Réforme du code du travail: les heures sup' majorées d'"au moins" 10% "doit s'imposer à tous", dit Valls

Réforme du code du travail: les heures sup' majorées d'"au moins" 10% "doit s'imposer à tous", dit Valls

Publié le 28/01/2016 à 15:19 - Mise à jour à 15:27
©Yoan Valat/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Oui, les heures supplémentaires seront payées, "au moins 10%" et pour "tous", a tranché Manuel Valls ce jeudi. Le Premier ministre écarte ainsi la fin "de facto" des 35 heures, via la réforme du code du travail, qu'avait annoncé Emmanuel Macron la semaine dernière.

Manuel Valls a confirmé ce jeudi 28 que la majoration d'"au moins" 10% des heures supplémentaires serait maintenue et devait "s'imposer à tous".

"Il y a une durée légale du travail, et les heures effectuées au-delà sont payées au moins 10% de plus. Ce principe s’impose à tous", a déclaré le Premier ministre lors de ses vœux à la presse, ce jeudi. "Mais au-delà, les entreprises et leurs salariés sont entièrement libres, dans le dialogue, d’organiser le temps de travail de la manière qui leur convient le mieux", a ajouté le chef du gouvernement.

Manuel Valls ne s'était jusqu'à présent pas exprimé directement sur ce sujet. Tout juste avait-il évoqué, lors de la remise du rapport Badinter, mardi 26, que la réforme du code du travail "ne remettra pas en cause la durée légale (...). Il faut que les heures supplémentaires soient majorées et elles seront toujours majorées. (...). Sinon, ce n'est pas la fin des 35 heures, c'est la fin de la durée légale". Des déclarations qui avaient toutefois semé le doute, le Premier ministre n'ayant pas précisé de seuil, ou de chiffres.

La ministre du travail, Myriam El Khomri, avait pour sa part confirmé le maintien du plancher légal existant des 10%. Un gage donné à la gauche et aux syndicats après que le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a allumé la polémique en affirmant, la semaine dernière au forum économique international de Davos (Suisse), que ce plancher serait remis en cause. Ce qui signifierait selon lui "de facto" la fin des 35 heures, puisqu'il aurait été possible de dépasser ce temps sans surcoût pour l'entreprise.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Il y a une durée légale du travail, et les heures effectuées au-delà sont payées au moins 10% de plus. Ce principe s’impose à tous", a déclaré Manuel Valls ce jeudi.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-