Syrie: un temple de Palmyre détruit par l’Etat islamique

Auteur(s)
AZ
Publié le 24 août 2015 - 11:21
Image
Palmyre, en Syrie.
Crédits
©Jerzy Strzelecki/Wikimedia Commons
L'EI fait exploser, dimanche 23, un temple à Palmyre, patrimoine de l'humanité.
©Jerzy Strzelecki/Wikimedia Commons
Les djihadistes de l’Etat islamique ont à nouveau attaqué Palmyre, la cité antique syrienne inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. Ils ont détruit, dimanche 23, le temple de Baalshamin, l'un des plus importants, à coup d’explosifs.

Une semaine après la décapitation de l’ancien chef des Antiquités de Palmyre, les djihadistes de l’Etat islamique ont détruit, dimanche 23, l’un des joyaux de la cité antique syrienne, le temple de Baalshamin. Selon Maamoun Abdulkarim, le directeur général des Antiquités et des musées de Syrie, Daesh (acronyme en arabe de l'EI) aurait placé une grande quantité d'explosifs dans le temple de Baalshamin avant de le faire exploser. Erigé en l’an 17 en l’honneur du dieu solaire syrien Baalshamin, ce sanctuaire, qui est le plus important du site après celui de Bêl selon le musée du Louvre, avait été agrandi et embelli par l’empereur romain Hadrien en 130. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a confirmé la destruction de ce monument historique par l’EI quelques heures plus tard.

Ce n’est pas la première fois que les combattants de l'EI s’adonnent à ce genre de pratiques. Depuis mai dernier, mois où ils se sont emparés de Palmyre, le site est le théâtre de nombreuses destructions. Après avoir commis des exécutions dans le théâtre antique, ils ont notamment détruit en juillet dernier la statue du Lion d’Athéna, qui se trouvait à l’entrée du musée de Palmyre. Le groupe extrémiste a également décapité Kaled al-Assaad, l’ancien directeur des Antiquités de la cité de Palmyre, l’accusant d’être un partisan du régime. L’homme de 82 ans, dont le corps a été accroché à une colonne antique d’une des places de la ville, avait dirigé pendant cinquante ans le site des ruines romaines de Palmyre et avait collaboré, au fil de sa carrière, avec de nombreux archéologues du monde entier.

Face à ces pratiques barbares, la directrice de l’Unesco avait vivement réagi s'insurgant contre la destruction d’œuvre d’art de la cité antique, surnommée "la perle du désert" et inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. "La destruction de bustes funéraires en provenance de Palmyre, en place publique, devant des foules et des enfants que l’on convoque au saccage de leur patrimoine est un spectacle d’une perversité glaçante", avait-elle dénoncé.

Le groupe terroriste a détruit également plusieurs vestiges antiques dans les territoires sous son contrôle, principalement dans le nord de l’Irak et dans le nord-est de la Syrie. Ils se sont ainsi attaqués aux ruines des cités antiques de Hatra et Nimrud et saccagé le musée archéologique de Mossoul. Au total, plus de 300 sites historiques syriens ont été endommagés, détruits ou pillés depuis quatre ans, selon l'ONU.

 

 

À LIRE AUSSI

Image
Palmyre, en Syrie.
Syrie: l'Etat islamique a décapité l'ex-directeur du site de Palmyre
L'Etat islamique a décapité mardi 18 à Palmyre (Syrie) Kaled al-Assaad, 82 ans, ancien directeur du site des ruines romaines de la cité antique. Les djihadistes accusa...
19 août 2015 - 13:54
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.