Retraites : Macron reporte la présentation de la réforme au 10 janvier

Auteur(s)
FranceSoir avec AFP
Publié le 12 décembre 2022 - 14:25
Image
Crédits
POOL/AFP - GONZALO FUENTES
Le président Emmanuel Macron et la Première ministre Elisabeth Borne le 12 décembre 2022 à Paris
POOL/AFP - GONZALO FUENTES

Prenant de court le monde politique et syndical, Emmanuel Macron a annoncé lundi le report au 10 janvier de la présentation de la réforme des retraites, affirmant vouloir laisser aux partenaires sociaux et aux nouveaux dirigeants LR et EELV le temps "d'échanger" avec l'exécutif sur ce texte très contesté.

"Cela permet d'avoir quelques semaines de plus pour que celles et ceux qui (...) viennent de prendre des responsabilités puissent, sur quelques éléments-clés de la réforme, échanger avec le gouvernement", a déclaré le chef de l'État en ouvrant la deuxième session plénière du Conseil national de la refondation (CNR) à l'Élysée.

"L'effet de surprise est recherché et assumé", explique à l'AFP un conseiller de l'exécutif. En faisant cela, "le président force d’une certaine manière chacun (...) à se positionner et à prendre ses responsabilités".

Et ce report, au final, "ne change rien sur le calendrier", avec une entrée en vigueur de la réforme toujours prévue "à l'été", ajoute-t-il.

Emmanuel Macron s'est justifié en évoquant les élections dans la fonction publique qui "ont empêché certaines discussions avec les organisations syndicales" et les congrès politiques du week-end dernier, à l'issue desquels Eric Ciotti a été élu à la tête des Républicains et Marine Tondelier désignée secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts.

"Le gouvernement ne sait pas encore très bien où il va. Leur texte n'est pas prêt", a réagi auprès de l'AFP le député des Alpes-Maritimes. "Pour l'instant, je ressens cela comme un alibi aux hésitations, plus qu'un souci de négociation".

L'exécutif avait initialement prévu de présenter ce jeudi, à quelques jours de Noël, les grandes lignes de ce texte, pierre angulaire du second quinquennat d'Emmanuel Macron.

Nombre d'opposants ont annoncé se préparer à le bloquer par tous les moyens, de la rue au Parlement, la France insoumise appelant notamment à une mobilisation le 21 janvier, dans la lignée de sa "marche contre la vie chère".

"Première victoire ! "

"Première victoire ! Le projet de retraite à 65 ans n'est pas encore présenté que Macron bat déjà en retraite", a réagi sur Twitter Mathilde Panot, à la tête des députés LFI, confirmant l'action du 21 janvier.

Le gouvernement a rapidement précisé le calendrier des prochaines semaines.

Elisabeth Borne va débuter "une série de rencontres avec les présidents de groupes parlementaires" lundi, mercredi et jeudi, selon Matignon. Elle recevra à nouveau "les organisations professionnelles et les organisations syndicales la semaine du 2 janvier".

Le texte devrait ensuite être adopté en Conseil des ministres le 18 ou 25 janvier.

Pour préparer les esprits, l'exécutif multiplie les entretiens à la presse, les réunions de travail à Matignon et les dîners au sommet à l'Élysée.

Mais les annonces de la Première ministre semblent courues d'avance, balisées par la promesse présidentielle de repousser l'âge légal de 62 à 64 voire 65 ans. Cette dernière hypothèse tient la corde.

"Fébrilité" 

Les organisations syndicales ont acté le report, s'interrogeant sur les motivations du gouvernement.

"Je pense que l’exécutif est très inquiet - et il a raison - de ce que va être la mobilisation en janvier", a relevé François Hommeril, président de la CFE-CGC. Il "s’est mis lui-même dans l’impasse (...) Prolonger cette concertation de deux semaines ou d’un mois ne change rien".

Même son de cloche du côté de la CGT qui déplore "une annonce bizarre" montrant "la fébrilité" du gouvernement. "Ils voient qu’ils ne gagnent pas idéologiquement sur la réforme. La population reste opposée", a estimé la secrétaire confédérale, Céline Verzeletti.

Du côté de la CFTC, on se voulait un peu plus optimiste. "C’est une bonne chose. L’agenda allait trop vite, on n’avait pas le temps d’être écoutés, on travaillait dans l’urgence", a réagi Pascale Coton, vice-présidente de l'organisation. "On espère que ce n’est pas juste pour que les Français passent de bonnes vacances et de bonnes fêtes".

"Si le gouvernement prend du temps pour nous écouter, peut-être qu’on arrivera à le convaincre. Mais si c’est simplement pour gagner du temps...", a déclaré de son côté Dominique Corona, secrétaire général adjoint de l’Unsa.

Malgré ce report, le gouvernement veut toujours aller vite avec un projet de loi en janvier, un vote au printemps, une entrée en vigueur à l'été. Une urgence justifiée pour l'exécutif par le retour durable de déficits massifs, qui dépasseraient 12 milliards en 2027.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.