Prostitution: le débat relancé sur la pénalisation des clients

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Prostitution: le débat relancé sur la pénalisation des clients

Publié le 29/03/2015 à 16:03 - Mise à jour à 16:23
©Serge Pouzet/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): AZ

-A +A

Faut-il sanctionner les clients et les prostituées? C'est la question sur laquelle les sénateurs vont devoir trancher et débattre à partir de lundi 30. La proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la prostitution devrait être remaniée par rapport au texte adopté en 2013 à l’Assemblée.

Faut-il sanctionner les clients et les prostituées? Le débat revient de plus belle. A partir de lundi 30, les sénateurs commenceront à débattre sur cette question dans le cadre de la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la prostitution, une version fortement remaniée par rapport au texte initial, voté en décembre 2013.

La proposition de loi initiale prévoyait d'abroger le délit de racolage instauré par Nicolas Sarkozy, et d'instaurer en contrepartie la pénalisation des clients, une contravention de 1.500 euros. Mais la commission spéciale du Sénat a fait volte-face mercredi 25. Contre toute attente, elle a réintégré le délit de racolage et rejeté toute sanction des clients, jugée inefficace, voire contre-productive.

"Le modèle suédois pénalisant les clients n'a rien changé. C'est même un échec, voire un enfer pour certaines prostituées qui doivent travailler chez elles et exercer leur activité dans une très grande précarité au niveau sanitaire", a expliqué Esther Benbassa, sénatrice (EELV) du Val-de-Marne depuis 2011.

Face à ce nouveau rebondissement dans le dossier tumultueux de la prostitution, quelques centaines de prostituées, en majorité des Chinoises et des transgenres sud-américaines, ont défilé samedi 28 à Paris pour s'opposer à ces deux alternatives, refusant toute pénalisation. Si la nouvelle proposition de loi venait à être adoptée, certaines associations de prostituées (Strass, Bus des femmes) et d'autres qui leur viennent en aide (Act-up, Médecins du Monde) craignent de voir ces femmes poussées vers la clandestinité. Pire encore: qu'elles soient plus à la merci des rares clients. De leurs côtés, les prostituées s'inquiètent de perte de revenus. 

 

Auteur(s): AZ


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Faut-il sanctionner les prostituées ou les clients? Les sénateurs vont commencer à en débattre à partir de lundi 30.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-