Soignants suspendus: les Insoumis refusent de défendre le texte avec le RN et retirent leur proposition de loi

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 08 décembre 2022 - 15:30
Image
LFI
Crédits
AFP
Les députés LFI ont annoncé mercredi retirer leur proposition de loi sur la réintégration du personnel non-vacciné des établissements de santé.
AFP

Après avoir proposé devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale une loi visant à réintégrer les soignants suspendus, La France Insoumise (LFI) retire sa proposition, annonce-t-on mercredi 7 décembre dans un communiqué. Le parti mené par Jean-Luc Mélenchon ainsi que la NUPES dans son intégralité ont refusé que ce texte soit repris par la niche parlementaire du Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen. “Il n'y a jamais eu et il n'y aura jamais d'accord de notre groupe avec l'extrême droite”, affirme le groupe parlementaire de LFI.

Mercredi 16 novembre, la députée LFI Caroline Fiat a proposé devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale une loi visant à réintégrer les soignants suspendus pour non-vaccination contre le Covid-19 en contrepartie d'un “protocole sanitaire drastique”. La proposition intervient dans un contexte de pénurie de personnel dans le milieu hospitalier et la question suscite, depuis des mois, de vives tensions entre les responsables du secteur, les soignants et des élus, dans la presse ou à l’Assemblée, notamment le 24 novembre lors de la journée réservée aux Insoumis. Les macronistes, opposés à cette mesure, avaient joué la montre en prolongeant les débats jusqu'à minuit, suscitant l'ire des oppositions de tous bords qui ont dénoncé une "obstruction".

“Il n'y aura jamais d'accord avec l'extrême-droite”

Mardi 6 décembre, le RN a annoncé reprendre le texte, pourtant signé par Caroline Fiat et sans l’accord de LFI, et son inscription à l’agenda de son groupe parlementaire. Toutefois, la députée Insoumise étant la seule rapporteure, le groupe parlementaire de LFI a ainsi décidé de le défendre lors de la journée consacrée au RN à l'Assemblée, le 12 janvier 2023. “S'ils souhaitent nous laisser la moitié de leur niche, libre à eux”, se sont justifiés les Insoumis.

C’était sans compter sur la réaction des partis de la coalition NUPES.  "Pas ça !", avait réagi sur Twitter l'ex-candidat communiste à la présidentielle Fabien Roussel : la décision des députés LFI de défendre la proposition de loi aux côtés des parlementaires du RN a vite fait grincer des dents. Le premier secrétaire du Parti Socialiste (PS), Olivier Faure, a appelé LFI à ne pas tomber “dans ce piège à pieds joints”, en réagissant à un tweet de Caroline Fiat qui a démenti “tout accord” entre LFI et le RN : "Ils ont repris mon texte sans mon accord", a-t-elle souligné.

Mercredi, le groupe parlementaire de LFI-Nupes met les points sur les i à travers un communiqué, dans lequel le parti annonce le retrait de “ce texte malheureusement bloqué par l'obstruction gouvernementale”. "Nous condamnons fermement les mensonges visant à faire croire à un accord entre LFI et le RN. Il n'y a jamais et il n'aura jamais d'accord de notre groupe avec l'extrême-droite”, martèle LFI. “Nous déposerons une nouvelle proposition de loi, cosignée avec les députés ultramarins de tous les groupes politiques qui le souhaitent”, lit-on.

“Les soignants suspendus n'ont pas vocation à servir les coups de communication du RN”, poursuit le communiqué.

L’annonce par LFI et la NUPES de cette décision a satisfait les députés de la coalition. Tout comme Olivier Faure encore, qui écrit que “le RN joue” mais “pas la gauche”. La députée écologiste Sandrine Rousseau a salué une “bonne décision”. “Jamais nous ne soutiendrons un texte porté par le RN. Ce parti est hors du champ républicain”, lit-on.

Le RN dénonce une “absence totale de considération” des Insoumis

Le Rassemblement National a naturellement réagi à son tour à la décision du groupe parlementaire de LFI. Dans un communiqué publié le même jour, le parti dirigé par Marine Le Pen s’est dit “scandalisé par l’obstruction parlementaire menée par le gouvernement sur le texte de Caroline Fiat sur la réintégration des soignants suspendus”.

“La France Insoumise révèle”, en retirant ce texte, “son absence totale de considération pour la défense de l’intérêt général. Les soignants suspendus, en particulier ceux d’outre-mer qui font cruellement défaut à nos compatriotes ultramarins, apprécieront le sectarisme de La France Insoumise”, qui “préfère sacrifier les soignants en retirant son texte plutôt que de le voir discuté à l’occasion de la journée parlementaire réservée au groupe RN”, lit-on.

“Contrairement à leurs dires, les 59 amendements restant auraient pu être discutés rapidement et le texte voté. Cette basse reddition politicienne en dit long”, affirme le RN, qui accuse le parti dirigé par Jean-Luc Mélenchon d’être, “après le second tour de la présidentielle”, “l’allié objectif d’Emmanuel Macron. Macronistes et Insoumis empêchent donc les soignants suspendus de reprendre le chemin des hôpitaux et autres cabinets médicaux”.

À LIRE AUSSI

Image
Me David Guyon
Affaire des convocations de soignants suspendus par la police: l'analyse de Me Guyon
Certains soignants suspendus ont été convoqués par la police. Me David Guyon, un avocat qui représente plus de deux cent cinquante d’entre eux, a accepté, à l’occasion...
28 novembre 2022 - 20:30
Vidéos
Image
François Braun
Pour François Braun, la réintégration des soignants suspendus pose “un problème d’éthique”
Le ministre de la Santé, François Braun, a réagi dimanche à la question de la réintégration des soignants suspendus, car non vaccinés contre la Covid-19. Quelques jour...
21 novembre 2022 - 15:20
Politique
Image
Caroline Fiat, député La France insoumise (LFI), le 15 mai 2019 à l'Assemblée nationale
Réintégration des soignants suspendus : la stratégie de LFI qui a fait débat en commission des lois
Ce mercredi 16 novembre, la députée LFI Caroline Fiat a proposé devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale une loi visant à réintégrer les soi...
18 novembre 2022 - 13:10
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.