Les jeux de la mort et du coronavirus : pas de hasard

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les jeux de la mort et du coronavirus : pas de hasard

Publié le 18/01/2021 à 10:29
Pexels
PARTAGER :

Auteur(s): Philippe Simonnot pour FranceSoir

-A +A

La pandémie  avait été prévue !

Les princes qui nous gouvernent, comme stupéfiés par la peste qui n’en finit pas de nous pourrir la vie, ont trouvé l’excuse dite du « Black Swan » (Cygne Noir), c’est-à-dire de l’événement imprévisible qui surprend le monde entier et que personne ne pouvait anticiper. Le « Black Swan » est un animal qui sévit plutôt dans les milieux boursiers, quand on cherche à « expliquer », après coup, un krach. Ubu voudrait aussi le voir voler dans le domaine sanitaire.

Hé bien ! cet argument ne vaut rien. Non seulement, la pandémie  était prévisible, mais elle avait été prévue en 2005 – il y a donc 15 ans – par un certain Michael T. Osterholm dans un article publié par  The New England Journal of Medecine. A l’époque, Osterholm était directeur du Centre pour la recherche sur les maladies infectieuses et la politiques de santé à l’Université du Minnesota. Son article est intitulé explicitement Preparing for  the Next Pandemic  (Se préparer pour la prochaine pandémie). Et en effet, il y donnait tout un tas de conseils pour parer à une nouvelle catastrophe qui ne pouvait que survenir.

L’article fut repris par  Foreign Affairs, la prestigieuse revue américaine à la portée des décideurs du monde entier.  On en trouve encore aujourd'hui une version originale en libre lecture sur NEJM.[1]

Osterholm commençait par nous rappeler que la grippe espagnole avait fait entre 50 et 100 millions de morts dans les années 1918-1919. Aujourd'hui avec une population mondiale quadruple de celle des années 1920, on peut redouter une hécatombe encore plus impressionnante en nombre de victimes, même avec une pandémie  moins cruelle que celle de 1918-19.

Après ce rappel historique, Osterholm affirmait l’inévitabilité d’une autre pandémie. « Nombre d’événements et de facteurs  récents ont accru notre inquiétude quant à l’imminence d’une nouvelle pandémie dans un proche avenir », écrivait-il.  Et d’ajouter : « Plus de 50% de la population [des Etats-Unis] pourraient être malades avec un taux de mortalité de 5% », calculait Osterholm en 2005. Aujourd'hui, la population des Etats-Unis est de 328 millions. Avec un taux de mortalité de 5% sur la moitié de cette population, on aboutit à un total de 8,2 millions de morts (le nombre de décès dus au coronavirus a déjà atteint 393 000, on serait donc – heureusement - encore loin du compte !).

« Il y aurait, prévoyait  encore Osterholm, des pénuries majeures […] pour de nombreux produits y compris la nourriture, le savon, le papier, les ampoules, l’essence, les pièces détachées pour les équipements militaires ou l’adduction d’eau dans les villes, les médicaments y compris les vaccins autres que ceux contre la pandémie. De nombreuses industries non essentielles, dans l’électronique, l’automobile ou les activités impliquant des contacts rapprochés entre personnes – dans les écoles, les spectacles, les restaurants – devraient être évitées, voire interdites ». Prophétie hallucinante par ses détails, qui se réalise sous nos yeux quinze après avoir été énoncée.

L’heure des comptes n’a pas encore sonné – surtout quand on est bouclé chez soi. Mais elle viendra sûrement…Et il faudra nous expliquer pourquoi et comment personne n’a tenu compte de l’avertissement documenté et raisonné  de Michael Osterholm.

[1] On trouve référence de cet article dans Pandémologie politique, de Jean-Paul Gaudillière, Caroline Izambert et Pierre-André Juven qui vient d’être publié aux Editions La Découverte.

 

Auteur(s): Philippe Simonnot pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les jeux de la mort et du coronavirus : pas de hasard

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-