En effet, certains manifestants avaient fait part de leur volonté d'aller "chercher" Emmanuel Macron à l'Elysée. La sécurité du président aurait pris la mesure de cet état de fait et prévu un dispositif de sécurité impressionnant.

Selon Le Canard enchainé, "500 gardes républicains du premier régiment d'infanterie, plus une petite centaine de flics et de gendarmes du Groupe de sécurité de la présidence de la République ont rappliqué" à l'Élysée. Des lances à eau auraient été prépositionnées pour repousser d'éventuels manifestants qui auraient réussi à échapper aux autres forces de l'ordre qui quadrillaient la capitale, ou à forcer les barrages mis en place par les gendarmes mobiles et les CRS. Des drones devaient surveiller les mouvements de la foule et les tentatives d'infiltrations. Un hélicoptère était également prévu afin d'"exfiltrer le chef de l'Etat" en cas de danger imminent, selon le palmipède.

Lire aussi - "Acte V" ou non ? Les "gilets jaunes" sous pression après l'attaque de Strasbourg

"Le palais présidentiel était isolé au centre d'un immense no man's land, baptisé bunker institutionnel, englobant le ministère de l'Intérieur, la place de la Concorde et l'Assemblée nationale", précise l'hebdomadaire, qui ajoute que l'Élysée, "croyant dur comme fer à une déstabilisation russe sur les réseaux sociaux, a d'ailleurs déclenché, le jour même, une enquête de la Sécurité intérieure".

Pour autant pas de quoi déstabiliser Emmanuel Macron. "Jupiter, selon plusieurs témoins, est resté de marbre", note l'hebdomadaire satirique.

Voir:

"Gilets jaunes": le gouvernement appelle à ne pas manifester samedi

Le gouvernement appelle les "gilets jaunes" à ne pas manifester samedi

Gilets jaunes: un jeune manifestant de 23 ans tué sur un barrage

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.