Nicolas Hulot présente son "plan climat": voitures polluantes, mauvaises isolations et énergies fossiles dans le collimateur

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 06 juillet 2017 - 16:59
Image
Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, le 5 juillet 2017 à l'Elysée
Crédits
© Eric FEFERBERG / AFP
Nicolas Hulot a présenté son plan ce jeudi 6.
© Eric FEFERBERG / AFP
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a présenté ce jeudi son "plan climat" fixant les grandes orientations du gouvernement, pour une durée dépassant d'ailleurs largement le quinquennat. Les véhicules polluants et les énergies fossiles sont largement dans le viseur du plan gouvernemental.

Pas moins de six grandes thématiques et 23 "axes" au menu du "plan climat" annoncé par le ministre d'Etat et ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. Il a tenu une conférence de presse ce jeudi 6 pour détailler le contenu de ce vase projet, rappelant au passage, à propos de la position du gouvernement sur l'écologie que "notre responsabilité, c’est de faire que ce sujet prime sur tous les autres".

Dans le collimateur du "plan climat", la voiture. Le gouvernement veut en effet en finir avec la commercialisation des voitures roulant à l’essence ou au gazole en France d’ici 2040. A court terme, soit la fin du quinquennat, le gouvernement souhaite faire converger la fiscalité entre diesel et essence. C'était une des promesses de campagne du candidat Macron.

Autre mesure, plus rapidement mise en œuvre, la création d'une prime pour les plus modestes pour qu'ils puissent se séparer d'une voiture polluante, la prime étant conditionnée bien entendu à l'achat d'un véhicule "propre", qu'il soit neuf ou d'occasion. Les véhicules dits "polluants" seront les diesels antérieurs à 1997 ou les moteurs à essence antérieurs à 2001.

Nicolas Hulot annonce aussi la volonté de lutter contre les "passoires thermiques", bâtiments mal isolés et consommant trop d’énergie. Le but? Les éradiquer d'ici dix ans. Un plan spécifique doté de 4 milliards d'euros va être mis en place en ce sens. Ce projet inclura aussi une dimension de lutte contre la précarité énergétique.

Le ministre a également annoncé des orientations stratégiques majeures pour la France à l'échelle mondiale. L'Hexagone cessera définitivement toute production énergétique issue du charbon, "d'ici à 2022". Une loi sera proposée "à la fin de l’été ou au début de l’automne", afin "d’arrêter tout nouveau permis d’exploitation", de pétrole, de gaz, et de charbon y compris pour toutes les énergies non conventionnelles, ce qui acterait de fait le renoncement au gaz de schiste. Le gouvernement souhaite aussi que le prix de la tonne de carbone passe à 100 euros d'ici 2030, bien que le prix ne soit pas encore fixé officiellement puisqu'il dépendra d'une loi de finance (votée donc pas des parlementaires).

Nicolas Hulot a confirmé que le nucléaire ne dépasserait pas les 50% du mix énergétique français à partir de 2025. Dernier point: le ministre a rappelé sa volonté de défendre l'accord de Paris (issu de la COP21) et le rendre irréversible. Un petit clin d'œil, peut-être, à Donald Trump, qui a sorti son pays du cadre de cet accord, et qui sera l'invité d'Emmanuel Macron pour les cérémonies du 14 juillet.

À LIRE AUSSI

Image
Le président Emmanuel Macron (D) et le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, lors d'u
Transition écologique: la feuille de route du gouvernement présentée en juin
Le gouvernement présentera en juin la "feuille de route" de sa politique climatique, avec "une volonté d'agir vite", a annoncé l’Élysée mardi, au terme d'une table ron...
06 juin 2017 - 20:21
Image
A la pompe.
Paris: pourquoi interdire le diesel d'ici à 2020?
Alors qu'Anne Hidalgo vient d'annoncer qu'elle veut "mettre fin au diesel à Paris en 2020", retour sur l'impact en termes de santé publique de ce carburant très répand...
08 décembre 2014 - 15:22
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don