Crise humanitaire à Gaza : l'OMS contrainte d'annuler une mission médicale, les hôpitaux au bord de l'effondrement

Auteur(s)
Trina Banderas, France-Soir
Publié le 10 janvier 2024 - 15:52
Image
Crise humanitaire à Gaza Trina Banderas
Crédits
Mahmud Hams / AFP
Les fonctionnaires de l'OMS ont exprimé mardi 9 janvier leur inquiétude quant au risque d'effondrement des services hospitaliers dans le sud et le centre de la bande de Gaza.
Mahmud Hams / AFP

MONDE - L'OMS annule une mission d'approvisionnement médical pour la quatrième fois dans le nord de Gaza, citant des menaces constantes. Les combats et les bombardements israéliens mettent en péril les fournitures médicales, provoquant des pénuries de personnel et menaçant le fonctionnement des hôpitaux. La situation s'aggrave, avec des évacuations de personnel et des difficultés croissantes d'accès aux soins de santé.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annulé dimanche 6 janvier, pour la quatrième fois depuis décembre, une mission d'approvisionnement médical dans les hôpitaux du nord de la bande de Gaza en raison de l'absence de garanties de sécurité. C'est la douzième fois qu'elle ne peut accéder à cette zone de l'enclave. "Les bombardements intenses, les restrictions de mouvement et les pannes de communication rendent presque impossible l'acheminement régulier et sûr des fournitures médicales dans toute la bande de Gaza, en particulier dans le nord", a déclaré l'agence, faisant état de "graves pénuries de personnel" en raison du départ du personnel "à cause des ordres d'évacuation et de l'insécurité".

Le nord de la bande de Gaza demeure inaccessible

La mission s'est concentrée sur l'acheminement de fournitures médicales urgentes afin de permettre à cinq hôpitaux du nord de l'enclave de rester opérationnels. En outre, les patients ne peuvent pas accéder aux centres de santé "en raison de conditions dangereuses". "Sans soins de santé adéquats, les souffrances à Gaza augmentent d'heure en heure", peut-on lire dans un communiqué, qui appelle à un "accès humanitaire durable" dans toute l'enclave, à la protection des civils et des soins de santé, ainsi qu'à un cessez-le-feu immédiat.

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a regretté la décision de son bureau et s'est dit "choqué" par "l'ampleur des besoins sanitaires et de la dévastation" dans le nord de Gaza, où plus de 22 800 Palestiniens ont été tués par les bombardements israéliens. "Un accès urgent, sûr et sans entrave à la région est nécessaire pour acheminer l'aide humanitaire. Tout retard supplémentaire entraînera davantage de morts et de souffrances pour un trop grand nombre de personnes", a déclaré le chef de l'OMS sur son profil Twitter.

Risque d'effondrement des services hospitaliers dans le sud

Les fonctionnaires de l'OMS ont exprimé mardi 9 janvier leur inquiétude quant au risque d'effondrement des services hospitaliers dans le sud et le centre de la bande de Gaza, après que des centaines de patients et de membres du personnel médical ont fui pour sauver leur vie. Seul un tiers des hôpitaux de Gaza fonctionnent, certains partiellement, après des mois de bombardements israéliens dans le cadre de la campagne militaire menée contre le Hamas en réponse aux attentats du 7 octobre.

Les combats se sont intensifiés dans les zones centrales et méridionales, augmentant la pression sur les hôpitaux surchargés qui restent ouverts. "Ce que nous voyons est vraiment inquiétant autour de l'hôpital Al-Aqsa et une escalade des hostilités très près de l'hôpital européen de Gaza et très près de l'hôpital Nasser", a déclaré Sean Casey, coordinateur des équipes médicales d'urgence de l'OMS à Gaza, lors d'une conférence de presse tenue à Genève par vidéoconférence.

"Nous ne pouvons pas perdre ces établissements de santé. Il est absolument nécessaire de les protéger. Il s'agit de la dernière ligne de soins de santé secondaires et tertiaires dont dispose Gaza ; du nord au sud, ces soins tombent, hôpital après hôpital", a-t-il déclaré. Il a ajouté que les patients risquaient leur vie pour se rendre dans les hôpitaux de la ville de Khan Younès, dans le sud du pays, mardi, en raison de la poursuite des combats.

Fuite massive du personnel et des patients

Lors d'une visite à Al-Aqsa, dans le centre de Gaza, il y a deux jours, il a constaté que 70 % du personnel avait abandonné son poste. La même nuit, des centaines de patients en assez bonne santé pour fuir ont fait de même. Une grande partie du personnel de l'hôpital Nasser, dans la ville de Khan Younès, a également rejoint les centaines de milliers de Gazaouis entassés dans des abris à l'extrémité sud de la bande de Gaza, a-t-il ajouté. Il n'y avait qu'un seul médecin pour plus de 100 grands brûlés.

"Ce que nous continuons à voir, c'est que le système de santé souffre : des travailleurs de la santé ne peuvent pas se rendre sur leur lieu de travail pour traiter les patients parce qu'ils craignent pour leur vie. Des patients et leurs familles qui ont peur d'aller à l'hôpital parce qu'ils risquent de mourir en chemin. Nous voyons le système de santé s'effondrer très rapidement", a-t-il déclaré.

Le 7 janvier, Médecins sans frontières (MSF) a évacué son personnel d'un hôpital au centre de Gaza, déclarant que la situation était devenue trop dangereuse. Certains membres de l'équipe, vivant dans le quartier, n'ont même pas pu quitter leurs maisons en raison des menaces constantes de drones et de tireurs d'élite.

À LIRE AUSSI

Image
Funérailles Gaza Papier Mehdi
La guerre à Gaza entame son quatrième mois sans aucun espoir de cessez-le-feu ou de pause humanitaire
MONDE - Le conflit à Gaza a entamé dimanche 7 janvier 2024 son quatrième mois, sans aucun signe de répit à l’horizon. “Nous devons continuer jusqu’à la victoire totale...
08 janvier 2024 - 11:35
Politique
Image
Gaza Mehdi 29/12
Aucun répit en vue à Gaza : Tsahal annonce une “expansion des combats”
MONDE - Malgré une situation humanitaire catastrophique et des appels à un cessez-le-feu, la guerre à Gaza ne montre aucun signe de répit. Bien au contraire, l’armée i...
29 décembre 2023 - 13:08
Politique
Image
Bombardement
L’ONU réclame à Tel-Aviv une enquête sur “un possible crime de guerre” à Gaza, les appels à un “cessez-le-feu humanitaire” se multiplient
MONDE - La guerre à Gaza est dans une impasse, aussi bien politique, diplomatique qu’humanitaire. Deux mois et demi après le début du conflit, le bilan à Gaza s’élève ...
22 décembre 2023 - 12:25
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.