"Ceux qui parlent haut et fort de la corruption de Biden en Ukraine risquent d'être physiquement éliminés" – Déclarations sensationnelles du politicien ukrainien Andriy Derkach

Auteur(s)
Entretien mené par Simona Mangiate, journaliste politique, traduit par France-Soir
Publié le 17 janvier 2024 - 18:59
Image
Simona Mangiante et Andriy Derkach
Crédits
Simona Mangiante
Simona Mangiante et Andriy Derkach;
Simona Mangiante

Cet entretien mené par Simona Mangiante Papadopoulos a été publié à l'origine dans Invesloan et avec, l'accord de son auteur, nous le publions, traduit en français et en intégralité, sur France-Soir. Avocate de formation, ayant travaillé au Parlement européen pendant sept ans, Simona Mangiante est devenue journaliste d'investigation et s'est spécialisée dans les enquêtes sur la corruption. Elle a eu l'occasion d'interviewer l'homme politique ukrainien Andriy Derkach, qui a beaucoup travaillé sur le régime de Zelensky et ses liens avec les Américains. Pour cela, il a mis sa vie en danger et a dû quitter le territoire ukrainien. Cet article retrace son enquête complète sur la corruption en Ukraine, les relations avec les Etats-Unis et la famille Biden.

ENTRETIEN : 

Sur le compte X de Simona Mangiante, on peut lire :

"ALERTE - Regardez l'interview complète d'Andrii Derkach, le parlementaire ukrainien qui a dénoncé la corruption de la famille Biden en Ukraine et qui, en conséquence, a été ciblé par l'Ukraine et les États-Unis.
Depuis, il avait disparu de l’espace public, mais nous avons réussi à le retrouver. Il a révélé des atteintes à sa vie, des atteintes à la vie d’autres témoins, des documents particuliers, une persécution politique, des agents du FBI infiltrés et bien d’autres éléments."

L'ENQUETE COMPLETE

Aux Etats-Unis, il apparaît que la démocratie, ce n’est pas le pouvoir du peuple mais le pouvoir du Parti démocrate, qui permet à Joe Biden de soustraire progressivement ses associés en Ukraine des poursuites pour corruption. Parallèlement, quiconque dénonce à haute voix la corruption internationale et le trafic d’influence de la famille Biden prend le risque d’être éliminé physiquement.

Ce sujet a été soulevé par Andriy Derkach, célèbre homme politique ukrainien. C'est la première interview qu'il donne à des journalistes américains depuis deux ans. Derkach s'est fait connaître dans les médias mondiaux après une série de révélations très médiatisées concernant la "trace ukrainienne" dans les activités de Joe Biden au cours de sa vice-présidence des États-Unis, entre 2014 et 2017.

Dans cette interview, Derkach fournit des informations sensationnelles, notamment le fait que le bureau du président Zelensky est à l'origine de la fuite et de la promotion d'enregistrements audio de conversations s'étant tenue entre Joe Biden et Petro Porochenko (président ukrainien de 2014 à 2019). Derkach a également expliqué comment les partenaires de Biden en Ukraine financent des actes terroristes sur le territoire d'autres pays et évitent toute responsabilité pour leurs actes de corruption avant la guerre. L'interview de Derkach permet également d’en apprendre davantage sur la mission secrète du secrétaire d'État Blinken, qui s'est rendu à Kiev à la veille de la guerre, ainsi que sur le prix payé par le procureur ukrainien Kostyantyn Kulyk (qui s'est intéressé aux activités de Hunter Biden, NdT), le journaliste et homme politique Oleksandr Dubinsky (politiquement proche du parti de Zelesnky, et aujourd'hui écroué en Ukraine pour trahison, NdT) et l'ancien procureur général Viktor Shokin (qui s'est intéressé de près aux intérêts de Biden dans la firme Burisma, et a été destitué, à la demande de Joe Biden) pour leurs déclarations sur la corruption de la famille Biden.

Les faits sensationnels présentés par Andriy Derkach pourraient constituer une nouvelle étape vers une éventuelle destitution du président américain sortant.

Simona Mangiante, journaliste et présentatrice américaine a interviewé Derkach. Voici le texte complet de cet entretien.

Simona Mangiate (SM) :  Je suis si heureuse de vous voir aujourd'hui, surtout après la triste nouvelle de la tentative d'assassinat dont vous avez été victime en Ukraine, mais aussi dans le contexte de la nouvelle de votre persécution aux États-Unis et en Ukraine. Grâce à Dieu, je vous trouve de bonne humeur et en pleine forme. La dernière fois que nous nous sommes rencontrés, c'était en 2021 à Kiev. Mais aujourd’hui, je voudrais commencer par parler de vous avant de parler de l’Ukraine.  Pourquoi sommes-nous ici (en Biélorussie, NdT) et pas à Kiev ?

Adriy Derkach (AD): Tout d’abord, je vous remercie beaucoup de l’attention que vous portez aux questions et aux histoires liées à l’Ukraine, qui suscitent aujourd’hui une grande attention aux États-Unis. Comme vous l'avez remarqué, depuis 2021, nos propos ont été confirmés par des enquêtes du Congrès sur la corruption de la famille Biden en Ukraine. Naturellement, lorsque nous avons commencé à travailler, nous avons réalisé que nous serions confrontés à diverses attaques, y compris physiques. Nous avons eu vent de cela en 2021 de la part d'officiels du ministère des Affaires intérieures. Nous avons identifié les personnes qui avaient été mandatés pour tenter de nous assassiner, le chef du groupe des procureurs dans l'affaire Burisma, Kostyantyn Kulyk, et moi.

SM02

Publication sur le site ukrainien Ukrainska Pravda sur la tentative d'assassinat dont a été victime Andriy Derkach.

Des agents des services ont été identifiés et dans l’enquête initiée par la police, j'ai été reconnu comme victime avec Kulik. Les auteurs de cette tentative d'assassinat ont été retrouvés, ainsi que leur base de Transcarpatie, où se trouvaient ces assassins, originaires d'Europe de l'Est. L'exécutant était a priori un Albanais. Malheureusement, des informations ont fuité et ces personnes ont pu quitter le territoire ukrainien en toute impunité. Tous les documents et photos se trouvent dans le dossier pénal, qui, je l'espère, n'a pas été détruit.

Maintenant, votre question est de savoir pourquoi nous ne nous réunissons pas à Kiev. Le 19 janvier 2022, le secrétaire d’État américain Blinken est arrivé en Ukraine pour rencontrer Zelensky. Cette réunion a rassemblé pas mal de monde – pas moins de 14 participants. Lors de ce meeting, M. Blinken a déclaré à Zelensky : "Vous devez résoudre de toute urgence la question de Derkach". Zelensky a commencé à évoquer d'autres personnalités de l’opposition. Mais Blinken a insisté : "Si vous ne résolvez pas le problème de Derkach, nous le résoudrons nous-mêmes avec nos partenaires." Ceux qui étaient présents à la réunion ont été impressionnés car il s’agissait d’une position assez dure du secrétaire d’État des États-Unis. Imaginez la tâche pour le président ukrainien de "résoudre la question du problème Derkach" !

SM03

Communiqué annonçant la visite de Blinken en Ukraine publié sur le site Internet de l'ambassade américaine en Ukraine.

Naturellement, des gens sont venus me voir pour me répercuter les propos de Blinken et m'ont mis en garde : "Vous ne serez pas traité conformément à la loi, la question de votre sécurité est prioritaire." Si le secrétaire d’État des États-Unis lui-même menace de résoudre votre problème de manière non légale, il est dans votre intérêt de prendre la question au sérieux et d’agir ! Il y a un bon nombre de témoins de cette déclaration de Blinken. Mais laissons Blinken mettre la main sur la Torah ou la Bible et dire qu’il n’a pas dit cela...

SM : Est-il vrai qu'aux yeux de la majorité du public occidental, vous êtes présenté principalement comme un agent du Kremlin, en raison de vos études au FSB ? Est-il également vrai que tous ceux qui dénoncent la corruption de la famille Biden en Ukraine sont considérés comme des agents russes, et que chaque élément de preuve contre la famille Biden est qualifié de propagande russe ? Notre objectif principal est de vous donner la parole pour expliquer le plus précisément possible où vous vous situez, quel est votre rôle dans la dénonciation de cette corruption et la manière dont vous avez été ciblé et persécuté non seulement aux États-Unis mais dans votre propre pays. En fait, vous avez été trahi par l'Ukraine...

