Prêtre assassiné: Valls prône une "nouvelle relation" avec l'islam

Prêtre assassiné: Valls prône une "nouvelle relation" avec l'islam

Publié le 29/07/2016 à 13:25 - Mise à jour à 13:28
©Yaghobzadeh Rafael/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Après le meurtre du père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray par deux jeunes radicalisés, Manuel Valls a évoqué le rôle de l'Islam de France et la nécessité d'une "nouvelle relation" avec celle-ci. Il a notamment déclaré que le financement des mosquées et la formation des imams ne devaient plus venir de l'étranger.

Manuel Valls a appelé à une "nouvelle relation avec l'islam de France" après l'assassinat par deux djihadistes d'un prêtre dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray, qui sera ce vendredi 29 au cœur d'hommages religieux avec un appel à une journée de jeûne et de prière chez les chrétiens.

Sur le plan de l'enquête, un demandeur d'asile syrien a été interpellé jeudi 28 dans l'Allier. Trois personnes, dont lui, étaient en garde à vue vendredi matin, deux autres ayant été relâchées, a-t-on appris de sources judiciaire et proche de l'enquête.

Trois jours après l'assassinat du Père Jacques Hamel, 86 ans, égorgé lors d'une prise d'otages dans son église près de Rouen revendiquée par l'organisation djihadiste Etat islamique (EI), les hommages se poursuivent.

Au lendemain d'une cérémonie qui a rassemblé 3.500 personnes dans le stade de la commune, les catholiques de France sont appelés à "une journée de jeûne et de prière" "pour notre pays et pour la paix dans le monde".

Les deux principales fédérations protestantes, la FPF (luthériens et réformés notamment) et le Cnef (évangéliques), se sont associées à cet appel. Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, a également annoncé qu'il l'observerait à titre personnel jusqu'au crépuscule.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a, lui, appelé les 2.500 mosquées de France "à saisir l'occasion du prêche de la prière" de vendredi "pour évoquer la place prépondérante qu'occupe dans la religion musulmane le respect des autres religions". L'instance représentative du culte musulman a également invité responsables de mosquées, imams et fidèles à se rendre dimanche à la messe pour exprimer "solidarité et compassion".

Alors que le recteur de la grande mosquée de Paris Dalil Boubakeur a suggéré mercredi "une certaine réforme dans les institutions" musulmanes, Manuel Valls a affirmé vendredi souhaiter "une remise à plat" pour "inventer une nouvelle relation avec l'islam de France". "C'est bien un nouveau modèle que nous devons bâtir", déclare-t-il dans une interview au Monde.

"Il faut être intraitable avec les mises en cause de la laïcité, les idéologues intégristes et tous ceux qui, sous couvert d'un discours fondamentaliste, préparent les esprits à la violence. Le salafisme n'a pas sa place en France", affirme le Premier ministre.

"Je suis favorable à ce que, pour une période à déterminer, il ne puisse plus y avoir de financement de l'étranger pour la construction des mosquées", détaille M. Valls, qui souhaite aussi "que les imams soient formés en France et pas ailleurs".

Le Premier ministre admet un "échec" dans le suivi judiciaire d'Adel Kermiche, l'un des deux auteurs de l'attentat, qui était placé sous surveillance électronique et faisait l'objet d'une fiche S.

Kermiche avait été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dès mars 2015 pour avoir tenté de rejoindre les terres de jihad. Après une seconde tentative en mai 2015, il avait été incarcéré, avant d'être libéré en mars 2016, contre l'avis du parquet, et assigné à résidence sous surveillance électronique.

Selon L'Express, qui retranscrit des messages envoyés via la messagerie cryptée Telegram, il avait évoqué son projet et en avait décrit par avance le mode opératoire, mentionnant "un couteau" et "une église".

Cet "échec" dans son suivi doit, selon Manuel Valls, "conduire les magistrats à avoir une approche différente, dossier par dossier, compte tenu des pratiques de dissimulation très poussées des djihadistes".

En revanche, le Premier ministre balaye les critiques de la droite, accusant notamment Nicolas Sarkozy de "perdre ses nerfs". "Nous avons un triptyque à casser: la peur, la surenchère et le populisme. Il faut y opposer la vérité, le sang-froid et le respect de l'Etat de droit", cingle-t-il.

Parmi les trois personnes encore en garde à vue vendredi matin, figure un mineur de 16 ans dont le frère, proche de Kermiche, est parti dans la zone irako-syrienne. Un autre est un Français de 30 ans, faisant partie de l'entourage du deuxième tueur Abdel Malik Petitjean. Le troisième est un Syrien interpellé dans un centre d'accueil de demandeurs d'asile de l'Allier.

"La photocopie d'un passeport syrien a été retrouvée au domicile d'Adel Kermiche et les enquêteurs cherchent à savoir s'il pourrait s'agir de cet homme", a expliqué une source proche de l'enquête.

Petitjean, 19 ans, n'était pas connu de la justice mais était fiché S pour radicalisation depuis le 29 juin, selon une source proche de l'enquête. Il s'était rendu en Turquie le 10 juin avec un Français de 20 ans, fiché S. Ce dernier refoulé du pays le lendemain, il rentre en France. Mais les autorités turques ne l'ont signalé aux services français que fin juin.

Petitjean était en outre vraisemblablement recherché depuis le 22 juillet, soit quatre jours avant l'attentat. Un service étranger avait alerté l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) qu'un homme, à l'identité inconnue, "serait prêt à participer à un attentat sur le territoire national", information accompagnée d'une photo dont les enquêteurs trouvent à présent qu'elle ressemble fortement à Petitjean.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je suis favorable à ce que, pour une période à déterminer, il ne puisse plus y avoir de financement de l'étranger pour la construction des mosquées", a déclaré Manuel Valls.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-