Le Puy de Dôme, cobaye du premier test de limitation de puissance électrique

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 04 janvier 2024 - 20:15
Image
Manifestation contre le compteur Linky à Autrans le 5 mai 2018, en région Auvergne-Rhône-Alpes
Crédits
JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Manifestation contre le compteur Linky à Autrans le 5 mai 2018, en région Auvergne-Rhône-Alpes.
JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

C'était sur les planches depuis trois mois, dans les têtes depuis longtemps. Le 30 décembre 2023, un décret permettant l'expérimentation de limitation de puissance électrique a été publié au Journal Officiel. Pour l'instant, c'est le département du Puy de Dôme qui sera seul cobaye.

Certains particuliers le voient venir gros comme une maison depuis des années. Les compteurs Linky permettant à Enedis d'avoir accès à toutes les données de consommation, mais aussi et surtout de contrôler à distance la puissance électrique fournie, c'est (encore) la France rurale qui va payer les pots cassés d'un pays qui a malmené sa production.

Entre sobriété et efficacité énergétique, voilà plus d'un an que le gouvernement essaie tant bien que mal de responsabiliser les Français pour faire face aux besoins énergétiques du pays. Sur le papier, de nombreuses mesures ont d'ores et déjà été prises pour contraindre les entreprises à moins consommer, mais toutes ne sont pas respectées.

Aussi faut-il trouver une autre idée pour serrer la vis... Enedis !

Ainsi que l'explique l'article 1er du décret, les "clients résidentiels raccordés au réseau public de distribution d'électricité, de puissance inférieure ou égale à 36 kVA et équipés d'un dispositif de comptage" pourront subir "une mesure de limitation temporaire de la puissance". Comme le rapporte Le Figaro, il leur restera " au moins 3 kilovoltampères (kVA), de quoi allumer une ampoule, un radiateur électrique et recharger un smartphone", et "la durée de cette limitation n'excédera pas deux heures consécutives".

Pour le moment, seul le département du Puy de Dôme est concerné par cette expérimentation. "Les participants seront informés par Enedis au moins trois semaines avant l'expérimentation, par courrier postal. Ils seront à nouveau prévenus du jour et du créneau précis 5 jours avant, par mail, SMS ou courrier postal", précise le ministère de la Transition énergétique. Et d'ajouter, consolant : "Ils toucheront une prime de 10 euros pour les 2 heures concernées. Ceux refusant d'y participer pourront se signaler à Enedis pour être sortis de l'expérimentation."

D'aucuns y voient un pas de plus vers une toute puissance de l'État :

Ce qui est certain, c'est que tout le monde n'aura pas la lumière à tous les étages...

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.