AD : Il y a tellement de sous-questions dans votre question que je ne sais pas par où commencer. Une histoire impliquant une réponse humoristique, une réponse sérieuse, analytique ? Par laquelle devrions-nous commencer ?

SM : J’aimerais que vous soyez sérieux et que vous fournissiez plus d’analyses !

AD : En fait, tout ce dont nous avons parlé en termes de corruption de la famille Biden en Ukraine a été confirmé par les enquêtes du Congrès et d’autres sources. Nous avons montré des documents, des entrées financières prouvant des actes de corruption et de blanchiment d'argent de Burisma. Nous avons fourni des relevés bancaires de la banque Morgan Stanley, nous avons montré le lien entre Burisma et les sociétés de blanchiment Wirelogic Technologies et Digitex.

SM04

SM05

Comptes Morgan Stanley et tableau reprenant les transferts Wirelogic et Digitex.

De plus, Kulyk et moi avons fourni deux témoins, deux citoyens européens directement impliqués dans le blanchiment d'argent suite aux instructions de Zlochevsky (fondateur de Burisma, Mykola Zlotchevsky a également été ministre de l'Ecologie et des Ressources naturelles ukrainien entre 2010 et 2012, Ndt)  et qui étaient les administrateurs nominaux de ces deux sociétés.

SM06

Le procureur Kostiantyn Kulyk interroge des témoins impliqués dans le blanchiment d'argent sur les instructions de Zlochevsky et qui étaient les administrateurs nominaux de deux sociétés utilisées à cette fin.

SM : C'est très intéressant et j'aimerais approfondir cela un peu plus tard, mais revenons une seconde sur la raison pour laquelle nous nous réunissons à Minsk. Avez-vous quitté l’Ukraine juste après avoir entendu parler de cette conversation entre Zelensky et Blinken, avant même le début de l’opération militaire ? Et comment avez-vous réussi à quitter l’Ukraine ?

AD : Tout d’abord, je suis resté très longtemps en Ukraine. Vous avez étudié ma biographie. Lorsque la situation est devenue critique, j'ai agi comme on me l'a appris, avec l'expérience accumulée, et pas seulement à l'Académie FSB. J'ai créé le Service de contrôle de l'Ukraine, je suis entré en politique en 1994, j'ai été conseiller du Président pour les relations économiques extérieures, j'ai été le premier assistant du Premier ministre en 1997 et j'ai dirigé le cabinet du Premier ministre. Après cela, j'ai été élu sept fois député du peuple d'Ukraine. Personne en Ukraine n’a été élu au Parlement plus souvent que moi. J'ai dirigé la plus grande entreprise énergétique, Energoatom. J'étais à la tête du groupe de conseillers du Premier ministre Mykola Azarov (qui a dirigé le gouvernement de 2010 à 2014, NdT). Durant 30 années de vie politique, j'ai noué un grand nombre de relations avec de nombreuses personnes, et des gens susceptibles de m'aider.

Mais je vais vous en dire plus : j’ai dû me déplacer constamment en Ukraine pendant au moins six mois. On m'a simplement cherché au mauvais endroit. J’ai entendu dire que ceux qui me cherchaient ont parcouru ma circonscription, pénétrant même dans les porcheries, les poulaillers avec des fusils automatiques : je peux vous montrer ces vidéos ! Naturellement, pour la sécurité des personnes qui m'ont aidé et qui m'aident encore, je ne peux pas vous dire comment tout cela s'est passé. Mais je savais exactement ce que je faisais et pourquoi je le faisais. Quant au fait que l'affaire pénale me concernant en Ukraine n'a été enregistrée que le 4 juin (2022) et que l'information communiquée à la presse n'a été divulguée que le 26 juin, près de six mois après le début des recherches, je pense que cela plaide pour moi. Croyez-bien que s’ils avaient voulu traiter cette affaire conformément à la loi, ils auraient ouvert un dossier dès février ou mars, puis auraient, ensuite, débuté leurs recherches...

SM07

Document sur l'ouverture d'une procédure pénale contre Andriy Derkach, daté du 4 juin 2022.

SM08

Informations concernant l'ouverture d'une procédure pénale contre Andriy Derkach en date du 24 juin 2022.

SM : Donc, vous étiez encore en Ukraine lorsque des poursuites ont été engagées contre vous ? Et celles-ci ont été initiées parce qu’ils ne pouvaient pas vous trouver ?

AS : Oui.

SM : Que signifie pour vous cette affaire ? C'était simplement parce qu'ils ne pouvaient pas vous trouver ou… ?

AD :  La décision de Blinken de résoudre mon problème de manière non juridique était claire. Yermak et Zelensky avaient donc besoin de quelque chose à signaler. Comme ils ne m'ont pas trouvé, ils ont lancé une affaire pénale.

SM : Et selon les médias, non seulement contre vous, mais aussi contre toutes les personnes qui se sont exprimées lors d’une conférence de presse à vos côtés ou contre d’autres personnes qui ont exposé des faits de corruption. Je parle notamment de Dubinsky et de Kulyk. Pouvez-vous vous exprimer à ce sujet ? Quelle est votre opinion sur cette vaste enquête menée contre toutes les personnes associées à la dénonciation de la corruption ?

SM09

Oleksandr Dubynsky est un journaliste ukrainien et député du parti pro-présidentiel Serviteur du peuple, proche depuis de nombreuses années de Volodymyr Zelensky et du chef du bureau de Zelensky, Andriy Yermak. De ce fait, il dispose d’informations sensibles sur les hauts responsables ukrainiens. Il a mené une série d’enquêtes anti-corruption et a découvert et étayé deux faits cruciaux et sensationnels pour les enquêtes sur Biden : des enregistrements audio et authentifiés de conversations téléphoniques en 2015-2016 entre Joe Biden et le président ukrainien Petro Porochenko (connus sous le nom de "bandes Derkach"). Le bureau du président Zelensky est à l'origine de leur fuite et de leur diffusion. Dubinsky est en détention provisoire depuis le 13 novembre 2023, suite à des accusations de trahison en faveur de Moscou montées à la hâte...

SM10

Kostyantyn Kulyk est un procureur militaire connu pour avoir restitué au budget de l'État ukrainien 1,5 milliard de dollars américains volés par l'ancien président Ianoukovitch. Il a enquêté sur la corruption en Birmanie et préparé le fameux dossier de sept pages d'allégations contre Hunter Biden. Le document affirmait que les procureurs ukrainiens disposaient de preuves suffisantes de corruption visant à l'enrichissement personnel de Joe Biden. C'est Kulyk qui a mis à jour le système grâce auquel Burisma blanchissait de l'argent. Et c'est encore lui qui a prouvé qu'un pot-de-vin de 6 millions de dollars faisait partie d'un pot-de-vin encore plus important de 50 millions de dollars destiné à clôturer toutes les poursuites contre Burisma et son propriétaire.

AD : Les pressions exercées sur ceux qui enquêtent sur la corruption ne se limitent pas à l’Ukraine. L'histoire de Dubinsky et Kulyk en est une confirmation éclatante. Deux raisons expliquent l'intensification de l'affaire Kulyk. Les 10 et 11 octobre, l’un des avocats qui travaillent avec le Congrès des États-Unis a interviewé l’ancien procureur général d’Ukraine, M. Shokin. Il s'agissait de Jake Greenberg et Clark Aborisk.

SM11

Me Clark Abourisk

L'ancien procureur général Shokin est un témoin-clé clé dans la première procédure d'impeachment qui a eu lieu aux États-Unis et pour la prochaine procédure qui débute. Le nom de Shokin est celui qui revient le plus souvent dans l'enquête sur l'Ukraine.

SM12

Viktor Shokin : procureur général d'Ukraine en 2015-2016. Il a acquis une grande renommée en mars 2016, lorsque le vice-président américain de l'époque, Joe Biden, a directement fait chanter le président ukrainien Petro Porochenko en lui accordant un prêt d'un milliard de dollars, et en lui demandant  le limogeage de Shokin. Qui a a été démis de ses fonctions sans aucune raison ni accusation réelle. Plus tard, Rudy Giuliani et Andriy Derkach ont déclaré que Shokin avait été limogé parce qu'il avait interféré avec la clôture d'affaires de corruption impliquant Burisma, une société dont le conseil d'administration comprenait le fils de Joe Biden, Hunter.

