Israël-Palestine : Yassine Belattar à l'Élysée, un rendez-vous qui fait scandale

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 17 novembre 2023 - 16:25
Image
L'humoriste Yacine Belattar s'exprime lors de la présentation par le gouvernement de ses mesures pour les banlieues le 22 mai 2018 à Paris
Crédits
© LUDOVIC MARIN / POOL/AFP/Archives
L'humoriste Yassine Belattar s'exprime lors de la présentation par le gouvernement de ses mesures pour les banlieues le 22 mai 2018 à Paris.
© LUDOVIC MARIN / POOL/AFP/Archives

Quelques jours avant la marche contre l'antisémitisme du dimanche 12 novembre, deux conseillers de l'Élysée se sont entretenus avec l'humoriste Yassine Belattar pour prendre la température des banlieues vis-à-vis du conflit israélo-palestinien. Ce rendez-vous a été vertement critiqué, même au sein de la majorité. Et pour cause !

Franco-marocain de 41 ans, Yassine Belattar a été chroniqueur et animateur radio avant de devenir humoriste. Engagé dans la défense des banlieues depuis plusieurs années, il en a été le porte-voix auprès d'Emmanuel Macron, celui-ci l'ayant nommé membre de l'instance du Conseil présidentiel des villes en 2018.

Le hic, c'est que l'année suivante, l'homme a été poursuivi en justice pour menaces de mort à l'encontre d'autres personnalités du spectacle. Lundi 18 septembre 2023, le tribunal correctionnel de Paris a confirmé les faits et condamné l'humoriste à quatre mois d'emprisonnement avec sursis. Par ailleurs, en 2019, l'humoriste avait subtilement mis en garde Jean-Michel Blanquer suite à ses propos sur le port du voile : "Si j'étais lui, j'éviterais de mettre les pieds dans le 93…"

Cela n'a pas empêché le préfet Frédéric Rose, conseiller intérieur et sécurité, et Bruno Roger-Petit, le conseiller mémoire, de recevoir Yassine Belattar pour échanger sur le conflit israélo-palestinien qui s'est déclenché le 7 octobre dernier. L'idée était notamment de prendre le pouls des banlieues afin d'éviter une exportation des tensions en France, en prévision de la marche civique contre l'antisémitisme. Un sujet explosif, donc... Et cela n'a pas manqué d'enflammer les réseaux sociaux.

Sur X (Twitter), l'eurodéputé François-Xavier Bellamy, membre des Républicains, s'est désolé :

Il n'est évidemment pas le seul. Au sein-même de la majorité, le président de Renaissance à l'Assemblée nationale Sylvain Maillard a déclaré : "Je le regrette." Et d'ajouter : “Sa place n’est pas d’être reçu à l’Élysée, je pense que le président n’a rien à voir dans cette initiative."

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Olaf Scholz
Olaf Scholz, prince autoritaire à Hambourg, technocrate défaillant et chancelier chancelant
PORTRAIT CRACHE - Olaf Scholz est une énigme, mais on ne prend aucun plaisir à la résoudre. Gauchiste à l’époque de la RFA, puis élu centriste du SDP dont il devient l...
01 mars 2024 - 14:08
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.