Le Maire fait sa rentrée avec le travail comme "valeur cardinale" de sa politique

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 24 août 2023 - 16:55
Image
Bruno Le Maire, à l'Elysée le 14 juin 2022
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
Bruno Le Maire à l'Elysée, le 14 juin 2022.
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

DÉPÊCHE — Diminuer les impôts de production et de revenu, protéger les brevets, continuer la simplification de l'entrepreneuriat, combattre le chômage en baissant l'assurance, faire payer les amendes... Pour sa rentrée, Bruno Le Maire fait savoir depuis la Haute-Savoie qu'il veut poursuivre sa politique en faveur des entreprises.

Selon le ministre de l'Économie, ce n'est ni plus ni moins "la seule politique économique qui a donné les meilleurs résultats que la France ait connus depuis 40 ans : la politique de l’offre."

En haut de sa liste figure la suppression de la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), un impôt de production que le patronat veut voir disparaitre au plus vite. Comme le rapporte l'AFP, cet impôt qui pèse tout particulièrement sur les entreprises industrielles a été réduit de moitié cette année et devait être aboli en 2024, mais le gouvernement a choisi d'étaler sa suppression, pour un coût ramené à un milliard d'euros par an pour les finances publiques.

"À la fin de 2027, la CVAE sera définitivement supprimée", a assuré le ministre.

Plus généralement, "il faut continuer à baisser les impôts : on le fera sur les impôts de production parce que ça pénalise l'industrie et on le fera aussi sur les ménages, l'impôt sur le revenu avec une baisse de deux milliards d'euros que nous ferons dès que les conditions seront réunies", a-t-il ajouté.

Dans un second temps, pour mieux protéger les brevets et la propriété intellectuelle, Bruno Le Maire a expliqué vouloir renforcer le contrôle des investissements étrangers, en l'élargissant "aux activités d’extraction et de transformation des matières premières critiques".

Concernant les entrepreneurs, ils auront droit à "des assises de la simplification dans les trois mois qui viennent". Bruno Le Maire a aussi dit vouloir travailler "au développement rapide de l'actionnariat salarié".

Ensuite, le ministre s'est arrêté sur la question de l'assurance chômage, martelant qu'il était nécessaire de "poursuivre la réforme" pour laquelle le gouvernement a adressé aux partenaires sociaux une feuille de route très serrée. L'idée, c'est de faire naître de nouvelles règles d'indemnisation d'ici au 15 novembre. Ces nouvelles règles, Bruno Le Maire les espère plus strictes, en ce sens qu'il veut plus de différence entre les revenus du travail et les allocations : "Le travail restera la valeur cardinale de notre politique économique", a-t-il martelé.

Enfin, il insiste sur le fait que les amendes devront être payées, tout en avouant que ses services actuels ne sont "pas suffisamment équipés" pour aller les chercher.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.