SM : Pensez-vous que Shokin pourrait être poursuivi ?

AD : Shokin est désormais retenu en otage sur le territoire ukrainien. Pour autant que je sache, ils ne le laissent pas sortir d'Ukraine. Il est sous le contrôle total des services de sécurité ukrainiens et fait l’objet de marchandages entre Biden et Blinken d’une part et Zelensky et Yermak (chef du secrétariat du président ukrainien, NdT) de l’autre. Le SBU a enregistré ces conversations au cours desquelles Shokin parlait au Congrès des véritables actes criminels de Blinken et Biden et de la corruption de la famille Biden.

Le SBU a signalé à Zelensky et Yermak que Shokin devenait incontrôlable et, comme me l'ont dit les responsables du SBU, des gens honnêtes pour la plupart, qui ne veulent pas participer aux activités criminelle du gouvernement, ils envisagent maintenant la liquidation de M. Shokin. Il faut préserver la vie de l'ancien procureur général ! À mon avis, la tâche du Congrès aujourd'hui est d'assurer sa sécurité et de l'expulser du territoire ukrainien. Quant aux affaire Dubinsky et Kulyk, elles ont pris de l'ampleur lorsque le Congrès a commencé à tenter de faire venir des témoins ukrainiens.

Le deuxième aspect expliquant pourquoi l'enquête à leur sujet s'est fortement intensifiée, c'est qu'en août dernier, M. Dubinsky a témoigné dans l'une des affaires pénales, où il a déclaré que le bureau du président Zelensky était derrière les bandes contenant les enregistrements de Biden et Porochenko et derrière leur distribution. Et il a fait ce témoignage au Bureau national anti-corruption, qui est entièrement sous le contrôle de l'ambassade américaine.

PDF01 Protocole d'interrogatoire d'Oleksandr Dubynsky au Bureau national anti-corruption d'Ukraine 
SM13

Oleksandr Dubinsky parle de son témoignage devant le NABU

Naturellement, dans une situation où Zelensky et Yermak mendient de l'argent auprès de Biden et Blinken, l'histoire selon laquelle ils ont créé à un certain moment des problèmes, comme ils le croient, pour la campagne électorale de Biden, est cruciale pour eux. En outre, je peux confirmer que le bureau du président Zelensky a participé à la distribution et aidé à organiser la couverture des enregistrements Porochenko-Biden. Ils ont cependant poursuivi leur propre agenda

SM : J’ai une question à ce sujet. Pourquoi avez-vous accepté d’utiliser ces cassettes ? Quel était votre intérêt, votre motivation et que souhaitait accomplir le bureau du président Zelensky ?

AD : Écoutez, nous avions chacun nos propres objectifs. M. Smirnov, le chef adjoint du bureau de Zelensky, m'a appelé pour prendre le thé. La conversation s'est centrée sur la façon dont il serait bon de poursuivre l'ancien président Porochenko pour corruption. J'ai accepté et j'ai dit : "Bien sûr, mais vous devriez aussi participer". Ils ont commencé à parler de quelques cassettes. Je leur ai dit alors que si j'obtenais des preuves à l'appui d'un journaliste ou d'un représentant de la loi, je les publierais certainement. Je leur ai expliqué que leurs jeux politiques ne m'intéressaient pas. Je ne m'intéressais qu'à la lutte contre la corruption, c'est le premier enjeu, et le deuxième enjeu, pour moi, était la souveraineté de mon pays et la lutte contre la gouvernance extérieure.

Bien entendu, le Bureau n'a pas seulement contribué à la distribution des enregistrements – vous vous souvenez peut-être que les enregistrements ont été suivis le lendemain par la conférence de presse de Zelensky. Et il a simplement joué son rôle d'"acteur beau et intelligent" au sujet des cassettes.

Quant à Smirnov, il a participé à nos activités ayant confié une mission au procureur général Venedyktova, qui a travaillé avec moi sur les dossiers de corruption de Porochenko et de Naftogaz. En outre, le chef du service de sécurité ukrainien, Ivan Bakanov, a participé au soutien opérationnel. Il y avait tout de même des problèmes avec les activités opérationnelles et d'enquête.

SM14

Andriy Smirnov est un avocat ukrainien et chef adjoint du bureau du président ukrainien. Avant cela, il représentait un certain nombre d'odieux politiciens ukrainiens. Il a été le conseiller de Vladyslav Kaskiv, soupçonné d'avoir détourné 2 milliards d'UAH ukrainiens du budget de l'État. Depuis mai 2023, il est accusé dans une affaire pénale d'enrichissement illégal après que des journalistes ukrainiens ont découvert un stratagème visant à acheter des véhicules et des biens immobiliers à des prix sous-estimés au nom de son frère.

SM15

Ivan Bakanov est un ami d'enfance de Volodymyr Zelensky et le chef de longue date de son principal projet d'entreprise – Studio Kvartal-95. En 2019, il a complètement changé de métier et a été nommé chef du service de sécurité ukrainien, ce qui a été perçu en Ukraine comme une des décisions les plus controversées du Président ukrainien. En juillet 2022, il a été suspendu de ses fonctions pour "mauvaise exécution des fonctions officielles". Les médias ukrainiens ont accusé Bakanov de manque de professionnalisme et de perturbation dans les préparatifs de défense du pays.

Encore une fois, pour que ce soit clair : Bakanov, Malyuk, Shvets, Gorbenko, Naumov –tous, sous la direction du bureau du président, ont participé avec moi à l'enquête sur la corruption du président Porochenko, la corruption internationale, et ils ont été activement impliqués. dans ce processus jusqu’à ce que Biden soit élu président des États-Unis.

SM16

De gauche à droite : Vasyl Malyuk, Andriy Shvets, Andriy Naumov , chefs adjoints du SBU impliqués dans le processus de distribution des enregistrements. Vasyl Malyuk, officier militaire de carrière, est l'actuel chef du Service de sécurité de l'Ukraine. Andriy Shvets et Volodymyr Gorbenko ont été accusés par des journalistes de fausses déclarations. Andriy Naumov est un ancien haut responsable du SBU. Pour ses activités en 2019-2021, il a été accusé de détournement de fonds et en 2022, il a été suspecté de trahison. Lors de l'été 2022, il a été arrêté à la frontière serbe avec plus de 600 000 euros et 120 000 dollars en espèces. Il a été condamné à un an de prison en Serbie pour blanchiment d'argent.

SM : Et c'était en fait ma question suivante, car j'allais vous demander en quoi la victoire de Biden a changé la situation de vos relations avec l'administration Zelensky ?

AD : Ils ont été très effrayés par la victoire électorale de Biden. Ils sont venus à mon bureau pour des consultations, y compris les employés et les procureurs du Service de sécurité, ainsi que les vice-présidents du Service de sécurité. Et puis, à un moment donné, ils ont tous disparu. Ce n'était pas surprenant pour moi. Je suis allé les voir plusieurs fois et je leur ai expliqué : arrêtez de vendre des affaires pénales. De toute façon, je ne laisserai pas ces dossiers être clos. À cette époque, nous avions la possibilité de reprendre les enquêtes devant les tribunaux. Et nous avons continué à travailler à la collecte et à l’accumulation de faits et d’informations et avons fait avancer ces enquêtes d’une manière ou d’une autre. A l'échelon intermédiaire – le bureau du procureur, le Service de sécurité, le Bureau national d'investigation – on nous a beaucoup aidé. Ils savaient que nous avions raison.

SM : C'est là tout l'intérêt, je veux dire que Zelensky est arrivé au pouvoir avec sa promesse de lutter contre la corruption, donc vos activités anti-corruption devraient très bien correspondre à son agenda, mais en fin de compte, vous avez été trahi par votre propre pays, l'Ukraine, et vous êtes devenu à mon avis une sorte d’objet de négociation pour normaliser les relations avec la nouvelle administration Biden. Quelle est votre position actuelle en ce moment ? Je veux dire, si vous saviez que tel serait le résultat, publieriez-vous quand même ces cassettes ?

