Loi Macron: Manuel Valls passe en force en recourant à l'article 49-3

Loi Macron: Manuel Valls passe en force en recourant à l'article 49-3

Publié le 17/02/2015 à 16:40 - Mise à jour à 21:01
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Face à la menace de voir la loi Macron rejetée à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a annoncé mardi après-midi recourir à l'article 49-3 de la Constitution, qui permet de valider un texte sans l'accord du Parlement.

"Le gouvernement fera tout pour que cette loi passe", a prévenu Manuel Valls ce mardi. Alors que le vote solennel de la loi Macron devait se dérouler à 17h, l'exécutif semblait de plus en plus tendu à l'approche de l'heure fatidique. Passera, passera pas? Annoncé comme "serré"  depuis quelques jours déjà, le vote tournait à la situation de crise. Au point de forcer Manuel Valls à décider de recourir à l'article 49-3 de la Constitution qui permet de faire passer une loi sans l'accord de l'Assemblée nationale.

"Le conseil des ministres d'aujourd'hui (mardi, NDLR) m'a autorisé à engager la responsabilité du gouvernement conformément à l'article 49-3 de la Constitution", a ainsi annoncé le Premier ministre. Avant d'enfoncer le clou: "les dispositions de ce projet de loi sont importantes, essentiellement pour relancer la croissance, créer de l'emploi, faire sauter un certain nombre de blocages, donner un coup de jeune à notre pays (…). J'engage donc la responsabilité de mon gouvernement".

Alors qu'Emmanuel Macron multipliait depuis lundi les coups de fil aux députés socialistes et que Manuel Valls en appelait à la "responsabilité" des élus de la majorité, les frondeurs du PS campaient sur leurs positions. Pire, ils étaient une quarantaine à être prêts non pas à s'abstenir, mais bien à voter contre un projet de loi qu'ils dénoncent comme un "recul".

L'exécutif a réagi en organisant dans l'urgence un conseil des ministres extraordinaires, mardi après-midi à 14h30. Une seule question était posée: faut-il ou non recourir au fameux 49-3, au risque de s'exposer aux attaques en déni de démocratie?

A la sortie de la réunion, Matignon affirmait toujours "privilégier le vote de responsabilité et de conviction" au passage en force constitutionnel. Pour autant, "toutes les options sont ouvertes", prévenait déjà l'entourage de Manuel Valls. A l'arrivée, c'est pourtant bien le passage en force qu'a choisi le Premier ministre, qui engage ainsi la responsabilité de son gouvernement. Cet article de la Constitution permet que soit adopté un projet de loi sans vote, sauf si une motion de censure est déposée dans les 24 heures. Par la voix de son président Christian Jacob, le groupe UMP a d'ores et déjà annoncé qu'il déposerait cette motion de censure --qui, si elle devait aboutir, entraînerait la démission du gouvernement.

C'est la première fois depuis 2006 qu'un Premier ministre engage ainsi la responsabilité de son gouvernement. A l'époque il s'agissait de Dominique de Villepin, Premier ministre de Jacques Chirac, pour le projet de loi instaurant le CPE (Contrat première embauche).

 

 

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manuel Valls engage la responsabilité de son gouvernement

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-