Martine Aubry veut "sortir de la direction" du PS

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Martine Aubry veut "sortir de la direction" du PS

Publié le 28/02/2016 à 15:26 - Mise à jour à 15:33
©François Lo Presti/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Martine Aubry veut, avec ses amis, "sortir de la direction du Parti socialiste", a-t-elle déclaré ce dimanche dans le "Journal du Dimanche", précisant qu'elle n'avait aucunement l'intention d'être candidate en 2017. "Je suis bien à Lille et j'y resterai", a-t-elle déclaré.

La maire de Lille Martine Aubry indique qu'elle veut, avec ses amis, "sortir de la direction du Parti socialiste" et qu'elle n'a pas l'intention d'être candidate pour la présidentielle de 2017, dans des propos rapportés par le Journal du Dimanche. "Nous allons sortir de la direction du PS, nous souhaitons en discuter avec Jean-Christophe Cambadélis", déclare l'ancienne première secrétaire du PS, quatre jours après avoir publié une tribune au vitriol contre la politique menée par le gouvernement. Elle ne donne pas davantage de détails, mais deux de ses très proches, les députés François Lamy et Jean-Marc Germain, font partie du secrétariat national du Parti socialiste.

Interrogée sur ses propres ambitions, elle affirme qu'elle ne sera pas candidate en 2017. "Je suis bien à Lille et j'y resterai", promet Martine Aubry. Assurant ne pas avoir prévenu le président François Hollande de cette publication autrement qu'en l'avertissant quinze jours auparavant qu'elle allait s'"exprimer", elle assure "ne rien demander". "On ne demande le départ de personne. Ceux de mes amis qui ont été sollicités ont refusé d'entrer au gouvernement, on ne veut aucun poste", détaille Martine Aubry dans l'hebdomadaire. "On veut simplement que ce pour quoi on s'est battus toute notre vie soit préservé", poursuit-elle, insistant: "et on veut montrer aux gens que la gauche a des solutions".

"Il était urgent de prendre parti et puisqu'on n'est pas écouté quand on parle en privé ou à l'Assemblée (...) il fallait dire que cela suffisait, qu'il est temps de sortir de l'impasse", justifie-t-elle. "Qu'un Premier ministre socialiste ne se mette pas du côté de ceux qui agissent, qui accueillent des réfugiés, je ne l'accepterai jamais", ajoute-t-elle. Dans sa tribune au Monde, elle avait notamment reproché à Manuel Valls ses critiques contre la politique migratoire ouverte de l'Allemagne.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On ne demande le départ de personne", assure Martine Aubry au "JDD".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-