AD : Je publierais toujours ces cassettes, je lutterais toujours contre la corruption – en fait, je le fais encore maintenant. Et qu’entendez-vous par "pays" ?  Un groupe criminel organisé qui a pris le pouvoir dans mon pays ? La dernière fois, vous et moi avons discuté du groupe criminel organisé Biden-Porochenko...

SM : Je me rappelle.

AD : Zelensky a émergé et ils ont simplement "attaqué" le groupe du crime organisé et ont pris leur place. Ils ont apporté leurs propres innovations et éléments à cette activité criminelle. Ils sont devenus encore plus cyniques et cruels. Ils ont physiquement détruit et détruisent leurs adversaires. Ils crucifient l’Église orthodoxe d’Ukraine. Des milliers de personnes sont persécutées à cause de leur religion.

SM18

Le Métropolite de Vyshgorod et de Tchernobyl, vicaire de l'Assomption Laure de Kiev, Petchersk Lavra Pavel, au tribunal.

Même une commission du Département d’État américain en a pris note. Avez-vous entendu quelque part une déclaration de l'ambassadeur des États-Unis en Ukraine sur la situation de l'Église orthodoxe ? Et les prêtres et les évêques jetés en prison sur la base de fausses accusations ? Les biens confisqués ? Pour moi, il n'existe qu'un seul groupe criminel organisé : Biden, Blinken, Nuland, l’État profond représenté par le département d’État. Et puis il y a leur suite, leur prolongation – soit sous la forme Porochenko, soit sous la forme Zelensky avec Yermak. Quant à mes concitoyens, ils sont aujourd’hui les otages de la situation.

SM : Oui.

AD : Mais tout le monde aime que nous parlions sans cesse de la FSB Academy, n'est-ce pas ?

SM : C'est très cinématographique de penser aux espions russes du KGB. Mais il s’agit les concernant plutôt de faux récits la plupart du temps.

AD : Pendant mes études à l'Académie FSB, l'un de mes travaux était l'évaluation psychologique d'un groupe de terroristes lors de la saisie d'avions avec otages. Aujourd’hui, la population ukrainienne, mes concitoyens, peuvent être considérés comme otages. Vous avez probablement entendu parler du syndrome de Stockholm ?

SM : Oui. 

AD : Ce choc émotionnel tellement fort qu’au bout d’une heure les motivations des terroristes et des otages convergent. C'est pourquoi vous avez vu au début des opérations militaires la cote de popularité de Zelensky et d'autres représentants des autorités ukrainiennes monter en flèche. Mais à l'heure actuelle, où la population est toujours prise en otage, la cote des autorités a bien baissé.

Comment sortir de la situation actuelle ? Tout le monde se le demande. Qu’arrivera-t-il à l’Ukraine ? Je ne peux qu'être d'accord avec les évaluations d'Elon Musk et d'autres personnalités politiques américaines, selon lesquelles l'Ukraine se trouve dans une impasse totale. La sortie de cette impasse va en tout cas être douloureuse. Il est important ici que les otages soient d'abord libérés, que l'on traite avec les terroristes, de préférence de manière légale, que les otages soient réhabilités, et que nous puissions ensuite déterminer comment les événements se dérouleront à partir de là.

SM : Nous en avons discuté en 2021 et depuis, la situation s’est encore compliquée. Je me souviens que nous avions conclu notre entretien avec votre déclaration sur l'indépendance de l'Ukraine. Comment voyez-vous l’Ukraine aujourd’hui ? Que reste-t-il de ce pays en termes de population, de culture, de territoire également ?

AD : Nous avons déjà évoqué le fait que, selon moi, l’Ukraine n’est pas  un territoire. La valeur de l’Ukraine réside avant tout dans son peuple. Les Ukrainiens sont créatifs, forts, intelligents, désireux de travailler, instruits, ils sont d'ailleurs volontiers embauchés en Europe, en Russie, en Biélorussie. Par conséquent, pour moi, le sujet principal est la préservation des personnes. Et que voit-on en pratique aujourd’hui ? Les droits de l'homme et la Constitution de l'Ukraine ont été piétinés. La population a été placée dans un camp de concentration. Les hommes ne sont pas autorisés à sortir du pays. Se pose désormais la question de savoir si les femmes vont encore être autorisées à sortir du pays. J'ai une question pour tous les responsables européens qui parlent des perspectives européennes de l'Ukraine : ne voient-ils pas comment des hommes sont traînés par les pieds jusqu'aux bureaux d'enrôlement de l'armée et entassés dans des bus ? Le New York Times s'est ému de cette mobilisation sadique.

L’Ukraine est pratiquement aujourd’hui un camp de concentration qui se dirige vers l’Europe. Pas de liberté d'expression, pas de droits de l'homme, pas de liberté de religion. En outre, la majeure partie de la population masculine est détruite. Alors quel est l’avenir du pays ? Vous et moi en avons discuté, oui, nous avons parlé de ces pertes de territoire, de cette perte de population. Aujourd’hui, des processus catastrophiques se produisent. La douleur traverse des millions de familles. Et qui est responsable de cela ? Biden, Nuland, Blinken, la Demo-corruption, Zelensky, Porochenko et le reste de ce groupe criminel organisé.

SM : Maintenant, il y a eu beaucoup d'informations sur sa corruption. J'aimerais avoir votre avis, lequel des documents publiés est le plus intéressant pour le public ?

AD : Je vais vous montrer deux décisions des tribunaux ukrainiens. L’une est la décision du tribunal concernant l’employé de Burisma, l’avocat M. Kicha. Il s’agit d’une affaire datant de 2020 concernant sans doute le plus grand pot-de-vin en espèces d'Europe – 6 millions de dollars donnés pour clôturer l’affaire Burisma. Je vais vous donner les documents, il y a les rapports de Kulik à ce sujet. Sur quoi porte cette décision de justice ?

 

La décision du 28 mars 2023 de la Cour suprême anticorruption selon laquelle l'avocat birman Andriy Kicha, arrêté pour avoir touché un pot-de-vin de 6 millions, est effectivement libéré...

SM20

SM21

Un pot-de-vin de 6 millions de dollars pour clôturer toutes les poursuites contre Burisma et son propriétaire Mykola Zlochevsky.

Le 21 avril 2022, le tribunal ukrainien transfère ces 6 millions en espèces avec l'accord du représentant de Burisma à une unité militaire de la Direction principale du renseignement d'Ukraine. Le numéro de cette unité est ici. C'est une décision secrète, personne ne l'a encore vue.

 

Quelques temps après, Nord Stream a explosé et des tentatives d'assassinat ont eu lieu. Les dirigeants des services de sécurité ukrainiens ne cachent pas qu'ils commettent des actes terroristes et des assassinats politiques en contrepartie de fonds extra budgétaires. Encore une fois : les partenaires de Biden financent des actes terroristes, évitant ainsi toute responsabilité dans la corruption en Ukraine.

SM22

https://youtu.be/4NAdNsDIFVI
https://t.me/ASupersharij/26373

SM23

"Le président américain Joe Biden déclare que le début de l'action militaire signifiera la fin du Nord Stream 2".

Il y a une deuxième décision de justice , directement contre Zlochevsky.

SM : L’enquête a-t-elle établi pourquoi ces pots-de-vin ont été versés ? Dans quelle mesure le partenaire de Biden, Zlochevsky, et ses complices, ont-ils été punis ?       

AD : La manière dont le pot-de-vin a été remis a été vue par presque tout le monde en direct à l'antenne. Il a permis de clore l'affaire Burisma. L'information accompagnée de photos était disponible dans toutes les agences de presse européennes.

SM26

La seule chose à laquelle nous avons toujours prêté attention était que le montant du pot-de-vin était différent : 50 millions de dollars. Quant à la décision de justice concernant Zlochevsky, elle a eu lieu en 2023. Mais seulement pour le pot-de-vin, pas pour la corruption antérieure. Cette décision était également secrète. Mais les représentants de l'une des publications de Soros, Ukrainska Pravda, l'ont accidentellement publié. Je vais vous donner cette décision et l'article. Selon lui, pour ce pot-de-vin de 6 millions, Zlochevsky a reçu une amende de 64 à 68 mille hryvnias. Pour que ce soit clair : pour un pot-de-vin de 6 millions de dollars, il a reçu une amende de 1 800 dollars. Dans le même temps, il a transféré 800 millions de hryvnias destinés au financement du terrorisme à "l’armée des drones" et aux forces armées.

