Manuel Valls accuse Emmanuel Macron de céder "aux sirènes du populisme"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 13 juillet 2016 - 17:01
Image
Valls-Sérieux-ministre
Crédits
©Thomas Samson/AFP
"On ne peut pas dénoncer un prétendu +système+ en cédant aux sirènes du populisme quand, circonstance aggravante, on est soi-même le produit le plus méritant de l’élite de la République", a déclaré Valls.
©Thomas Samson/AFP
Au lendemain du meeting d'Emmanuel Macron, Manuel Valls a accusé ce mercredi le ministre de l'Economie de céder "aux sirènes du populisme". Pour le Premier ministre, on ne peut pas céder au populisme et dénoncer le système en étant soit même le produit de ce système.

Manuel Valls a accusé ce mercredi 13 Emmanuel Macron, possible candidat à la présidentielle qui se revendique anti-système, de céder ainsi "aux sirènes du populisme", soulignant que le ministre de l'Economie, passé par l'ENA, était un "produit de l'élite de la République". "On ne peut pas dénoncer un prétendu +système+ en cédant aux sirènes du populisme quand, circonstance aggravante, on est soi-même le produit le plus méritant de l’élite de la République", selon le texte de son discours transmis par Matignon à la presse.

S'il ne nomme pas son ministre directement, le chef du gouvernement a multiplié les attaques contre M. Macron, dans son discours prononcé à huis clos devant les parlementaires de la majorité à l'occasion d'une réception à Matignon pour la fin de la session au Parlement. "Je le dis en présence de ministres, de parlementaires qui ont toujours su montrer leur loyauté. L’éthique de responsabilité, c’est le devoir de clarté, pas l’entretien d’un climat, pourri par l’ambigüité", a lancé M. Valls en allusion aux ambitions de moins en moins voilées d'Emmanuel Macron de se lancer dans la bataille présidentielle. Cette nouvelle charge suit une première offensive mardi du Premier ministre, qui avait jugé à propos du premier meeting du mouvement "En Marche!" de M. Macron qu'il était "temps que tout cela s'arrête".

A deux jours de l'allocution de François Hollande du 14 juillet, Emmanuel Macron a mis clairement le cap mardi soir sur la "victoire" en 2017, tout en épargnant globalement le président et en lançant de nouvelles piques à Manuel Valls. Le jeune ministre, qui se revendique adversaire du "système" comme le fait également Marine Le Pen, avait récemment parlé d'une "caste" politique, s'attirant un recadrage de M. Valls sur les bancs de l'Assemblée. "C’est tellement facile de s’en prendre à ces cercles, ces élus, ces formations politiques. Bien sûr, elles ont besoin de dépassement, de se réinventer. Mais nous appartenons à des familles politiques très anciennes, avec des valeurs dont il ne faut jamais s’éloigner. Quand on s’en éloigne, la confusion et l’ambiguïté s’imposent", a affirmé M. Valls dans son discours.

Cette réplique accroît encore la pression en faveur d'un départ de M. Macron du gouvernement. François Hollande doit s'exprimer sur le sujet lors de son interview du 14 juillet, a indiqué le porte-parole Stéphane Le Foll mercredi à la sortie du Conseil des ministres.

 

À LIRE AUSSI

Image
Emmanuel MAcron.
Emmanuel Macron : son avenir au sein du gouvernement incertain
Le maintien d'Emmanuel Macron au sein du gouvernement reste incertain au lendemain du premier meeting de son mouvement "En Marche!". Ses propos ont irrité nombre de se...
13 juillet 2016 - 16:20
Politique
Image
Emmanuel Macron.
En Marche ! : Macron tient son premier meeting, le doute plane sur ses intentions pour 2017
Trois mois après le lancement du mouvement En Marche!, Emmanuel Macron tient ce mardi son premier meeting à Paris organisé dans une salle de 1.800 places. Selon son en...
12 juillet 2016 - 17:46
Politique
Image
Emmanuel Macron en conférence à Bercy le 15 octobre.
En Marche ! : Macron met le cap sur la présidentielle
Lors d'un discours tenu mardi soir à la Mutualité dans le cadre de son mouvement En Marche!, Emmanuel Macron a clairement mis le cap sur la présidentielle de 2017 sans...
13 juillet 2016 - 09:20
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.