Nicolas Sarkozy fustige le rapprochement entre Juppé et Bayrou

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 02 novembre 2016 - 12:23
Image
Nicolas Sarkozy.
Crédits
©Philippe Wojazer/Reuters
Le projet de François Bayrou "est aux antipodes des idées que je porte", a rappelé Nicolas Sarkozy.
©Philippe Wojazer/Reuters
Nicolas Sarkozy a fustigé ce mercredi sur France Info le rapprochement entre son principal rival à la primaire Alain Juppé et François Bayrou à qui il reproche encore son soutien à François Hollande en 2012. L'ancien président de la République juge que cette alliance accoucherait d'une majorité "otage de M. Bayrou".

Nicolas Sarkozy a expliqué mercredi qu'il ne voulait pas que la "future majorité" d'alternance issue des urnes en 2017 "soit otage de (François) Bayrou", le président du MoDem (centriste), soutien d'Alain Juppé dans la primaire de la droite (20-27 novembre).

"Je ne veux pas que demain la future majorité soit otage de M. Bayrou", a déclaré M. Sarkozy sur France Info. "En 2012, il a voté avec enthousiasme pour François Hollande. Son projet est aux antipodes des idées que je porte. Il veut une nouvelle tranche de l'impôt sur le revenu, il veut l'augmenter. Il est contre l'interdiction du voile. Il veut le droit de vote pour les étrangers. Il ne veut pas la suppression du regroupement familial", a argumenté l'ancien président de la République.

"Quel sera le Fessenheim d'Alain Juppé s'il fait cet accord avec M. Bayrou?", a-t-il lancé, en référence à l'accord entre le PS et Europe Écologie-Les Verts sur la décision de fermer la centrale nucléaire alsacienne prise lors de la campagne présidentielle de 2012.

Interrogé sur le ralliement de la présidente (LR) de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, à Alain Juppé, M. Sarkozy a répondu: "elle a le droit ! On est quand même libre". "Valérie Pécresse avait choisi François Fillon. Elle a choisi de laisser François Fillon, ce qui pour lui n'est certainement pas sympathique, pour choisir Alain Juppé. C'est son droit, je n'ai pas de commentaire à faire", a-t-il ajouté.

"Nous avons apparemment des désaccords. Elle est pour l'augmentation de la TVA, je suis absolument contre. Elle est pour un groupe parlementaire pour M. Bayrou, je suis contre parce que je crois à la nécessité d'une alternance franche". "Demain quand il faudra tous se rassembler, on se rassemblera", a-t-il dit.

M. Sarkozy a commis un léger lapsus en rappelant qu'il avait annoncé son choix de nommer, à Matignon, "François Bayroin". En réalité, François Baroin

À LIRE AUSSI

Image
Juppé-Politique-lr
Primaire de la droite : Juppé appelle ses adversaire à en terminer avec "cette espèce d'obsession anti-Bayrou"
Suite aux nombreuses critiques, dont fait l'objet son soutien centriste François Bayrou, Alain Juppé a tenu à réagir ce mardi matin au micro de France Inter. Le candid...
25 octobre 2016 - 14:45
Politique
Image
Laurent Wauquiez, Nicolas Sarkozy et Nathalie Kosciusko-Morizet.
Sarkozy et "les ploucs" qui votent pour lui : l'AFP s'excuse et dément, "L'Obs" maintient
Nicolas Sarkozy a-t-il qualifié ses électeurs de "ploucs"? Alors que "Paris Match" a dévoilé jeudi un courrier du PDG de l'AFP démentant ces déclarations (et s'excusan...
28 octobre 2016 - 11:25
Politique
Image
François Bayrou en 2012.
Pour François Bayrou, Alain Juppé est "compatible avec la nécessité de reconstruire le centre"
François Bayrou a fait un nouveau pas en direction d'Alain Juppé en déclarant que ce dernier, même en tant que candidat de la droite, il peut être un des moteurs de la...
10 juillet 2016 - 18:39
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.