Décision de la Cour d'appel de Kiev du 01.08.2023, en vertu de laquelle le propriétaire de Burisma Mykola Zlochevsky a été condamné à une amende d'un montant équivalant à 1 800 USD.

Ici, vous demandez ce que je fais maintenant. Je m'intéresse maintenant spécifiquement à la procédure par laquelle tous ces personnages peuvent être poursuivis pour financement du terrorisme dans différentes juridictions. Nous allons poursuivre les associés de Biden pour financement du terrorisme.

La décision du tribunal du district de Petchersk de Kiev du 4 septembre 2020, que Burisma a perdu face à Andriy Derkach, et dans laquelle, après avoir examiné tous les faits présentés, le tribunal a noté que : "Le plaignant [c'est-à-dire Burisma] ne conteste pas réellement les faits relatifs aux paiements [c'est-à-dire confirme le paiement des services de Biden], mais parle de leurs exagérations."

La décision de la Cour d'appel de Kiev du 10 mars 2021, indique également que "le plaignant [c'est-à-dire Burisma] dans la déclaration ne conteste pas réellement les faits des paiements [c'est-à-dire confirme le paiement pour les services de Biden], mais ne parle que de de différences de montant et de leur exagération”.

SM : Votre équipe est bien connue pour lutter contre la "Démocorruption". Travaillez-vous toujours à dénoncer la corruption et la gouvernance externe pendant que vous êtes ici en Biélorussie ? Je veux dire, entendrons-nous parler de nouveaux enregistrements, ou de nouvelles bandes, de nouveaux matériaux ?

AD : Je vais vous raconter une histoire intéressante, qui est dans une certaine mesure liée à la Biélorussie. J'ai un bon ami, le journaliste américain Simon Shuster. Il a écrit de nombreux articles sur l’Ukraine, dont l’un, le plus scandaleux, a été récemment publié dans Time. C'était une confirmation de ce que je vous disais : "L'entourage de Zelensky disait qu'ils volaient comme si c'était le dernier jour".

SM27

Simon Shuster est un journaliste américain, correspondant du magazine Time depuis 2013. Présent en Ukraine, il a passé deux semaines avec le président Zelensky en avril 2022. La phrase rapportée par lui, en novembre 2023, d'un haut responsable ukrainien anonyme : "Ils volent comme s'il n'y avait pas de lendemain", a eu un grand écho dans le monde.

Lorsqu'en 2020 ou 2021, Shuster est venu au département d'État et a posé des questions sur la Démocorruption et sur moi, des histoires assez drôles se sont produites. Un exemple : George Kent.

SM28

George Kent témoigne devant le Congrès américain.

Il a travaillé comme envoyé-conseiller en Ukraine, puis au département d'État et est aujourd'hui ambassadeur des États-Unis en Estonie. Ainsi, lorsque Shuster est venu le voir et lui a posé une question sur la démocratie, Kent a commencé à sortir une feuille de calcul, presque hystérique, et a renversé une tasse de café.

SM29

Tableau récapitulatif du projet DemoCorruption d'Andriy Derkach, qui a documenté des cas de corruption internationale, y compris ceux impliquant la famille Biden.

Pourquoi Kent était-il indigné ? Parce que nous l’avons surpris à plusieurs reprises en Ukraine en train de dissimuler des faits de corruption. Il est impliqué dans la dissimulation de la corruption lors de la réforme du bureau du procureur, lorsque Shokin a ouvert une affaire pénale et que Kent a demandé par écrit qu'elle soit classée. Je vais vous montrer une lettre signée directement par Kent, dans laquelle il exige que l'on mette fin au vol de l'argent des contribuables américains.

Après cela, il y a eu d'autres événements au Bureau du Procureur général, lorsque l'argent de l'ambassade des États-Unis est passée par une étrange société Psymetrix, enregistrée dans le district d'Oboukhiv de la région de Kiev. Transparence façon Kent : l'ambassade américaine conclut un accord avec des Géorgiens qui dirigent une entreprise à Rome, en Italie, pour organiser les tests du bureau du procureur général par l'intermédiaire de Psymetrix, une société mandataire du district d'Oboukhiv. Dépenser des millions pour cela. Evoquons aussi la société puante IDLO, impliquée dans des scandales de vol d'argent américain en Afghanistan. Après un tel travail créatif en Ukraine, il part pour le département d'État.

En 2020, il devient co-auteur d'une tentative de coup d'État en Biélorussie. Aujourd’hui, il « rassemble » cette tête parlante de Tikhanovska (enseignante dont le mari, bloggeur, est un opposant au président biélorusse Loukachenko). En novembre, deux événements ont lieu avec Tikhanovska. Une fois de plus, l’argent des contribuables américains est détourné. Et le FBI ? Occupé à poursuivre Trump et ses conseillers. 

SM30

George Kent et Svetlana Tikhanovskaya

Mais ce n'est pas ce qui m'intéresse dans cette histoire. Kent est un individu ignoble et sournois qui a détruit la démocratie et les droits de l’homme dans mon pays. Il a été impliqué dans des affaires de corruption, de scandales politiques, de mensonges politiques, y compris au Congrès. Être assis de l'autre côté de la rue, en Estonie, à parler des droits de l'homme et à traduire en justice les dirigeants du Bélarus : il devrait y avoir une limite au cynisme, quelque part. Pense-t-il que tout le monde a oublié ses aventures ? Ou les résultats de ses activités et de celles du Département d’État en Ukraine ?

SM : Et en fait, il est très intéressant que vous ayez mentionné la persécution de toute la campagne Trump, de l’administration Trump et de Trump en tant qu’ancien président de l’époque. Vous avez rencontré Rudy Giuliani et vous vous êtes rencontrés dans le contexte de la révélation de la corruption de Biden en Ukraine. Maintenant, suite à cette enquête et aux informations que vous avez présentées à Rudy, il a été accusé d'être un agent du Kremlin et cela doit être sanctionné à la fois par les États-Unis et par l'Ukraine. Pourrait-on parler un peu de cette interaction avec Rudy Giuliani ? Comment vous êtes-vous rencontré ? Et qui vous a amené à cette enquête ? Était-ce Artemenko ?

SM31

Andriy Artemenko est un ancien homme politique ukrainien et ancien représentant du parlement ukrainien, qui a été déchu de sa citoyenneté ukrainienne et de son statut de député du peuple en 2017. En juin 2018, il a témoigné sous serment devant un grand jury de la Cour suprême de Washington, DC, dans le cadre de l'enquête du procureur spécial Mueller sur l'ingérence dans l'élection présidentielle américaine de 2016. Artemenko est un proche du fondateur de la société militaire privée Blackwater, Erik Prince.

AD : Après plusieurs conférences de presse que nous avons tenues, notamment avec Dubinsky, Artemenko m'a proposé de parler à Giuliani. J'ai toujours considéré Giuliani comme un héros des États-Unis, un procureur exceptionnel qui a ramené l'ordre à New York, un maire exceptionnel de New York qui s'est comporté comme un héros le 11 septembre.

SM32

Rudy Giuliani et Andriy Derkach lors d'une réunion à Kiev

Ma position était assez claire : créons un groupe de travail public conjoint pour enquêter. Créons un groupe pour enquêter sur les crimes de corruption avec la participation du Congrès et de la Verkhovna Rada d'Ukraine, de manière transparente et ouverte, dans l'intérêt des peuples américain et ukrainien. J'ai dit à Giuliani que je présidais un groupe de travail de la commission budgétaire ukrainienne chargé d'enquêter sur le détournement de l'assistance technique internationale. Il s'agissait du détournement de 5,2 milliards de dollars.

SM33

Document de la Chambre des comptes d'Ukraine sur l'enquête sur le détournement d'assistance technique internationale d'un montant de 5,2 milliards de dollars

Il s'agit des documents de la Chambre des comptes d'Ukraine, un organe constitutionnel officiel. Giuliani s'intéressait aux questions d'enquête sur la corruption. Nous avons eu de longues discussions avec lui sur le thème de la lutte contre la corruption. Il possède une vaste expérience dans la lutte contre la corruption. J'ai aimé le fait qu'il soit un procureur très méticuleux : il écrit tout, analyse tout, puis tire des conclusions. Pour comprendre la relation avec Artemenko – je suis un citoyen respectueux des lois et Giuliani est un citoyen respectueux des lois – il a été décidé que je signerais un accord de lobbying. Je l'ai signé avec Artemenko.

