Macron met le feu aux poudres : l’économie de guerre au programme à Bergerac

Auteur(s)
France-Soir avec AFP
Publié le 11 avril 2024 - 14:42
Image
Munitions
Crédits
Thys / AFP
L'ère de la réindustrialisation française s'ouvre à Bergerac avec une fabrique d'obus. Le message est clair : fabriquer des armes, c'est reconquérir notre souveraineté.
Thys / AFP

Le Président Emmanuel Macron est en déplacement ce jour, jeudi 11 avril, pour poser la première pierre d’une usine de poudre pour obus à Bergerac (Dordogne). « L’économie de guerre », un appel de ses vœux, se concrétise avec une nouvelle usine dans le Périgord.  Celle-ci participerait à l’engagement tenu en tant qu’allié à l’Ukraine. L'ère de la réindustrialisation française s'ouvre donc à Bergerac, non pas avec des usines éco-responsables, mais avec une fabrique d'obus. Le message est clair : fabriquer des armes, c'est reconquérir notre souveraineté.

Le chef de l’Etat est accompagné pour ce faire de son ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, ainsi que de son ministre des Armées, Sébastien Lecornu. L’Elysée surenchérit en annonçant qu’ils rencontreront dans le même temps les dirigeants de l’industrie française de l’armement. 

Attendu sur le site d’Eurenco, leader européen en matière de poudres et d’explosifs, le président salue son « retour de capacités de production en France ». En effet, Emmanuel Macron avait fustigé, lors de ses vœux à Cherbourg (Manche) en janvier, la « forme d'engourdissement satisfait » qui avait gagné le secteur avant la guerre en Ukraine. Il appuyait ainsi pour la contraction des délais de production. 

La société Eurenco est un exemple de rétropédalage. Installée depuis 1915 à Bergerac, elle démantèle ses capacités de production en 2007. Changement de cap donc, la voici disposée aujourd’hui à produire 1 200 tonnes de poudre par an sur son site en Dordogne et assure pouvoir effectuer une première livraison pour l’Ukraine au « premier semestre 2025 ». 

La chancelier allemand, Olaf Scholz, suit la même ligne, exhortant quant à lui en février dernier une production d’armements « à grande échelle » sur le territoire européen. En ce sens, le géant allemand de l’armement, Rheinmetall, a passé un accord avec une entreprise ukrainienne pour construire des munitions d'artillerie en Ukraine. Une production qu’il souhaite d’un « nombre à six chiffres » afin d’assurer les besoins du pays. 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky alarme quant à lui sur les besoins de son pays, assurant ce dimanche 7 avril que son pays risque de perdre la guerre si des moyens supplémentaires ne leurs étaient pas fournis au plus vite. Tandis que l’aide américaine promise, s’élevant à 60 milliards de dollars, est bloquée au Congrès depuis des mois, les européens assurent l’augmentation de leur cadence de production et promettent des ressources alternatives avec des achats de munitions hors UE. 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.