Prostitution : le débat relancé sur la pénalisation des clients

Auteur(s)
AZ
Publié le 29 mars 2015 - 18:03
Image
Une prostituée.
Crédits
©Serge Pouzet/Sipa
Faut-il sanctionner les prostituées ou les clients? Les sénateurs vont commencer à en débattre à partir de lundi 30.
©Serge Pouzet/Sipa
Faut-il sanctionner les clients et les prostituées? C'est la question sur laquelle les sénateurs vont devoir trancher et débattre à partir de lundi 30. La proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la prostitution devrait être remaniée par rapport au texte adopté en 2013 à l’Assemblée.

Faut-il sanctionner les clients et les prostituées? Le débat revient de plus belle. A partir de lundi 30, les sénateurs commenceront à débattre sur cette question dans le cadre de la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la prostitution, une version fortement remaniée par rapport au texte initial, voté en décembre 2013.

La proposition de loi initiale prévoyait d'abroger le délit de racolage instauré par Nicolas Sarkozy, et d'instaurer en contrepartie la pénalisation des clients, une contravention de 1.500 euros. Mais la commission spéciale du Sénat a fait volte-face mercredi 25. Contre toute attente, elle a réintégré le délit de racolage et rejeté toute sanction des clients, jugée inefficace, voire contre-productive.

"Le modèle suédois pénalisant les clients n'a rien changé. C'est même un échec, voire un enfer pour certaines prostituées qui doivent travailler chez elles et exercer leur activité dans une très grande précarité au niveau sanitaire", a expliqué Esther Benbassa, sénatrice (EELV) du Val-de-Marne depuis 2011.

Face à ce nouveau rebondissement dans le dossier tumultueux de la prostitution, quelques centaines de prostituées, en majorité des Chinoises et des transgenres sud-américaines, ont défilé samedi 28 à Paris pour s'opposer à ces deux alternatives, refusant toute pénalisation. Si la nouvelle proposition de loi venait à être adoptée, certaines associations de prostituées (Strass, Bus des femmes) et d'autres qui leur viennent en aide (Act-up, Médecins du Monde) craignent de voir ces femmes poussées vers la clandestinité. Pire encore: qu'elles soient plus à la merci des rares clients. De leurs côtés, les prostituées s'inquiètent de perte de revenus. 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.