SM34

Accord sur les services de lobbying américain signé par Andriy Derkach

D'ailleurs, je vais vous remettre ce contrat, il y a eu une insertion qui y a été faite, qui est enregistrée sur le site du ministère américain de la Justice, concernant la lutte contre la corruption dans le secteur des carburants et de l'énergie, ainsi que dans le domaine de l'assistance logistique. Puis, après un certain temps, il s'est avéré que M. Artemenko était un agent du FBI avec un casier judiciaire de 10 ans. Il s'avère que le FBI m'a envoyé son agent.

SM : J’aimerais que vous expliquiez cela parce que certains ont émis l’hypothèse qu’Artemenko était celui qui avait discrédité Giuliani parce qu’il était en possession de ces informations sensibles. Ainsi, au lieu de mener une enquête sur ce fait, cela a été utilisé pour discréditer le messager, comme on le fait maintenant au sein du ministère corrompu de la Justice des États-Unis, comme cela arrive souvent. Quand avez-vous rencontré Artemenko, quelle a été votre première impression de lui, car vous êtes très expérimenté et vous savez que vous pouvez profiler un terroriste et je suis sûr que vous pourriez même profiler Artemenko .

AD : Je vais vous répondre ainsi : pratiquement tous les services de renseignement dignes de ce nom dans le monde étaient intéressés par notre travail . Surtout après la publication des enregistrements Porochenko-Biden.

Quant à Artemenko, soit c'est bien, soit rien pour les agents exceptionnels du FBI. Quant à ce qu'il a dit à propos de Giuliani, que cela reste sur sa conscience. Mon travail avec lui concernait exclusivement le domaine législatif de l'Ukraine et des États-Unis. Parce que c'est absurde quand le FBI envoie son agent, conclut un contrat avec moi et m'impose ensuite des sanctions ! Existe-t-il au moins une preuve que je n’ai pas agi conformément à la loi des États-Unis ? Il existe trois expertises, dont une juridique étrangère, selon lesquelles j'ai agi uniquement dans le cadre des lois de l'Ukraine et des États-Unis. Il y a une plainte déposée contre moi aux États-Unis par le bureau du procureur du district oriental de New York.

Un communiqué de presse sur le site Internet du parquet de New York concernant l'inculpation d'Andriy Derkach

Un communiqué de presse sur le site Internet du parquet de New York concernant l'inculpation d'Andriy Derkach

Je ne me suis pas vraiment plongé dans cette démarche, j'ai juste lu et j'ai été surpris par les fantasmes des procureurs. C'est une fabrication complète sur rien, sans lien avec le temps, les événements ou les personnes. Je suppose qu'il faudra s'en occuper à un moment donné. Mais je ne pense pas que, dans les réalités américaines d'aujourd'hui, vous puissiez trouver une logique raisonnable pour résoudre vos problèmes avec le bureau du procureur américain pour le district oriental de New York. Tous ceux qui sont liés à la « Démocorruption », au Parti Démocrate, au Bureau du Procureur de l'État et au FBI racontent des bêtises aux yeux vitreux. Vous le savez grâce aux exemples de Giuliani, de Trump, de tous les conseillers de Trump, de la quasi-totalité de l’administration Trump. Il s’avère donc que… ce n’est pas la dernière [poursuite judiciaire] pour votre travail. Espérons que vous y résisterez.

SM : Oui, et comme je l’ai dit, j’ai été témoin, même à un niveau personnel, du fonctionnement de la justice à double standard et de la manière dont elle cible tous ceux qui dénoncent la corruption du côté de Biden. Vous avez consacré toute votre vie à lutter contre la corruption en Ukraine et vous avez servi votre pays depuis les années 90, en 1994, comme vous l'avez dit, et je crois que vos Américains de confiance vous aideront et recevront vos informations pour de bon. D'autant plus que Rudy Giuliani a mené son enquête. Vous sentez-vous trahi ? Je veux dire à un niveau personnel. Comment ces sanctions vous ont-elles affecté sur le plan personnel ? Comment cela a-t-il affecté votre famille ?

AD :  J’avais une certaine naïveté quant au fait que la justice pouvait être rendue dans les États-Unis modernes. J'ai beaucoup de bons amis dans la communauté juridique américaine. Je suis moi-même allé devant les tribunaux à de nombreuses reprises et j'ai constaté que les juges se soucient de ce qu'ils entendent et de ce qu'ils jugent. Dans la pratique, il s’est avéré que le système judiciaire américain n’est pas juste pour tout le monde.

La démocratie n’est pas le pouvoir du peuple, mais le pouvoir du Parti démocrate. Nous voyons les associés de la famille Biden être retirés des poursuites judiciaires en Ukraine . Porochenko et Zlochevski sont-ils interrogés ? Quelqu'un les a-t-il invités au FBI et au bureau du procureur américain pour témoigner ? Les documents sont partout, partout sur Internet. Les enregistrements sont partout sur Internet. Les preuves sont partout sur Internet. Que fait le bureau du procureur de l'État de New York ?

SM :  C'est une question qui préoccupe beaucoup de gens en ce moment. Et nous nous demandons pourquoi nous sommes plus occupés à persécuter ceux qui exposent ces faits plutôt qu’à examiner ces faits et ces documents. Mais d’où viennent ces fuites et ces enregistrements de la conversation Porochenko-Biden ? Parce que certains contestent l'authenticité car, comme vous le savez, même l'ordinateur portable de Hunter est devenu « la propagande russe ». Tout est discrédité avec le même mantra.

AD : Personne n’a de doute sur l’authenticité de l’enregistrement. De plus, une affaire pénale a été ouverte à ma demande ; Porochenko faisait l'objet d'une enquête. Je peux remettre les documents de cette affaire – les dépositions des témoins. Tous les employés du bureau de Porochenko ont été interrogés, y compris ses gardes et officiers de liaison. Tous ont confirmé que Porochenko avait toujours deux dictaphones sur son bureau. Les enregistrements ont été réalisés.

SM :  La vérité est qu’avec tous ces documents, si vous aviez la possibilité de témoigner aujourd’hui devant le Congrès, vous auriez le pouvoir de destituer le président des États-Unis en exercice. Et c'est probablement la raison pour laquelle votre vie est en danger. Craignez-vous pour votre vie ? J'en viens juste aux choses personnelles si vous me le permettez, parce que cela me semble incroyable.

AD :  Je sais ce que je dois faire pour ma patrie, pour mes électeurs, pour ceux qui me font confiance. Et la menace qui pèse sur mes activités ne deviendra ni plus ni moins grande. Ce qui est important pour moi dans l’enquête du Congrès, c’est de ne pas impliquer Biden pour trafic d’influence. Il est important pour moi que le document final du Congrès indique que l'argent volé à mes compatriotes ukrainiens a été retiré d'Ukraine par Zlochevsky, blanchi et remis au vice-président des États-Unis Biden. C’est très important pour moi : le problème n’est pas la destitution de Biden. L’impunité engendre la permissivité.

Revenons à Kulyk. Kulyk est le seul procureur de l'histoire du monde à avoir restitué un milliard et demi de dollars au budget du pays. Pouvez-vous donner au moins un exemple tiré de l’histoire mondiale où un procureur (ancien procureur militaire d’Ukraine) a restitué un milliard et demi de dollars au budget ? Et il a également été accusé, qualifié d'agent du Kremlin. Et tous ces gens – Kent, Karen Greenaway, la représentante du FBI, Christine Quinn, Marie Yovanovitch, l’ancienne ambassadrice – ont tous interféré avec lui.

