Loi Travail: les différentes étapes de la mobilisation

Loi Travail: les différentes étapes de la mobilisation

Publié le 11/04/2016 à 10:23 - Mise à jour à 10:39
©JoelSaget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Depuis un mois, la mobilisation contre la loi Travail ne faiblit pas, les opposants à la réforme descendant régulièrement dans la rue pour faire entendre leur désaccord. Le point sur les différentes étapes de la mobilisation.

Depuis le 9 mars, les opposants au projet de loi travail ont plusieurs fois battu le pavé pour demander son retrait. Voici un rappel des différentes étapes de mobilisation:

- 9 mars : première contestation dans la rue avec près de 200 rassemblements et des appels à la grève, notamment dans la fonction publique: 224.000 personnes selon les autorités, entre 400.000 et 500.000 selon les organisations syndicales (CGT, FO, Solidaires, FSU) et de jeunesse (Unef, SGL, UNL, FIDL). A Paris, la préfecture de police dénombre 27.000 à 29.000 manifestants. La journée coïncide avec des appels à la grève à la SNCF et à la RATP sur des mots d'ordre internes (conditions de travail, salaires) mais dans ces entreprises, la CGT est solidaire. Les organisations de jeunesse sont reçues le 11 à Matignon.

- 17 mars : mobilisation des jeunes malgré plusieurs amendements portés au texte le 14. Les autorités comptabilisent 69.000 manifestants dans toute la France, dont 9.000 à Paris. La journée est qualifiée de "réussite" par l'Unef, qui recense 150.000 personnes. Elle est émaillée d'incidents avec une trentaine d'interpellations, notamment à Paris, Rennes et Marseille. Plusieurs universités sont fermées sur décision administrative.

- 24 mars : le jour de sa présentation en Conseil des ministres, le projet met dans la rue environ 43.000 jeunes (essentiellement), dont 4.800 à 5.200 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. Les organisateurs ne fournissent pas d'estimation. Certains défilés dégénèrent, notamment à Paris, Nantes et Rouen (une quarantaine d'interpellations). Un lycéen parisien est violemment frappé par un gardien de la paix et la scène, filmée, largement diffusée sur les réseaux sociaux. Le policier sera jugé le 12 mai pour violences volontaires.

- 31 mars : nouvelle journée d'action à l'appel à la fois des syndicats de salariés et organisations de jeunesse. Le nombre de manifestants double par rapport au 9 mars: près de 390.000 personnes dans 250 villes, selon les autorités. 1,2 million selon les organisateurs. Grève à la SNCF et la RATP où plusieurs syndicats s'associent à la contestation. Le ministère de l'Education nationale recense 170 lycées bloqués (sur 2.500). Des incidents éclatent entre manifestants cagoulés et forces de l'ordre, notamment à Paris, Rennes, Grenoble et Nantes. Bilan: une centaine d'interpellations et une trentaine de blessés (des policiers surtout). A Paris, où la préfecture de police fait état de 26.000 à 28.000 manifestants, est lancée dans la soirée la "Nuit debout", Place de la République, sorte d'agora militante et citoyenne dans la lignée des "Indignés" à Madrid.

- 5 avril : les organisations de jeunesse appellent à nouveau à la mobilisation. Quelque 23.800 personnes manifestent dans toute la France, dont 3.200 à 3.400 à Paris, selon les autorités, avec des incidents à Paris, Rennes et Lyon et 177 interpellations au total, essentiellement pour "vérification d'identité". Une poignée de jeunes font l'objet de poursuites. L'administration recense 34 lycées bloqués. La "Nuit debout" s'étend à plusieurs villes comme Rennes, Nantes, Toulouse ou Lyon.Le lendemain, les organisations de jeunesse sont reçues par le gouvernement.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En un mois des centaines de milliers de personnes ont manifesté contre la loi Travail.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-