Pierre Moscovici sur le budget 2015: "il n'y a pas de sanctions contre la France, il y a des incitations"

Pierre Moscovici sur le budget 2015: "il n'y a pas de sanctions contre la France, il y a des incitations"

Publié le 27/02/2015 à 08:26 - Mise à jour à 15:47
©Capture d'écran RTL
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Pierre Moscovici était l'invité de RTL ce vendredi matin. Le Commissaire Européen aux Affaires économiques et financières a notamment évoqué le délai de deux ans accordé à la France sur son déficit public. Selon lui, le pays est censé trouver environ 4 milliards d'euros supplémentaires en 2015.

 

La France sous surveillance de la Commission européenne

"Il ne s'agit absolument pas d'une surveillance. La France est un pays de l'Union Européenne et donc en tant que telle, elle doit respecter les règles communes. Ces règles n'ont pas été respectées dans le passé, elles doivent être respectées dans le futur".

"Ce qui est donné à la France c'est un chemin, ce n'est pas une punition, une sanction. J'ai toujours estimé, comme commissaire, que les sanctions étaient toujours une erreur. L'Europe n'est pas faite pour punir, pour contraindre, elle est faite pour inciter un pays à changer, à se réformer et à rétablir aussi la situation de ses dépenses publiques".

"Il y a eu une discussion qui était compliquée au sein de la Commission Européenne. Je pense qu'à la fin la décision qui a été prise est parfaitement équilibrée. Il n'y a pas de sanctions contre la France, il y a des incitations. La France a besoin de réformes, d'une économie plus compétitive. La France a besoin de rétablir son commerce extérieur".

"Je vais demander au gouvernement français de présenter un plan national de réformes au mois d'avril".

 

Plan de réformes

"La loi Macron est un premier pas mais il faut continuer. Le Premier ministre a envisagé des réformes sur le dialogue social, peut-être des réformes sur le marché du travail. Je ne suis pas là pour tenir la main du gouvernement".

"On ne demande pas au pays de se réformer de telle ou telle façon. On lui demande de se réformer. On respecte les souverainetés nationales mais il faut que ces souverainetés s'inscrivent dans un cadre commun".

"Je ne parle pas de sanctions mais d'incitations. Mais ces incitations sont pressantes. On lui dit de manière ferme qu'il faut les faire ces réformes comme tous les pays d'Europe tout simplement".

"Maintenant il faut mettre les réformes sur le papier".

 

Plan d'économie supplémentaire d'environ 4 milliards d'euros

"Nous avons accordé à la France un délai supplémentaire de 2 ans pour revenir en dessous de la barre des 3% du PIB".

"Pour l'année 2015 il faut commencer par faire une réduction du déficit de 0,5%. C'est la règle minimale en Europe. Nous passons de 0,8% demandé auparavant à 0,5% demandé maintenant ce qui est le minimum".

"Or il se trouve que d'après nos calculs, la France n'a pas prévu pour 2015 0,5% mais 0,3%. On n'est pas du tout dans les clous. Donc il faut qu'il y ait 0,2% de mesure supplémentaire. Je sais que Michel Sapin s'y est engagé. Il a dit hier à Vienne que des mesures supplémentaires seront prises".

"On doit réduire le déficit dans le pays. Le gouvernement y travaille".

"Presque tous les pays de la zone euro sont bien en deçà de 3%. La France est un grand pays. Elle est capable de le faire". 

 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pierre Moscovici était au micro de RTL ce vendredi matin.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-