Document de l'agence de presse Al Jazeera sur le retour au budget de l'État ukrainien de 1,5 milliard de dollars volés par l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch

Document de l'agence de presse Al Jazeera sur le retour au budget de l'État ukrainien de 1,5 milliard de dollars volés par l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch

L'agent spécial du FBI Karen Greenaway, l'ancien chargé d'affaires américain en Ukraine George Kent et l'ancienne ambassadrice Marie Yovanovitch

L'agent spécial du FBI Karen Greenaway, l'ancien chargé d'affaires américain en Ukraine George Kent et l'ancienne ambassadrice Marie Yovanovitch

SM :  Il s’agit sans aucun doute de dénoncer la corruption et d’être en faveur de la justice et non contre qui que ce soit. Mais à cause de tout cela, bien sûr, nous contestons également l'utilisation des contribuables américains et c'est ce qui attire vraiment l'attention sur ce pot-de-vin, ces cassettes que vous avez partagées et vous avez clairement indiqué que Biden retenait 1 milliard de dollars à l'Ukraine au cas où Shokin ne le ferait pas. licencié. C'est donc juste pour rappeler à notre public de quoi nous parlons.

AD : Il est important pour moi d’inviter Porochenko au Congrès et de poser la question : à quoi a servi l’argent de ces deux milliards de garanties ? Cet argent a été dépensé pour ses entreprises, il a été blanchi dans les entreprises de Porochenko. Un tas d'affaires criminelles. Leninska Kuznya, Bogdan, Ukroboronprom, son partenaire Gladkovsky, en fuite en Europe.

Maintenant, pour les cassettes. Est-ce une mauvaise chose que les citoyens ukrainiens aient entendu le président Porochenko parler à Biden d’une augmentation des tarifs douaniers pour la population de 100 % au lieu de 75 %, comme l’exigeait Biden ? Nous avons immédiatement créé une association interfactionnelle de députés « Moins 25 pour cent des tarifs douaniers – Stop à la corruption ! ». Nous avons combattu la corruption chez Naftogaz, nous avons lutté contre le conseiller préféré de Biden, Amos Hochstein.

Joe Biden, Amos Hochstein et le plan de bénéfices douteux sur le marché du gaz ukrainien

Joe Biden, Amos Hochstein et le plan de bénéfices douteux sur le marché du gaz ukrainien

Joe Biden, Amos Hochstein et le plan de bénéfices douteux sur le marché du gaz ukrainien
Joe Biden, Amos Hochstein et le plan de bénéfices douteux sur le marché du gaz ukrainien

Avec Kobolev, ils sont les auteurs de l’idée d’un revers du gaz corrompu. Ils avaient un autre allié – Favorov. Hokhstein, Kobolev, Favorov. Nous avons montré dans des documents comment 500 millions de dollars par an de « taxe sur la corruption » prélevés par les citoyens ukrainiens disparaissent. J'ai appelé cela une « taxe » – c'est une blague tellement tragique. C’est alors qu’un groupe de bandits « taxe » la population. Sur chaque citoyen ukrainien et sur chaque mètre cube de gaz.

Revenons à Naftogaz. Où est le terrorisme et où sont les renseignements ukrainiens ? Mais en novembre, le chef des renseignements ukrainiens, Boudanov, écrit une lettre au tribunal et demande la libération d'Ukraine de Kobolev, qui fait l'objet d'une enquête. Le but est de « réaliser des missions spéciales en Europe ».

Lettre de Kyrylo Budanov, chef de la Direction principale du renseignement du ministère de la Défense de l'Ukraine, au tribunal demandant l'autorisation de voyager à l'étranger pour Andriy Kobolev

Lettre de Kyrylo Budanov, chef de la Direction principale du renseignement du ministère de la Défense de l'Ukraine, au tribunal demandant l'autorisation de voyager à l'étranger pour Andriy Kobolev

Qu'est-ce qui n'a pas encore explosé là-dedans ? Quels autres « Streams » n’ont pas explosé là-bas ? Il est clair que dans le cas de Nord Stream, les renseignements ukrainiens n’ont mené qu’une opération de couverture pour un faux objet. Il y avait un article sur Roman Chervinsky , l'un des auteurs de cette opération, qui se trouve actuellement dans une prison ukrainienne. Il a été « récompensé » par ses maîtres américains et ukrainiens. Apparemment, il en sait beaucoup.

SM42

SM : Je suis choquée par la quantité d’informations publiques, mais la part de ce que vous savez sur la corruption entre l’Ukraine et les États-Unis n’est pas encore de notoriété publique. Envisagez-vous de publier de nouvelles informations divulguées ? Travaillez-vous sur de nouvelles divulgations ?

AD : En fait, nous avons beaucoup de travail à faire. Nous suivons de nombreux dossiers – corruption, crimes de guerre, terrorisme. Nous évaluons la procédure juridique pour poursuivre les usurpations de pouvoir en Ukraine. Un des cas intéressants : en novembre, la Cour suprême d'Ukraine s'est prononcée sur l'illégalité du décret de Zelensky de destituer le président de la Cour constitutionnelle d'Ukraine. Cela semble n’avoir aucun rapport avec la vie d’un citoyen ordinaire. En fait, c’est le cas : lorsqu’il y a deux ans, Zelensky a battu la Cour constitutionnelle en promulguant un décret visant à révoquer un certain nombre de juges, il s’est en fait permis de prendre des décrets illégaux. Et tous ces décrets étaient liés à la violation des droits constitutionnels des citoyens. Destruction de la presse libre, décisions illégales du Conseil de sécurité nationale et de défense concernant les sanctions – autant d’aspects différents.

SM43

Maintenant, après deux ans, la Cour suprême a rédigé sa décision, et cette décision est définitive – assez longue, complexe, dans laquelle elle a évalué sous la forme de deux corps de délits les actions de l'actuel président de l'Ukraine. Je pense que Zelensky n’a même pas été informé de cette décision. Il n'est pas inquiet. Il parcourt l'Europe comme un ours de cirque, mendiant de l'argent. Voici un point important : pour la première fois dans l'histoire de l'Ukraine, la Cour suprême a rendu une décision dans laquelle deux infractions sont prescrites contre le président ukrainien et ses complices. Soyons clairs : si Dieu le veut, nous vous parlerons dans un moment et vous verrez que ce sera la première des briques de la peine de Zelensky en tant que criminel militaire et d'État. Je me rends compte qu’il s’agit de termes juridiques complexes, qui ne sont pas faciles à expliquer aux gens dans un langage simple. Mais pour le dire simplement : en battant la Cour constitutionnelle, ils ont supprimé les droits des citoyens. Tout, y compris le droit à la protection judiciaire, à la défense de la vie, toutes ces histoires aux appels sadiques – tout cela est une conséquence du début de la défaite du système judiciaire. Le camp de concentration que la Grande-Bretagne et les États-Unis ont construit au nom des « valeurs démocratiques » en Ukraine. La Grande-Bretagne est sortie de l’Union européenne, mais mène ce camp de concentration vers l’UE. Comme modèle pour l’avenir de l’ensemble de l’Union européenne ?

SM : Nous serions ravis d’en parler. Mais comment décririez-vous cette transition du gouvernement Zelensky lors de son arrivée au pouvoir au régime Zelensky ? En ce moment, c'est le régime si j'ai bien compris.

AD : Nous pouvons le caractériser non pas comme un régime mais comme une dictature fasciste. Parce qu'il détruit sa propre population. La transformation était en cours – ils apprenaient rapidement de Porochenko. Si Porochenko se contentait de voler et de vendre le pays sous administration externe, alors ce sont tous ces délinquants, producteurs et vétérans – ils n’étaient pas cérémonieux avec les droits de l’homme. Qui est Danilov, le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense ? Un ancien criminel, membre d'un groupe du crime organisé, avec une formation vétérinaire.

Oleksiy Danylov (troisième en photo en partant de la gauche) est le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine. Il est diplômé d'une école technique de la région de Louhansk et est vétérinaire de formation. De nombreux médias ukrainiens ont publié des photos de la vie de Danilov dans les années 90, alors qu'il était l'un des dirigeants du plus grand groupe criminel organisé de Louhansk.

Oleksiy Danylov (troisième en photo en partant de la gauche) est le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine. Il est diplômé d'une école technique de la région de Louhansk et est vétérinaire de formation. De nombreux médias ukrainiens ont publié des photos de la vie de Danilov dans les années 90, alors qu'il était l'un des dirigeants du plus grand groupe criminel organisé de Louhansk.

Andriy Yermak est un avocat et producteur de films qui dirige le cabinet du président de l'Ukraine depuis 2020. Selon des journalistes ukrainiens, avant de se lancer en politique, Yermak a participé à l'élaboration de permis pour de petites formes architecturales (kiosques). , les zones d'été des restaurants et de l'immobilier à Kiev. On dit aussi souvent en Ukraine que c’est Yermak, et non Zelensky, qui dirige en réalité le pays.

