Une proposition de loi autorisant la reconnaissance faciale en débat au Parlement  

Auteur(s)
Lauriane Bernard, France-Soir
Publié le 06 juin 2023 - 15:16
Image
Des caméras de sécurité utilisant la reconnaissance faciale exposées à Pékin, le 24 octobre 2018
Crédits
© NICOLAS ASFOURI / AFP/Archives
Des caméras de sécurité utilisant la reconnaissance faciale exposées à Pékin
© NICOLAS ASFOURI / AFP/Archives

Le 31 mai, parallèlement au débat sur la réforme des retraites, la proposition de loi autorisant "la reconnaissance biométrique dans l'espace public " a été examinée en Commission des lois. Alors que la reconnaissance faciale avait été écartée du débat parlementaire à l’occasion du vote de " la loi sur les JO ", les Sénateurs viennent d’autoriser une expérimentation du dispositif pour une durée de 3 ans. Le secrétaire général de la CNIL a pourtant mis en garde : "choisir d'expérimenter, c'est choisir de créer ". 

Les Sénateurs Marc-Philippe Daubresse (LR) et Arnaud de Belenet (Union Centriste) ont déposé le texte au Sénat le 5 avril dernier.  Il a été amendé par la Commission des lois le 31 mai et sera débattu prochainement* à l’Assemblée nationale.

Un dispositif de reconnaissance faciale hors cadre des Jeux olympiques   

Cette proposition de loi porte sur un dispositif de reconnaissance faciale généralisé à l'espace public. Elle n’est pas à confondre avec les dispositions prévues par la loi relative aux Jeux olympiques de 2024. Adoptée définitivement par le Parlement le 19 mai dernier, “la loi sur les JO” permet la vidéosurveillance dite "intelligente " pour couvrir l’évènement sportif, mais exclut le traitement de données biométriques.   

Quand on parle de dispositif de reconnaissance faciale à l’aide de vidéosurveillance, il s’agit en réalité de faire appel à un logiciel qui compare des images à une base de données. L’utilisation de la reconnaissance biométrique permet d’identifier une personne à l’aide de l’intelligence artificielle, pas seulement de la filmer.  

Lors de la session de Commission des lois du 31 mai, Philippe Bas (LR), le rapporteur désigné sur le texte, a précisé qu’« à l'époque » des débats entourant la loi sur les Jeux olympiques  "nous n'avons pas souhaité instaurer un dispositif de reconnaissance faciale". Mais quelques semaines plus tard, voilà que cette proposition de loi atterrit en toute discrétion sur le bureau de la Commission.  

Une expérimentation de 3 ans, attention à l’effet cliquet   

Malgré les risques qu’elle peut emporter, Philippe Bas salue les bienfaits que présente la reconnaissance faciale.  "Elle permet notamment de prévenir des attentats ou encore de retrouver des criminels". Le rapporteur du texte promet de mettre en place un cadre législatif strict pour empêcher "le développement d'une société de surveillance à la chinoise ". Il souhaite interdire l'identification à distance sans consentement et assure qu’une intervention humaine sera toujours à l’origine du traitement des données.   

Le Sénateur Jérôme Durain (PS) lui rappelle toutefois que très récemment, de telles justifications ont permis certaines dérives : "À Dijon, un système de vidéosurveillance a permis d'envoyer au domicile de chaque « délinquant » une amende pour avoir osé taper sur une casserole". Son groupe ne soutiendra pas la proposition de loi et met en garde contre "l’effet cliquet", en évoquant les mots prononcés par le secrétaire général de la CNIL lors de son audition devant la Commission : "choisir d'expérimenter, c'est choisir de créer".  

Sauf intervention du législateur, l’expérimentation de la reconnaissance biométrique ne durerait que 3 ans. Ce qui serait pour le moins étonnant, puisqu’un règlement sur l’intelligence artificielle est dans les cartons de la Commission européenne.   

C’est la faute à Bruxelles   

"Nous risquions d'être soumis, à l'insu de notre plein gré et sans avoir notre mot à dire, à des législations supranationales", s’est justifié Marc-Philippe Daubresse (LR), un des auteurs de la proposition de loi. Effectivement, Bruxelles prépare l’adoption d’un règlement à horizon 2023-2024 qui viendrait régir le recours à la reconnaissance faciale sur l’ensemble du territoire européen.   

Le règlement européen prévoira-t-il une "clause d’autodestruction" lorsque l’expérimentation française sera arrivée à son terme ? Permettez-nous d’en douter.

*erratum : "le 12 juin", le texte est débattu en séance publique au Sénat.   

À LIRE AUSSI

Image
DSA
L'UE demande aux grandes plateformes d'identifier les contenus générés par IA
DÉPÊCHE — Pouvoir identifier clairement un contenu généré avec une intelligence artificielle (IA), que ce soit un texte, une image ou un son, c'est le vœu qu'a fait l...
05 juin 2023 - 16:45
Société
Image
drone
Un décret qui tombe à pic : les drones policiers peuvent être déployés lors de manifestations
Le décret d’application relatif à l’utilisation des drones policiers a été publié au Journal Officiel jeudi 20 avril. Il fait suite à la loi sur la responsabilité péna...
22 avril 2023 - 13:33
Société
Image
Emmanuel Macron à Ganges
Visite d’Emmanuel Macron à Ganges  : un arrêté préfectoral interdisant les « dispositifs sonores » pris sur le fondement d'une loi antiterroriste
Le 19 avril, le préfet de l’Hérault a pris un arrêté afin d’instaurer « un périmètre de protection à l’occasion de la visite officielle du président de la République l...
21 avril 2023 - 19:21
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Anne Hidalgo
Anne Hidalgo : Fluctuat nec mergitur..., quoi que !
PORTRAIT CRACHE - Edile un jour ne rime pas forcément avec idylle toujours. Cela fait 10 ans, presque jour pour jour, que la socialiste Anne Hidalgo est maire de Paris...
06 avril 2024 - 15:39
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.