Andriy Yermak est un avocat et producteur de films qui dirige le cabinet du président de l'Ukraine depuis 2020. Selon des journalistes ukrainiens, avant de se lancer en politique, Yermak a participé à l'élaboration de permis pour de petites formes architecturales (kiosques). , les zones d'été des restaurants et de l'immobilier à Kiev. On dit aussi souvent en Ukraine que c’est Yermak, et non Zelensky, qui dirige en réalité le pays.

Qui est Yermak ? Le chef des stands et du commerce à Kiev. Porochenko avait au moins une bonne éducation, et au moins il s'inquiétait pour son image. Mais ces gens ne s’inquiètent pas du tout – pourquoi devraient-ils s’inquiéter ? Ils vivent en une seule journée. Et comme l'a dit Simon Shuster , ils volent comme si c'était leur dernier jour.

Article de Simon Shuster sur l'Ukraine dans le magazine Time

Article de Simon Shuster sur l'Ukraine dans le magazine Time

SM : Vous connaissez personnellement Zelensky, vous avez travaillé avec lui. Pourriez-vous prédire cette évolution ? Quelle a été votre première impression à son sujet ?

AD : Je connais beaucoup de politiciens en Ukraine. Je n’ai jamais travaillé personnellement avec Zelensky. Le fait est que mes relations sont toujours professionnelles – j'ai toujours les tâches que je me fixe en tant qu'homme d'État, député du peuple, homme qui aime tout simplement sa patrie. S’ils coïncident avec les intérêts des gens – ils travaillent avec moi, s’ils ne coïncident pas – nous ne travaillons pas ensemble. La même chose s'est produite avec Rudy Giuliani. Si je vois que les valeurs d'une personne sont traditionnelles, chrétiennes, qu'elle est un patriote sincère de son pays, cela est toujours clair pour moi.

SM : C'est votre nom qui circule de plus en plus dans l'actualité, mais les gens vous connaissent peu, ils vous associent simplement à l'académie du KGB et aux sanctions. En fait, vous avez rendu un grand service à la société au cours de votre carrière politique en Ukraine. Pourriez-vous partager un peu plus avec notre public sur vous-même ? Où as-tu grandi? Qu’est-ce qui vous a amené à la politique et comment a commencé cet appel à la lutte contre la corruption ?

AD : Vous avez déjà tellement écrit sur ma biographie et étudié si minutieusement mes activités, il y a tellement d'articles sur ce sujet que je n'ai presque rien à ajouter. Vous connaissez mon approche – tout est toujours connu par le résultat final. Je peux montrer les résultats de mon activité en tant que député du peuple, en tant qu'homme d'État, en tant que bâtisseur dans ma circonscription, en tant que l'un des fondateurs du Service de contrôle du Président de l'Ukraine, en tant que l'un des dirigeants du Cabinet des ministres de Pustovoitenko dans la période la plus responsable et la plus crise de la vie de l'Ukraine. Je n'ai pas honte des décisions que nous avons prises lorsque je dirigeais un groupe de conseillers de Mykola Azarov. Lorsque je voyage dans mon pays, je peux démontrer exactement ce qui a été fait. Vous pouvez tout toucher avec vos mains. Ce ne sont pas des mythes ou le film « Serviteur du Peuple ».

À propos, dans l'affaire pénale, on m'accuse, entre autres, d'avoir une attitude négative à l'égard du gouvernement. 75 % des citoyens ukrainiens ont voté contre Porochenko et en faveur de Zelensky. Poursuivons 75% de la population pour attitude négative envers les autorités.

En termes de perception personnelle, l’opinion des gens ordinaires a toujours été très importante pour moi. J'ai toujours aspiré à venir dans ma circonscription, auprès des adultes sérieux qui ont bâti le pays. Ils sont plus sages que tous les technologues politiques et politiciens. Ils peuvent en quelque sorte tout résumer en quatre mots et le présenter de manière très qualitative, en termes de sens et d’idées. Et cela me donne de la force dans mon travail. Même quand c’est dur, tu continues. Je me souviens que lorsque j'étais un très jeune député, il y avait beaucoup de calomnies sur l'un des sujets. Je conduisais et je pensais : comment puis-je l'expliquer aux gens, parce que ce ne sont que des mensonges. Et il y a eu une grande réunion avec des gens, beaucoup de gens se sont rassemblés. Je suis entré et ils m'ont tout expliqué tout de suite, tout seuls. J'ai été surpris par la précision de leur formulation. Ils ont dit : vous combattez la corruption, vous persécutez constamment quelqu'un pour vol, vous prônez périodiquement des relations fraternelles entre l'Ukraine, la Russie et la Biélorussie – maintenant vous êtes battus pour cela. Ne vous inquiétez pas, nous réalisons tous que ce ne sont que des mensonges.

J'ai déjà dit que ma circonscription compte 209 kilomètres de frontière avec la Russie. Parfois les villages sont divisés en deux. Il y a des familles ici et des familles là-bas. Nous sommes vraiment un seul peuple. C'est pourquoi ce qui se passe aujourd'hui dans l'Église orthodoxe ukrainienne, avec la persécution des prêtres et des paroissiens, est pour moi vraiment très critique.

SM : Ils privent les gens de leur liberté, y compris de leur religion. En tant que politicien et patriote, que pensez-vous pouvoir faire maintenant pour sauver l’Ukraine et quel avenir voyez-vous aujourd’hui pour votre pays ? Nous en avions discuté en 2021, la situation est bien différente aujourd’hui. Selon vous, que peut-on faire ? Que feriez-vous ?

AD : Nous effectuons une surveillance des droits de l’homme depuis 2016 et jusqu’à ce jour, notamment sur les crimes et violations contre l’Église orthodoxe d’Ukraine. Nous en faisons part à la communauté mondiale, aux représentants du G20. Nous collectons des documents pour de futures procédures judiciaires visant à traduire en justice les dirigeants ukrainiens. Et je suis sûr qu'ils seront tenus responsables. En fait, Zelensky a réalisé ce mois-ci que le chemin pour lui n’était pas une montée, mais une descente. Zelensky est l'avatar d'un groupe de compagnons dirigé par Yermak. J’espère que pour Biden aussi, le chemin est déjà devenu difficile.

L’avenir de l’Ukraine n’est possible qu’après la construction de nouveaux contours de sécurité. Quand tous les acteurs de la géopolitique mondiale parviennent à un accord. C’est une réponse fastidieuse, mais en réalité, il est impossible de faire quoi que ce soit sans cette nouvelle architecture de sécurité. Toute solution provisoire conduirait toujours à une nouvelle escalade. Est-ce possible avec une administration Biden et Blinken ? C’est impossible car Biden dépend de l’Ukraine, c’est comme un âne de Balaam pour lui. Grâce à sa cupidité, sa corruption, ses relations et maintenant les problèmes de guerre.

SM : Dans quelle mesure le financement de cette guerre, parce que j’appelle cela le financement de la guerre, est lié aux informations que l’Ukraine détenait et à l’influence exercée sur Biden ?

AD :  Ils s'utilisent tous les uns les autres dans ce réseau du crime organisé. Ils se trompent tous, s’utilisent, se font chanter. Mais surtout, ils ont tous peur de devoir rendre des comptes. Et tandis que l’on se demande « qui est le criminel ? », il est clair pour les États-Unis que le criminel est Biden. Selon un sondage, près de 70 % pensent qu'il est le criminel.

 

Simona Mangiante fait remarquer que les documents reçus par les journalistes de la part d'Andriy Derkach ne sont qu'une partie d'un large éventail de documents qu'il a collectés dans le cadre des enquêtes en cours sur la corruption internationale. Selon Andriy Derkach, il poursuivra son travail d'enquête et présentera bientôt une nouvelle série de documents.

À LIRE AUSSI

Image
Simona Mangiante Papadopoulos
Simona Mangiante, journaliste d’investigation : "On joue sa vie en parlant de corruption"
Debriefing exclusif avec Simona Mangiante Papadopoulos à propos de son enquête sur la corruption en Ukraine, les liens avec le gouvernement américain et la famille Bid...
17 janvier 2024 - 18:30
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.